Madagascar : Des mains criminelles, et des pensées machiavéliques

Des mains criminelles jamais identifiées mais connues. Des pensées machiavéliques, très efficaces et très bien organisées.
  • Des mains criminelles, 

en passant en revue les événements passés à Madagascar, en observant et en analysant les faits, les actions, et leurs conséquences, force est constater que le feu, plus clairement les incendies criminels des monuments avaient été les plus utilisés pour déstabiliser le payer qui de facto entrainent la chute du pouvoir en place, par la démission du Chef de l'Exécutif, le Président. 

Le premier monument étant l'hôtel de ville d'Antananarivo en 1972, suite à un mouvement des étudiants qui provoquait la chute du président Philibert Tsiranana.

L'hôtel de ville d'Antananarivo, incendié, pendant les mouvements de revendications des étudiants de l'université d'Antananarivo. C'était une opération savamment organisée, il fallait qu'un symbole soit incendié et détruit, pour affaiblir le pouvoir. Conséquences, le Président Philibert Tsiranana était contraint de passer la main au Général Gabriel Ramanantsoa, qui plus tard était contraint de démissionner. Pourquoi ? Suite à des menaces d'assassinat et de guerre tribale. Qui étaient derrière tout cela ? L'hôtel de ville d'Antananarivo, incendié, pendant les mouvements de revendications des étudiants de l'université d'Antananarivo. C'était une opération savamment organisée, il fallait qu'un symbole soit incendié et détruit, pour affaiblir le pouvoir. Conséquences, le Président Philibert Tsiranana était contraint de passer la main au Général Gabriel Ramanantsoa, qui plus tard était contraint de démissionner. Pourquoi ? Suite à des menaces d'assassinat et de guerre tribale. Qui étaient derrière tout cela ?

Plus tard, le palais royal" le rova", symbole de la puissance de la noblesse, et royaume de la ville des milles   " les andriana, taranaka mpanjaka" : descendants royales, avait aussi été incendié par des mains criminelles. Qui annoncait de suite la chute du feu professeur Albert Zafy, président de l'époque, et le retour de l'Amiral rouge, le président Didier Ratsiraka.

  1. L'une des grandes figures politiques Malgache, qui connait probablement, les auteurs de tous les actes abominables depuis 1972 L'une des grandes figures politiques Malgache, qui connait probablement, les auteurs de tous les actes abominables depuis 1972

La chute de l'Amirale rouge était symbolisée par des petites guerres fratricides dont les côtiers avaient été les principales victimes, ceci suite aux ordres, le fameux :  "Haza lambo"( pourchasser comme des sangliers) de Marc Ravalomanana, ceux qui s'opposaient à son élection unilatéralement proclamée à la tête du pays. Le feu, par les incendies criminels, était bien présent et bien utilisé.

Marc Ravalomanana, accusé à tort d'être à l'origine de l'attaque du domicile du feu Guy Willy Razanamasy, pendant le fameux "haza lambo", chasse aux sangliers. Marc Ravalomanana, accusé à tort d'être à l'origine de l'attaque du domicile du feu Guy Willy Razanamasy, pendant le fameux "haza lambo", chasse aux sangliers.

M.Ravalomanana ne pouvait pas terminer son second mandat, le feu, les feux, de plus belle, reprenaient surface, partout dans la capitale d'Antananarivo, très important dégâts les uns aux autres, le plus symbolique étant le site de la Radio et Télévision Malgache, sans compter les sacrifices humains, brûlés vifs et piégés dans les braises. Tout cela pour introduire Andry Rajoelina au pouvoir pour une longue transition sanglante. 

Des brûlés vivants, sacrifiés pour provoquer la chute de Marc Ravalomanana, l'opération avait été une reussite, car la population avait été dégoutée des morts tués par balles. Marc Ravalomanana accusé à tort. Il a fallu que le Lieutenant-colonel Charles Andrianasoavina dévoile la vérité sur le genocide du lundi noir pour qu'une partie de la population éprouve de nouveau confiance à M.Ravalomanana Des brûlés vivants, sacrifiés pour provoquer la chute de Marc Ravalomanana, l'opération avait été une reussite, car la population avait été dégoutée des morts tués par balles. Marc Ravalomanana accusé à tort. Il a fallu que le Lieutenant-colonel Charles Andrianasoavina dévoile la vérité sur le genocide du lundi noir pour qu'une partie de la population éprouve de nouveau confiance à M.Ravalomanana

La fin de la transition de Andry Rajoelina annoncait l'arrivée au pouvoir de Hery Rajaonarimampianina où sitôt la cérémonie de son investiture terminée, un assassinat par une grenade offensive avait été perpétré encore par des mains criminelles. 

Hery Rajaonarimampianina, tant bien que mal mettait en place une présidence tranquille avec un pouvoir qui encaisse tous, les sabotages, les provocations, les critiques, les injures... Sans répondre, qui a fini par laisser libre voie à la venue de Andry Rajoelina à la commande du pays, curieuse coincidence, le seul moment où il n'y avait eu aucun incidie et aucun acte criminel. Toutefois, son élection ne fait pas l'unanimité quant à sa crédibilité. 

Hery Rajaonarimampianina, victimes de harcèlement médiatiques. Il avait su se tenir face aux moultes provocations auxquelles il faisait face en restant ferme. Mais il avait été débordé par les diverse malversations dont les auteurs principaux étaient ses proches collaborateurs. Hery Rajaonarimampianina, victimes de harcèlement médiatiques. Il avait su se tenir face aux moultes provocations auxquelles il faisait face en restant ferme. Mais il avait été débordé par les diverse malversations dont les auteurs principaux étaient ses proches collaborateurs.

À travers tous ses faits historiques, deux personnes, deux présidents avaient été fortement soupconnés pour être les auteurs des actes criminels surtout pour l'incendie du palais royal d'Antananarivo, symbole de la puissance de la noblesse merina. Les présidents, Albert Zafy et Didier Ratsiraka. Le premier traité de tribaliste anti-merina avait été accusé à tort, le professeur était blessé de cette accusation sans fondement au point de garder pour lui des informations capitales pouvant dénaturer les faits, le professeur savait qui sont les criminels qui l'ont poussé à quitter le pouvoir. Il ne pouvait pas être tribaliste une de ses brues est une native de la noblesse merina d'Antananarivo, il préférait se taire, face à ses detracteurs il choisissait le silence; à son décès, le tout Tana était présent pour ainsi on dirait manifester leur compassion et leur regret d'avoir été manipulé par des criminels pendant le vivant du père de la démocratie. Le second, éduqué et élevé dans une grande famille bourgeoise et noble d'Antananarivo avait toujours narré avec fierté son éducation et il éprouvait une sympathie envers les merina au point d'accepter le mariage d'une de ses  filles avec un merina* issu de la noblesse d'Antananarivo. Il tentait tant bien que mal de démentir sans que les médias ne le croyaient et qui ne cessaient en ne ratant aucune occasion de l'attaquer. Bien entendu autant le President feu Albert Zafy que le Président Didier Ratsiraka savent qui sont les criminels politiques qui ne cessent de déstabiliser le pays, pour un seul et unique objectif : accéder au pouvoir. 

Deux ex-présidents, Professeur Albert Zafy et Didier Ratsiraka, accusés à tort d'être les commanditaires de l'incendie du palais royal d'Antananarivo. Qui leur a été chacun de maniere latente, fatale, vu que chacun ils ont vu le pouvoir leur échapper par contrainte. Deux ex-présidents, Professeur Albert Zafy et Didier Ratsiraka, accusés à tort d'être les commanditaires de l'incendie du palais royal d'Antananarivo. Qui leur a été chacun de maniere latente, fatale, vu que chacun ils ont vu le pouvoir leur échapper par contrainte.

Par contre, deux présidents : Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina savent aussi que leurs deux aînés, quel groupe, quel clan, et quels genres de personnes les ont incités à semer la pagaille et la déstabilisation par des assassinats et des incendies criminels à travers l'île surtout dans la capitale. Ils ne pouvaient pas transcrire publiquement les vérités sur ces faits car eux-mêmes ils sont impliqués.

Pour 2009, le Lieutenant- Colonel Charles Andrianasoavina,  accusait publiquement le Président Andry Rajoelina ainsi que d'autres personnes qui executaient l'opération "lundi noir". D'autres noms avaient été cités, nombreux étaient les malgaches qui avaient suivi avec attention les révélations du lieutenant-colonel Charles Andrianasoavina sans qu'ils ne saisissent que parmi les noms que le Lieutenant-colonel citait, un clan manipulateur était bien parmi et bien cité qui par la similitude des actes d'incendies volontaires et criminelles depuis 1972, par leur mode opératoire : feux, tueries, et déstabilisation. L'opinion aurait pu capter le message pourtant précis du Lieutenant-colonel, soutenu par son compère le Général Noël Rakotonandrasana, l'opinion public n'a pas tellement saisi l'objectif des révélation des deux officiers de l'armée malgache. 

Pour 2002, Marc Ravalomanana était conscient de l'ordre qu'il avait donné : " chassez!! comme des sangliers" avec le soutien et conseil de ces manipulateurs notoires. Plus tard, il devenait leur proie et victime d'où le mouvement sanglant de 2009.

Andry Rajoelina autant que Marc Ravalomanana pértinemment savaient qui sont ces gens, jusqu'à ce jour, ils ne peuvent pas délier leur langue, eux-mêmes avaient pris part à ces opérations directement ou indirectement. Par l'analyse de ces faits historiques, Marc Ravalomanana était, piégé, et manipulé par ce maître penseur expert à toutes les opérations de déstabilisation politique,  ce descendant de machiavel, planifiait depuis bien longtemps l'arrivée au pouvoir de leur représentant ou de leur héritier. 

Andry Rajoelina, Chef de l'Etat et élu Président de la République au mois de Janvier 2019, son entourage et lui même tentent de rassembler le maximum de partisans autour de lui. Son accès au pouvoir en 2009 avait été entaché de sang. Andry Rajoelina, Chef de l'Etat et élu Président de la République au mois de Janvier 2019, son entourage et lui même tentent de rassembler le maximum de partisans autour de lui. Son accès au pouvoir en 2009 avait été entaché de sang.

Pensées machiavéliques, 

Sitôt son investiture faite, suite à une autoproclamation, Marc Ravalomanana annoncait le fameux HAZA LAMBO. Il ne pouvait pas déclarer au grand public les personnes qui avaient monter cette stratégie avec lui, et cela sans que Marc Ravalomanana ne se rende compte même à ce jour, favorisait à la mise en place et la concrétisation d'un plan machiavélique élaboré suivant les événements tantôt en les créant, tantôt en provoquant. 

Un groupe de maîtres-penseurs, plutôt des penseurs machiavéliques qui ne reculent pas devant les obstacles, soit ils les éliminent soit ils les emprisonnent. 

Les incendies criminelles et les déstabilisations par-ci avec tel pouvoir, par-là avec telle présidence avaient été opérées pour concrétiser l'arrivée d'un clan aux commandements de l'île. 

Le palais royal, symbole de la puissance de la dominance de la royauté merina d'Antananarivo. Incendié pendant la période de la présidence du feu Président, Professeur Albert Zafy, accusé à tort être le commanditaire de cet acte criminelle et abominable. Le palais royal, symbole de la puissance de la dominance de la royauté merina d'Antananarivo. Incendié pendant la période de la présidence du feu Président, Professeur Albert Zafy, accusé à tort être le commanditaire de cet acte criminelle et abominable.

Trois personnes conscientes du danger freinaient ce processus abominable. 

Didier Ratsiraka, élu président deux fois, avec habilité, avait bien équilibrée la présence ethnique de chaque gouvernement, en prenant soin de ne pas froisser les nobles et l'oligarchie merina. Avec les nobles, aucun problème n'avait été spécialement ressenti par contre d'autres clans l'attaquaient sans cesse pour des raisons politiques. Dernièrement, pendant son intervention télévisée, il disait clairement suite à une question très embarrassante d'un journaliste sur l'assassinat du chef d'Etat Richard Ratsimandrava, il commencait à livrer sa version des faits, puis un moment il s'arretait en plein milieu de sa phrase : "... Je n'ai pas envie de me faire assassiner...... Ils sont encore là et bien là"  à qui faisait-il allusion ? 

Deux Chefs d'Etat, le feu Général Gabriel Ramanantsoa et le feu Colonel Richard Ratsimandrava, le Général concédant aux multiples menaces de mort et de guerre tribale, avait préféré démissionné en passant la main au Colonel Ratsimandrava, qui fut assassiné la semaine de sa prise du pouvoir. Le Général savait, d'autres officiers savaient, qui étaient les commanditaires mais ils avaient peur de leurs vies et leurs carrières, d'autres avaient opéré pour désinformer. Deux Chefs d'Etat, le feu Général Gabriel Ramanantsoa et le feu Colonel Richard Ratsimandrava, le Général concédant aux multiples menaces de mort et de guerre tribale, avait préféré démissionné en passant la main au Colonel Ratsimandrava, qui fut assassiné la semaine de sa prise du pouvoir. Le Général savait, d'autres officiers savaient, qui étaient les commanditaires mais ils avaient peur de leurs vies et leurs carrières, d'autres avaient opéré pour désinformer.

Albert Zafy, un moment contraint de céder son pouvoir suite à un empêchement savamment organisé, ne tenait pas ni resister ni se battre malgré les insistances de ses conseillers. Pourquoi ?

Des menaces d'attentats qualifiées de sérieuses semble-t-il encouraient contre lui, il optait de lâcher et quitter le pouvoir, suite aux conseils prudents de sa famille. Le Proffesseur Albert Zafy savait qui proférait, quel clan et quel groupe provenaient les menaces à son encontre. 

Le feu Premier Ministre, l'aîné de la noblesse d'Antananarivo, illustre personnage, réputé par son sens de l'amitié et du respect. Ami proche de Didier Ratsiraka et de M.Ravalomanana. Le décès de GWR annoncait comme par coincidence la domination des Andriana " les nobles" et du coup les difficultés de l' implémentation de la gouvernance républicaine et démocrate. Le feu Premier Ministre, l'aîné de la noblesse d'Antananarivo, illustre personnage, réputé par son sens de l'amitié et du respect. Ami proche de Didier Ratsiraka et de M.Ravalomanana. Le décès de GWR annoncait comme par coincidence la domination des Andriana " les nobles" et du coup les difficultés de l' implémentation de la gouvernance républicaine et démocrate.

L'aîné des Andriana, le Premier Ministre et Chef de Gouvernement, Guy Willy Razanamasy, à la sortie d'une réunion lancait une phrase que personne n'avait saisie le sens, sauf une personne qui savait que le message du Premier Ministre  lui avait été adressé et qui s'était tenu de réagir  : " ...Tsy matahotra leitsy izahay ah ! tsy any lesany Antananarivo fa anay" traduction littérale : " ... On n'a pas peur, Antananarivo n'est pas à vous, c'est à nous ". Plus tard le Premier Ministre avait payé cher la conséquence de ces propos, sa demeure conjugale se faisait attaquer et avait été vandalisée par des milices organisés dont les commanditaires faisaient partis des hommes qui orbitaient  autour de Marc Ravalomanana. 

Marc Ravalomanana n'était  pas le commanditaire de l'acte de vandalismes qu'avait subi la famille G.W Razanamasy. Si M. Ravalomanana était devenu maire c'était surtout grâce à son ami G.W Razanamasy. Ratsiraka était contraint d'accepter M. Ravalomanana suite à l'impulsion et les recommandations de Guy Willy Razanamasy pour être candidat à la mairie d'Antananarivo, Didier Ratsiraka et Le feu Guy Willy Razanamasy sont très proches, seul avec le feu Pascal Rakotomavo, Guy Willy Razanamasy pouvaient tutoyer et l'appeler par son prénom, le Président Didier Ratsiraka. Le Premier Ministre savait de qui provenait l'attaque de son domicile , malgré les intox lancés par la bande organisée. Ni D. Ratsiraka ni M.Ravalomanana n'avaient rien à reprocher à G.W Razanamasy. Par contre, le coup est ingénieux car la mésententes entre M.Ravalomanana et D.Ratsiraka ne faisaient qu'empirer, les deux se sont doutés mutuellement, qui était le commanditaire de l'attaque qu'elle subissait la famille G.W Razanamasy?  Le froid était installé entre M.Ravalomanana et G.W Razanamasy, autant pour M.Ravalomanana et D.Ratsiraka vu les circonstances, cela avantagait la progression du plan du clan qui tirait les ficelles de ces tensions entre leaders politiques. 

Feu Philibert Tsiranana, premier président de la République de Madagascar, un personnage humble et sincère. Les morts provoqués par les mouvements de revendications et l'incendie de l'hôtel l'avaient pousser à démissionner, l'instituteur savait qui étaient le groupe de personnes derrière ces opérations de vandalismes et de tueries. Feu Philibert Tsiranana, premier président de la République de Madagascar, un personnage humble et sincère. Les morts provoqués par les mouvements de revendications et l'incendie de l'hôtel l'avaient pousser à démissionner, l'instituteur savait qui étaient le groupe de personnes derrière ces opérations de vandalismes et de tueries.

De P. Tsiranana à ce jour, ce groupe de fomenteurs de coup d'Etat était toujours là, ils ne ratent aucune occasion pour mettre en place leurs objectifs. La mairie d'Antananarivo, le palais royal, la Radio et Télévision de Madagascar et les magasins et grandes surfaces tous incendiés, suivant un plan bien organisé et pour le long terme, incendiés par les mêmes commanditaires criminels, machiavéliques, et impitoyables. 

Cette thèse, a été faite de manière exprès sans trop de précisions pour protéger nos sources, mais il n'est tout de même pas difficile de lire à travers les lignes qui sont ces penseurs machiavéliques ? Qui sont leur heritiers ? 

Si vous doutez de nos dires, faites la synthèse et la comparaison de toutes les incendies majeures dans l'histoire de Madagascar depuis 1972 à ce jour, il y a toujours des noms qui sont cités pour étant les auteurs de ces opérations incendiaires mais il y a un clan et un groupe politique que vous ne voyez nulle part, qui étiez toujours là, à la tête la personne qui représente son clan maitrise parfaitement l'histoire des nobles d'Antananarivo, il savait, il sait quelle est la faiblesse des nobles d'Antananarivo ronger par la division entre-elles, comment les appréhender surtout après le décès de leur aîné, Guy Willy Razanamasy, elles ont du mal à se réorganiser. 

Le Président Andry Rajoelina, aime porter les imitations de vêtements royales et des habilles des nobles d'Antananarivo. Le Président Andry Rajoelina, aime porter les imitations de vêtements royales et des habilles des nobles d'Antananarivo.

Madagascar est une île plein de mystères, le peuple malgache ne connaît pas suffisamment l'histoire de leur pays, une  civilisation jeune interrompue par la colonisation. Le palais royal est incendié, la couronne royale portée disparue, un pouvoir qui partage une sympathie avec les nobles d'Antananarivo et celles des provinces est harcèlé et destitué, qui a peur du retour de la royauté des nobles " des Andriana"d'Analamanga ? La réponse semble évidente mais personne ne veut l'aborder par peur de représailles. 

Et si tout était calculé et planifié depuis bien longtemps, favorisé par une population vulnérable et manipulable. De là viennent les instabilités politiques périodique de l'île surtout quand cette oligarchie clanique d'Antananarivo n'est pas satisfaite de leurs exigences, tous les présidents en ont subi sans exception, on verra la suite avec le nouvel élu Andry Rajoelina, qui semble être en très bon terme avec ce groupe. 

Qui sont-ils ?

Pourquoi ces imitations  de vêtements royales porté par Andry Rajoelina sachant qu'il n'est pas de race noble, certes un de ses parents est d'Antananarivo ? Que veut-il transmettre ? Est-ce dans sa tête, il est le nouveau roi d'Antananarivo et de Madagascar? À quelle époque la couronne de la reine était déclarée perdue, pour ne plus être retrouvée ? Trop de questions sans réponses, nos électeurs souhaiteraient que ces bouffons  aient plus tard un nom. 

Falinirina Rabezato. 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.