Madagascar : arrestations, pratique coloniale

Arrestations, pratique coloniale : les boucs émissaires

Arrestations, pratique coloniale, 

depuis l'investiture de Andry Rajoelina une demi douzaine de personnes ont été arrêtées, dont deux ont été opérées volontairement de manière spectaculaire,, le premier Eddy Maminirina, opérateur et exportateur de denrées interdites par l'Etat malgache et par quelques organismes de notoriété internationale comme la CITES ( Convention sur le commerce international de faunes et de flores sauvages menacées d'extinction ), arrêté sur la voie public par des hommes fortement armés et en cagoule, autant pour le second quelques jours après, arrêté par des hommes bien armés et en cagoule.

Arrestation musclée et spectaculaire Arrestation musclée et spectaculaire

L'histoire de Madagascar nous rappelle l'époque coloniale où les arrestations sont quotidiennes, les préfets et les agents de sûreté avaient été craints et respectés. La population avait intérêt à les respecter, il suffisait d'un oui ou d'un non de travers, l'arrestation était faite sur le champs. Sans compter les agents de renseignements qui pillulaient les rues et les salons, ce qui fait que la population était tétanisée, et conditionnée au point où les revoltes se font rares voire isolées. Les revoltes avaient été faites par des organisations certes secrètes mais structurées, malgré cela les agents des renseignements généraux arrivaient toujours à s'infiltrer soit par les traîtres soit par les collabos. Le parallèle est de fait, biens des années après l'indépendance, rebelotte, "... nous voilà face aux enfants du pays mais qui agissent exactement comme nos anciens colons, qu'est-ce qui nous arrive..." disent les indigènes, pardon les malgaches?

Bien sûr, si ces gosses ont les mains propres on aurait compris que ce sont  des vrais visionnaires :" les deux avec le sénateur Lilison ont les mains plus sale que les éboueurs" dixit un colonel de l'armée les arrestations spectaculaires n'ont en fait pour objet que pour dissuader le peuple à ne pas se revolter, au passage quelques universitaires polytechniciens en ont fait les frais, mandat de dépôt avant d'être relâchés par une justice partiale et repressive. Une dissuasion à l'egard du peuple pour toute velléité de revolte au lendemain de l'élection présidentielle. Le temps que les politiciens s'organisent et se structurent soit, le regime aura largement ancré ses bases et ses fondations pour contrer les observations voire les manifestations des partis opposants.

Les malgaches ont trouvé leur nouveaux colons avec les mêmes pratiques. Autant pour l'administration que pour l'economie laisse aussi à désirer, dominée par une minorité  de Hovas, indo-pakistanaise, asiatique et francaise, les indigènes réduits en simple salariés 

Boucs émissaires, 

Mbola Rajaonah, opérateur transitaire, à la tête  d'un groupe de médias opposant au regime actuel, ayant une bonne audience sur les grandes villes y compris la capitale Antananarivo, avait failli rendre hypothétique et réduire au cendre l'élection de Andry Rajoelina, pire, Mbola Rajaonah pendant la transition faisait parti des hommes de mains de Mamy Ravatomanga et du Président putschiste lui-même, le fait de rejoindre Hery Rajaonarimampianina était considéré comme une trahison pour les deux. Plus grave, il était complice et au courant de toutes les operations d'importations et exportations illicites opérées par les deux associés : Mamy Ravatomanga et Andry Rajoelina. Plus l'arrestation d'Eddy Maminirina est un avertissement aux gens de la filière et reseau du bois de rose, qui ont soutenu le candidat Ravalomanana au second tour, qui maintenant au vu des ces deux arrestations, prennent cela comme des sérieux avertissement et cela sonne comme une invitation à fermer son clapet, tout le monde a compris.

Les boucs émissaires croupissent en tôle, les uns et les autres se taisent par peur de représailles, les rares qui parlent actuellement sont les déçus suite à une profonde désillusion, pour cause, une idylle qui vient d'ailleurs qui s'appelle : " rupture avec le passé", tiens il y a cinq ans et quelque mois, il me semble avoir déjà entendu cela... On verra la suite, le gouvernement on l'a vu, ça a fait ses lots de déçu quant à sa qualité,  ses composants qu'à ses aptitudes à déclencher cette expension rapide tant soutenue lors de la propagande.

Les promesses, certes, n'engagent que ceux qui les écoutent, mais il y a aussi les imbéciles qui ne cessent d'espérer ... Sale colons, parvenus et arrivistes.

Berthold Steauer

Andry Rajoelina Andry Rajoelina
Eddy Maminirina Eddy Maminirina
Maminiaina Ravatomanga Maminiaina Ravatomanga
Mbola Rajaonah, conseiller de Hery Rajaonarimampianina Mbola Rajaonah, conseiller de Hery Rajaonarimampianina

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.