Madagascar : Andry Rajoelina ruine Madagascar

Andry Rajoelina, président des chinois et indo-pakistanais.

Les années de l'espoir à la trahison, de promesses aux démagogies. 

2009, l'année de tous les malheurs pour les malgaches. Un peuple qui aspirait plus de liberté qu'avant, plus de développement, plus de sérénité, et plus de couverture sanitaire qu'à l'époque de M.Ravalomanana. Une population qui pensait avoir un meilleur système scolaire, un mieux vivre ensemble, et un meilleur cadre de vie qu'en 2018. Leur espoir pour un monde meilleur était énorme et inimaginable, beaucoup de promesses avaient été savamment dissiminées par le putschiste du jour : Andry Rajoelina, les : " je suis le meilleur..." et les : "... je suis démocrate, et vous donnerai Ambohijatovo pour vos manifestations et revendications futures..." avaient été cru et gobé par ce peuple désarmé et peu crédule.

2019, l'année de l'élection et l'investiture de Andry Rajoelina en tant que président de la République de Madagascar, c'est aussi l'année de la reconquête du pouvoir : exécutif, législatif et communales par des promesses politiques au cours de laquelle, A. Rajoelina un démagogue notoire avait su endormir une fois de plus les malgaches : les hauts conseillers de l'Etat, les magistrats, les officiers supérieurs bref l'ensemble des force vives de la nation. Les revendications et grèves commençaient à se dessiner dès le deuxième mois et première année du mandat du jeune et inexpérimenté président malgaches. Les mensonges se faisaient démystifier presque tous les jours, rajouté à cela les bévues et maladresse soit sur les actions à faire soit sur les décisions prises sans compter les vols et détournements des voix lors des deux dernières élections : législatives et communales. Une bonne partie de la population ne croit plus aux miracles tant promis, hélas, le retour vers la réalité était aussi rapide que les paroles vaines du profanateur du mal, une descente vertigineuse, la honte!, la honte!, la honte! disent les uns,  Ôlé ôlé la trahison, disent les autres. A.Rajoelina à bien eu le peuple malgache, leurs grognes commencent à être entendu par les diverses manifestations spontanées que les autorités locales tentent de mater avec une agressivité inouïe.

2020, une année de toutes les revendications, une année de prise de conscience par rapport aux dangers que le pays subisse.

Les regrets et les désappointements, 

Beaucoup regrette de cette élection mais ne le dit pas, quand les malgaches pensent qu'ils avaient été prévenus par Didier Ratsiraka l'ex-président, l'amiral rouge, ils ne peuvent que mordre leurs doigts, en effet en 2018 à maintes reprises , "DEBA*" conscient du danger imminent avertissait l'opinion et la population : "  l'élection présidentielle est loin d'être urgente,.....  certains entre nous, candidats s'entêtent à effectuer cette élection... ils mettent le pays en danger". Oui, on entend les mécontentements, oui on sent la montée de la colère, oui on sent que la température monte, les uns et les autres savent que dans la marmite la vapeur bouillonne, pire par le passé on sait que, quand les malgaches rejettent et renient les hommes du pouvoir, ils ne s'arrêtent qu'à l'ébranlement total du système : la chute du pouvoir. Les malgaches sont désappointés par les mensonges enfantines de A.Rajoelina. 

A.Rajoelina, excellent défenseur des intérêts des indo-pakistanais et chinois. 

Si Madagascar devait être le grenier de l'océan indien, maintenant il est relégué au rang du 29 ème sur les trente et un des pays les plus pauvres au monde, battu par ses voisins les îles Comores, l'île Maurice et les îles Seychelles. Les malversations et la corruption jusqu'au sommet de l'Etat continuent, le pouvoir dilapide les biens appartenant à l'Etat : aéroports, terrains ayant potentiel commercial et agricole, le secteur du transport aérien, le secteur maritime : pêche et aquaculture,  le secteur énergétique et mines, tous concédés tantôt aux indo-pakistanais tantôt aux chinois, le malgache devenu étranger dans son pays reste observateur passif et désarmé de cette dillapidation sans fin de ses patrimoines nationaux, de ses richesses, en voyant petit à petit son pays s'agenouiller vers l'agonie à la merci des indo-pakistanais et des chinois. Le président malgache non seulement il défend et protège les intérêts de ces derniers, pire il en fait la promotion officielle, il prolifère en donnant des faveurs, des avantages et privilèges, ainsi ils n'est pas étonnant de voir des jeunes indo-pakistanais ( photos dans le salon du domicile du président) parmi l'entourage proche du fils aîné de A. Rajoelina pour en être conscient, 

A.Rajoelina ruine le pays

Les malgaches se sentent de jour en jour ruinés, et  épuisé, le chômage reprend surface, les diplômés sans emploie, les investisseurs hésitent à venir. Les malgaches se sentent trahis et usés, les promesses vaines ne sont en fait destinées que pour la famille et les proches du president. La pauvreté, ils la vivent tous les jours, gagner 1$ US par jour est un parcours de combattant, ils sont en colère contre leur président, ils sont en colère contre ce système qui appauvrit le peuple, bref depuis 2009 l'année de tous les malheurs, 2019 année de la grande trahison et 2020 année de toutes les revendications. L'année débute mal pour A.Rajoelina, devant la grève des enseignants, la manifestation des étudiants, les revendications de la population, et les grognes au sein des forces armées sur les critères de promotion et avancement, bref la tension monte, la vapeur bouillonne... 

Avertissement de danger niveau orange

Pour l'île rouge, ce sera certainement une année chaude, si on consent que le déplacement de M.Ravalomanana ancien président malgache pour rencontrer son homologue ancien président H.Rajaonarimampianina en France à Paris est loin d'être le fruit du hasard, si à l'évidence le retour politique annoncé sur les médias  internationaux et locaux de H.Rajaonarimampianina tétanisé et paralyse  au plus haut point À Rajoelina , si les interventions pertinentes de M.Ravalomanana et d'autres ténors politiques énervent A. Rajoelina et si, à Madagascar et ailleurs les malgaches commencent à se sensibiliser entre eux, les groupements politiques se réconcilient et s'unissent, des sociétés civiles s'érigent contre le mode de gouvernance fondé sur la corruption de A. Rajoelina, Madagascar connu sous le nom:" l'île rouge" ,l'île est en danger niveau orange actuellement, bientôt au rouge...écarlate ou san... uin? 

*DEBA : surnom de D.Ratsiraka 

H.Dubois

La voix du sud 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.