la voix du sud
Investigation, Information et sensibilisation
Abonné·e de Mediapart

38 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 mai 2019

Madagascar : De scandale en scandale

Insouciance inégalée des malgaches

la voix du sud
Investigation, Information et sensibilisation
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Andrianirina Rajoelina, président de la République Malgache, le magnifique, El Magnifico, ou  Laurel, un DJ, qui, avec habilité fait jaser son peuple, avec un rythme endiablé digne d'un Charlie Chaplin et de Laurel et Hardy : M.Ravatomanga, qui font rire à la fois les enfants et les adultes.

Les legendaires Laurel et Hardy, qui collent parfaitement aux deux matadors malgaches, Andry & Mamy. Deux personnages qui au bout de quatres années de passage au pouvoir suite à un putsch, se sont enrichis de manière spectaculaire. La JIRAMA avait été l'une de leur victime. Une société d'Etat au bord de la faillite, qui n'arrive plus à couvrir ses charges techniques et de fonctionnement, d'où les conséquences de coupures fréquentes de l'électricité dans toutes les régions de l'île

Avec le froid qui débute à peine à Madagascar, dans les chaumières, la chaîne télévisée nationale se fait zapper, on ne parle que les attaques et les invectives que subisse l'Etat, par ses erreurs, par ses errements, par maladresses bref, de scandale en scandale, ceci tous les jours. 

Maminiaina Ravatomanga, Hardy , 

Le salon, et les coulisses s'accordent à dire que A. Rajoelina ne serait rien sans le soutien logistique et financier de M.Ravatomanga, faux, les deux font la paire, l'un n'existe pas sans l'autre, ils se dépendent, l'un à l'autre, aucune action ne se fait sans l'accord et consentement commun et mutuel. 

L'investigation avait été effectuée par le Bureau Indépendant de l'ANti COrruption : BIANCO. L'enqueteur principal le Général Benjamina Ratovoson avait été précipitamment limogé pour étouffer l'affaire.

Il est difficile de croire que dans tous les agissements de Hardy : M.Ravatomanga, il n'y a pas eu accord de Laurel :A. Rajoelina qui est l'actuel Président de la République Malgache. Les scandales se suivent et se succèdent, on se demande par quel miracle, par quel biais, ils, les deux, accessoirement avec Calamity Jane : LR.Andriantongarivo, la ministre de la communication et de la culture,  arrivent-ils à asseoir leur pouvoir, il faut s'adresser aux malgaches pour être fixé. 

  • Nous avions mis la main sur des dossiers chauds qui incriminent M.Ravatomanga et ses collaborateurs, qui lors de son passage en tant qu'administrateur de la société de distribution de l'électricité et de l'eau malgache, administrateur représentant de la présidence : JIRAMA, s'était tout simplement servi de sa puissance politique pour effectuer des montages financiers pendant la période de la transition qui procurent des avantages financiers colossaux à son groupe. Le forfait étant estimé autour de 80.000.000.000Ar : QUATRE VINGT MILLIARD ARIARY * Environ 17.000.000 €uros. Hardy : M.Ravatomanga avait mis la main dans la caisse, aidé par le Directeur Général de la JIRAMA de l'époque, Désiré Rasidy, assistés par les collaborateurs de M.Ravatomanga, M.Rakotobe Andriatafy, Andrianasolo José et de Eric.M.Razanaparany directeur général de la société MMP/BTP par laquelle une bonne partie des fonds avaient transité.
  • La liste des suspects convoqués et enquetés par le BIANCO

H. Rajaonarimampianina ordonnait des investigations dès son accès au pouvoir, une bonne partie de l'enquête avait été effectuée par le Bureau Indépendant ANti-COrruption : BIANCO, qui avait conclu clairement par leur conclusion l'implication flagrante de Maminiaina Ravatomanga et consorts. Une implication indéniable. Nous savons pourquoi les poursuites n'ont pas abouti jusqu'à l'arrestation de ces chérubins, oui c'est vrai, on dirait des angelots, bien habillés, polis, qui vivent dans le luxe, mais sommes toutes des personnages capables de tout. 

À deux ils ont dépouillé la société d'Etat, qui jusqu'à ce jour n'a jamais pu renflouer ce trou, qui reste béant. C'est scandaleux et c'est un crime, la justice malgache est corrompue, de là prend racine un réseau d'influence digne d'une organisation mafieuse. Si on prend référence aux rapports d'activités de 2009/2010/2011/2012, vous allez vous même, rendre compte qu'il y a malaise et il y a un dysfonctionnement anormal au niveau de la gestion de la JIRAMA de l'époque de la transition : le président de la République A.Rajoelina , M.Ravatomanga, le PCA, le Directeur général de la JIRAMA sont les principaux acteurs de cette grande arnaque de 80.000.000.000 ariary et devront répondre de leur crime, c'est un acte criminel. 

L'implication de M.Ravatomanga, associé de A. Rajoelina est indéniable. A deux ils ont dépouillé la société d'Etat JIRAMA, elle n'a jamais pu renflouer ce trou de gestion du à cette escroquerie jusqu'à ce jour. La population subit les coupures quotidiennes "délestage" depuis 2009.Tant bien que mal H. Rajaonarimampianina avait tenté redonner vie à la société d'Etat, mais le trous était tellement béant qu'il a du aller vers les energies renouvelables.

Oui en effet, on sait qui avait étouffé cet acte criminel, on en reparlera lors de notre prochaine édition, le temps de mettre la main sur les dossiers de vente, pardon "cession gracieuse " de deux véhicules 4x4 neufs de marque Toyota, type Prado, au ministre de la justice actuel, à l'époque au poste du procureur général. Nous en reparlerons. 

Accusation implacable, on se demande pourquoi n'y avait-il eu ni arrestation ni mandat de dépôt, un procureur avait étouffé l'affaire en se faisant corrompre. Ce gouvernement de A.RAJOELINA est truffé de personnages corrompus, n'avions-nous pas parlé du dossier de financement fonds subsahariens? On pourra creuser un peu plus le dossier FLAMCO, pour en sortir des noms des personnages qui orbitent autour de A.Rajoelina.

De scandale en scandale avions-nous dit, 

le cercle s'aggrandit, on se demande à quoi elle sert l'armée malgache, ce qui se passe à Madagascar est rocambolesques, des professionnels en publicités deviennent des experts en achats et ventes d'équipements militaires, le dernier en date étant le patron du groupe GRAPHICLAND, Bernard Sandretto, en jouant l'intermédiaire entre l'Etat Malgache et la société touristique Sud Africaine DITHOLO LODGE, basée au 564 KQ, Kromdraai Road. Société à vocation touristique qui n'a rien à voir avec une compagnie fabricant et vendeur d'hélicoptères de transports armés ou d'assaut. 

L'hélicoptère achetée par A.Rajoelina par l'intermédiaire du patron de GRAPHICLAND, Bernard Sandretto, qui est un professionnel de la sérigraphie publicitaire. Une operation de spéculation au détriment des contribuables malgaches avait été faite, au bas mot, ils ont pu dégagé 200.000€ de cash flow.
A l'origine, l'hélicoptère était de cette couleur, un engin plutôt destiné pour la plaisance que pour l'usage militaire. Elle est depourvue des normes exigées pour des hélicoptères militaires pour le transport ou d'assaut. Une arnaque avérée.

Inutile de préciser que les hélicoptères touristiques sont loin d'être destinées à l'usage militaire motif et objet de l'acquisition, des normes strictes sont exigées lors de l'établissement du contrat d'achat, à savoir : le blindage 14,5 kg / m² adaptée à la protection contre les fusils selon la norme NIJ 0108.01 Niveau III, ceci afin d'assurer l'aspect multi opérationnel, et la sécurité des hélicoptères de transports armés et d'assauts.

  1. Hélicoptère armée à usage mixte, transports et assauts, comparez avec l'image en dessous, achetée par le Président Malgache.
    L'armée de l'air malgache n'avait pas été jugée nécessaire de les consulter sur les normes à respecter pour des engins à vocation militaires

Il est évident que cette acquisition n'avait eu ni la consultation préalable des experts au sein de l'armée de l'air, ni du respect préalable des procédures requises aux passations de marchés publics. Dans le dossier que nous avions pu procurer on ne voit nulle part les heures de vol effectuées par l'engin, mais vu l'année de sortie, son prix serait estimé autour de 800.000$ US au plus cher, nos informations traduisent une vente opérée autour du million de dollars, qui c'est, qui s'est engraissé au passage ? Quel budget, ou quel chapitre du budget de l'Etat avait été affecté cet engagement ? Quelle en est la référence de la consultation ou l'appel d'offre ? 

Cette hélicoptère appartenait au groupe touristique DITHOLO LODGE, basée en Afrique du Sud, l'utilisation de l'engin était uniquement pour le tourisme. Par contre les heures de vol n'ont pas été citées, cependant, son prix ne devra pas dépasser les 800.000$US, tarif déjà largement surestimé.

Comme l'operation "Riz pas cher" aucune question n'aura de réponse de la part des hommes d'Etat Malgache.

Pour masquer l'arnaque, il avait été impératif de peindre l'hélicoptère en vert militaire pour se rapprocher à un maquillage parfait. Arnaque d'apprenti escroc.

Bref, un pays où on s'enrichit le mieux et le plus facilement sur terre serait Madagascar, avec un peuple qui ne pose pas de soucis à ce que font leurs gouvernants, ces bornes, ils sont  rois au pays des aveugles. Pauvres peuples Malgaches, une telle insouciance à l'égard des méfaits et des crimes financiers de leur gouvernant, le peuple malgache mériterait le prix nobel de la tolérance. 

Andrew Berthold 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Comment les Chinois ont corrompu les Kabila pour un contrat minier géant
Une société-écran, alimentée par deux sociétés d’État chinoises détentrices du plus gros contrat minier de l’histoire de la RDC, a versé au moins 30 millions de dollars à la famille et au premier cercle de l’ancien président Joseph Kabila. Sa famille a aussi obtenu en secret des parts dans l’autoroute et le barrage liés à la mine.
par Yann Philippin et Sonia Rolley (RFI)
Journal — International
Des millions volés à l’État ont financé un retrait de cash par le directeur financier de Kabila
L’entreprise congolaise Egal, qui a détourné 43 millions de dollars de fonds publics en 2013, en a reversé 3,3 millions sur un compte de la présidence de la République de RDC afin de compenser un retrait d’espèces effectué par le directeur financier du président Joseph Kabila.
par Yann Philippin
Journal — International
Russie : pourquoi le Kremlin veut en finir avec Memorial
L’historien Nicolas Werth explique les enjeux de la possible dissolution, par la justice russe, de l’ONG Memorial. Celle-ci se consacre à documenter les crimes de la période soviétique, mettant ainsi des bâtons dans les roues du roman national poutinien.
par Antoine Perraud
Journal — France
Mosquée « pro-djihad » : au Conseil d’État, le ministère de l’intérieur se débat dans ses notes blanches
Vendredi 26 novembre, le Conseil d’État a examiné le référé de la mosquée d’Allonnes (Sarthe), qui conteste sa fermeture pour six mois ordonnée par arrêté préfectoral le 25 octobre. Devant les magistrats, la valeur de feuilles volantes sans en-tête, date ni signature, a semblé s’imposer face aux arguments étayés de la défense. Compte-rendu.
par Lou Syrah

La sélection du Club

Billet de blog
Avec le poids des morts
« Chaque famille, en Côte d'Ivoire, par exemple, est touchée. Tu vois le désastre, dans la mienne ? On assiste à une tragédie impensable ». C. témoigne : après un frère perdu en Libye, un neveu disparu en mer, il est allé reconnaître le corps de sa belle-sœur, dont le bateau a fait naufrage le 17 juin 2021 aux abords de Lanzarote, à Orzola.
par marie cosnay
Billet de blog
« Murs de papiers »
[Archive] Olivier Cousin, dans son dernier film, nous donne à voir ce qu’est la vie des sans-papiers à travers une permanence d’accueil de la Cimade : des chemins de l’exil aux mille dangers, des parcours du combattant face à une administration française kafkaïenne, la fin de la peur et l'espérance en une vie meilleure, apaisée.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
« L’Héroïque Lande - La Frontière brûle » : des vies électriques
[Archive] «L'Héroïque Lande. La Frontière brûle», réalisé par Elisabeth Perceval et Nicolas Klotz, renverse les attendus d'un film «sur» La Jungle de Calais, pour sonder les puissances politiques et sensibles du cinéma, avec des images qui s'imaginent depuis une Zone et avec ses fugitifs.
par Robert Bonamy
Billet de blog
« Ailleurs, partout » : d’autres images des migrations
« Ailleurs, partout », d’Isabelle Ingold & Vivianne Perelmuter, sort le 1er décembre. Le documentaire offre une passionnante réflexion sur les paradoxes de la géographie contemporaine, entre fausse ubiquité du cyberespace et vrais obstacles aux migrations. Rencontre avec les deux réalisatrices. (Entretien avec Nashidil Rouiaï & Manouk Borzakian)
par Géographies en mouvement