Madagascar : BIANCO, limogeage urgent et impératif du Général Benjamina Ratovoson

BIANCO, les dessous d'un limogeage abusif

Feu, Général Noel Rakotonandrasana, ministre de la Défense du gouvernement putschiste de 2009 Feu, Général Noel Rakotonandrasana, ministre de la Défense du gouvernement putschiste de 2009
Feu Guy Ratovondrahona, Dg de la banqie Centrale malgache, mort d'attaque cardiaque, version contestée par la famille. Feu Guy Ratovondrahona, Dg de la banqie Centrale malgache, mort d'attaque cardiaque, version contestée par la famille.
 Madagascar : BIANCO, limogeage urgent et impératif du Général Benjamina Ratovoson

  • Limogeage urgent et impératif, 

    A peine deux semaines suffisent au Président Malgache  Andrinirina Rajoelina de limoger en urgence le Général Benjamina Ratovoson, un des hauts responsables du Bureau Indépendant ANti-COrruption : BIANCO.

    Personne hautement encombrante et crainte par le pouvoir actuel. Le Général  du moins, le BIANCO, avait été saisi par un organisme étranger pour faire des investigations et enquêtes complémentaires sur l'enrichissement illicite des proches de Andrinirina Rajoelina, qui possèdent des biens immobiliers en Europe, investigations effectuées pendant la présidence de Hery Rajaonarimampianina. La formulation du rapport d'investigations et d'enquêtes  accablantes et incriminantes, revenait au Général démit de sa fonction, dans lequel des informations sensibles ont été écrites. 

    Une haute personnalité de la justice, un ancien procureur général de la cour de cassation, actuellement Ministre du gouvernement N'Tsay Christian, avait classé sans suite le dossier d'enquêtes du proche,  de Andrianirina Rajoelina, son financier, par qui tous les gros dossiers d'énormes opportunités passe, son bras droit et homme de confiance. 

    Ce classement sans suite de l'enquête avait été favorisé par la dotation personnelle de deux voitures de 4x4 de marque TOYOTA au procureur,à titre de reconnaissance et de récompense indique clairement le rapport d'investigation du Général Benjamina Ratovoson. Son limogeage s'avère urgent et impératif pour cause de survie et d'images vis à vis de l'opinions très friand à ce genre de scandale. 

    Limogeage inéluctable et traître, 

    Le  pouvoir du Président Hery Rajaonarimampianina de 2013 - 2018 truffés de traîtres au frais des deux compères Andrianirina Rajoelina et son financier pouvaient avoir accès aux informations internes du BIANCO, ils savaient qu'est-ce qui se tramaient d'où dès leur accès au pouvoir ils s'empressaient à limoger le " principal auteur " du rapport, au lieu de faire table rase, qui normalement le limogeage devait aussi concerné le Directeur Général, ce qui n'est pas le cas. 

    La trahison et fuite d'informations étaient de mise au niveau de la justice, par le biais du procureur général, raison de son départ en retraite prématuré, et au niveau du BIANCO dont seul le Général Benjamina Ratovoson paie les frais pour un limogeage inéluctable, favorisés par ses traitres hauts collaborateurs. 

    L'homme le plus craint de Madagascar, 

    Les arrestations spectaculaires sont de légions depuis un mois, l'opinion, au courant des magouilles des gouvernants actuels dont un ministre actuel clairement  cité dans le dossier d'investigations et un secrétaire d'Etat indiqué dans l'audition d'Eddy Maminirina, auteur de nombreuses operations d'exportations de bois de rose ( denrée interdite mondiale à l'exportation et aux coupes). L'opinion s'attend soit à l'arrestation des deux personnalités membres du gouvernement assortie de leur démission respective, pour le respect de l'éthique et de la déontologie, on peut toujours rêver dixit un journaliste local. 

    Le Général Benjamina Ratovoson est ainsi craint par le pouvoir repressif de Andrianirina Rajoelina, qui en fait ne recule devant rien, le feu Directeur Général Ratovondrahona, qui son attaque cardiaque cause de sa mort, version officielle reste contester par la famille. Les bribes d'informations sur l'homicide du 07 Février 2009, délivrées par le feu Général Noël Rakotonandrasana et le colonel Charles Andrianasoavina qui avait obligé d'être évacué à l'île de la Réunion, ceci suite à une tentative d'assassinat suite à un empoisonnement volontaire et progressif, à la prison d'Etat de Tsiafahy pendant la transition. 

    Le Général est craint, mais sa vie l'est aussi plus que sa personne, pensent les observateurs locaux, sachant que c'est un témoin gênant voir encombrant du régime Andrinirina Rajoelina, à moins qu'il a concédé aux propositions de poste reluisante au sein de la gendarmerie, à voir

    Madagascar est une île de toutes les peurs depuis l'accès de Andrinirina Rajoelina, plusieurs médias écrits et audiovisuelles font des autocensures de crainte de représailles. Les politiciens choississent le silence et l'observation, les repressions à leur égard se font sentir par les arrestations et par la chasse aux sorcières qui sont dissuasives. 

    Les actes de menaces et de dissuasion s'avèrent efficace dans la mesure où l'ensemble de la population subit les coupures quotidiennes (plusieures heures) de l'électricité et de l'eau, l'augmentation subite du coût de la vie, n'augure aucune réaction de la population plutôt résignée a son propre sort, "mauvais sort",

  • Bref l'eldorado tant décrié pendant la campgne présidentielle tardent à se mettre en place, ceci sous la résignation totale de la population. Inutile de dire qu'au palais c'est l'idéal, pas d'opposants ni d'opposition. 

    Berthold Steauer

    A suivre... 

    Général Benjamina Ratovoson Général Benjamina Ratovoson

    Colonel Charles Andrianasoavina, évacué à l'île de la Reunion suite à une tentative d'empoisonnement à la prison d'Etat de Tsiafahy, suite à sa délation qui incriminait Andrinirina Rajoelina et consorts sur l'homicide du 07 Février 2009. Colonel Charles Andrianasoavina, évacué à l'île de la Reunion suite à une tentative d'empoisonnement à la prison d'Etat de Tsiafahy, suite à sa délation qui incriminait Andrinirina Rajoelina et consorts sur l'homicide du 07 Février 2009.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.