la voix du sud
Investigation, Information et sensibilisation
Abonné·e de Mediapart

38 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 mars 2019

Madagascar : arrestations des portes-flingues, une opération de séduction.

Les portes-flingues, en tôle

la voix du sud
Investigation, Information et sensibilisation
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

  • Les portes-flingues, 

Les portes-flingues sont, ceux qui dans l'administration exécutent les opérations de malversations, de détournements, et les abus divers.

Les seconds couteaux qui servent à réaliser les missions pas très catholique des patrons politiques à la tête et à la commande de l'Etat, seuls ayant pouvoir donner des ordres souvent  verbaux, ayant pouvoir de dissuader, et ayant pouvoir de contraindre l'administration à agir dans le sens où " le soleil" ( nom de code du Chef de l'Etat ) veuille abonder.

Les Ministres, les secrétaires généraux, les directeurs de cabinets, les directeurs généraux, jusqu'au niveau des simples directeurs et chefs de services, les nominations ont été faites suivant des sélections d'affinités, d'accointances, d'amitiés, et aussi d'accepter que le chef est avant tout celui qui est à la tête du pays. Le chef a ses amis proches qui ne se cachent pas et qui montrent à tous les niveaux et à toutes les occasions leurs capacités de nuire à tout éventuel refus d'exécuter les sollicitations et instructions venant du soleil.

Bref, Un pouvoir qui prend racines sur un réseau mafieux, où l'accointance prime avant les compétences, où les courtisans  "les portes-flingues" exécutent sans vergogne les basses besognes du boss.

Intérêts et menaces. 

Les missions pas très catholique génèrent de l'argent, beaucoup d'argents pour celui qui se met devant l'administration, pour celui qui signe et accorde l'opération de manière officielle, estampillée de son cachet officiel, là où le boss n'appose nulle part ni sa signature ni son paraphe, aucune trace, ni de signe que l'opération émane du Patron. Les menaces se font verbalement comme les ordres au cas où le fonctionnaire tente de poser des questions embarassantes qui risqueraient de nuire l'opération, les menaces de limogeage ou d'affection sont de légions, inutile de discuter, beaucoup préfèrent concéder et cherchent à soutirer des intérêts pécuniaires avant d'exécuter ceci  est d'ailleurs toléré par les chefs.

Inutile de préciser que le gros des intérêts passe sous l'escarcelle du grand patron, les seconds couteaux savent et ils n'en discutent point au risque d'être limogé sur le champs. Les sollicitations du président sont des ordres, autrement gare à celui qui refuse.

Les risques encourus

Les exécutants savent sur quoi ils s'engagent, ils savent les conséquences éventuelles de leurs engagements et ils sont conscients de leur prise de décisions en apposant principalement leurs signatures sur les documents officiels. 

Les risques encourus ne sont pas minimes, ils risquent leurs carrières dès l'instant le pouvoir change de mains, et les arrestations et l'emprisonnement sont très employés par le Président actuel, Andry Rajoelina, surtout quand l'affaire ne lui touche pas de près.

Ses amis, il ne les touche pas, les autres ? aucun sentiment même s'ils faisaient parti de son soutien aux élections, pas de sentiment, operation mains propres oblige d'où certains ministres de l'ancien gouvernement ont préféré quitter le pays. 

Opération de séduction, opération mains propres... 

Le président de République de Madagascar, peine à gagner internationalement une bonne notoriété, son passage au pouvoir pendant la transition 2009-2013, à la tète de l'État lui coûte l'image de putschiste pendant laquelle ni déontologie, ni procédures n'ont été respectées notamment sur les enrichissements subits et illicites, sur les opérations d'exportations de denrées interdites dans lesquelles nombres de ses proches sont suspectées. Beaucoup de ces biens immobiliers acquis pendant la transition à l'extérieur de Madagascar restent des objets de doutes. Le Président est évalué de facto, quant à sa sincérité et sa crédibilité pour diriger sainement et d'une impartialité exemplaire le pays, beaucoup doutent. 

De tous ceux-ci viennent les exigences draconiennes des institutions financières qui participent activement au développement de Madagascar, mieux la bonne gouvernance est exigée voire imposée par le respect, de la lois, de la constitution, et des procédures, sans compter l'exigence de la transparence sur les prises de décisions, sur les engagements de l'Etat, et sur les contrats qui lient et qui engagent l'État. Toutes ces contraintes de bonne gouvernance poussent le Chef d'Etat à chercher des parades dont les arrestations des seconds couteaux. 

Ancien Directeur Général des Services Fonciers, Hasimpirenena Rasolomampionona, suspecté sur la vente de la propriété villa Élisabeth. Par qui, certainement des déballages sur les acquisitions et ventes abusives de terrains pendant la transition, sont attendus

Des cibles bien réfléchies sommes toutes pour une opération main propre semble-t-il

Étant anciens responsables du Ministère de l'aménagement du territoire, directeur général et directeur des services fonciers peuvent avoir accès à des dossiers pas trop propres, surtout pendant la période de la transition où l'Etat a beaucoup concédé des terrains pour les opérateurs indo-pakistanais, chinois, Mauriciens... où les hauts responsables de la transition avaient vendu délibérément bon nombre de domaines de l'État. 

A ce rythme, les déballages sur les acquisitions concessionnelles illicites et les ventes aux prix dérisoires des terrains domainiaux, sur les contrats excessifs et abusifs au niveau de la JIRAMA, de l'Air Madagascar, la vente du terrain municipal de Antanimbarinandriane qui avait été concédé à une société pétrolière en contre partie des factures de carburants impayées de la Commune Urbaine d'Antananarive, terrain concédé pendant la transition, heureusement, Hery Rajaonarimampianina de concert avec les responsables actuels de la Commune Urbaine d'Antananarive, avaient refusé d'exécuter le transfert définitif profitant de l'occasion l'épouse fu président profite pour y construire et offrir une bibliothèque et un centre multimédia ouvert à tout le monde pour les jeunes, et la commune y a érigé un grand parking et un grand jardin. 

L'opération de séduction s'adresse aux bailleurs des fonds, l'ordre est de ne laisser aucun périmètre aux adversaires politiques, les potes d'avant surtout ceux qui étaient de près ou de loin dans le parti HVM, et ceux qui étaient dans l'entourage proche des époux Hery Rajaonarimampianina.

Lantoniaina Rasoloelison, ancien ministre de l'énergie et des hydrocarbures, proche du Président Rajaonarimampianina.

On ne touche pas par contre aux amis du palais et proches du président qu'ils soient ministres ou sans porte feuille, avec lesquels les"bonnes affaires et opportunités" passent et transitent toute une ramification mafieuse, ceux qui trahissent payent cher, très cher leur trahison.

Mahafaly Rasolonandrasana, ancien Premier Ministre de Hery Rajaonarimampianina, sur qui pèse beaucoup de suspicions de détournements...

Les bruits courent sur beaucoup de personnalités, notamment l'ancien président de l'assemblée nationale Jean Max Rakotomamonjy, l'ancien Ministre des Projets présidentiels de l'aménagement du territoire et de l'équipement, Narson Rafidimanana, l'ancien Ministre de l'énergie et des hydrocarbures, Lantoniaina Rasoloelison, le Ministre de l'Education Nationale, Paul Rabary Andrianiaina, qui comme certains de ses collègues ont soutenu officiellement la candidature tantôt au premier tour tantôt au second tour, la liste est longue, la prison de Tsiafahy risquerait d'être remplie à ce rythme. 

Ministre des projets présidentiels, de l'aménagement du territoire et de l'équipement, Narson Rafidimanana, non reconduit lors du remaniement du Gouvernement Solonandrasana Mahafaly, pour des raisons suspectes.

L'opinion se demande à quel moment le Président commencera à nettoyer sa cour, il y a ceux qui ont délibérément dilapidé les ressources de la JIRAMA, qui jusqu'à ce jour la société d'Etat, au bord de la faillite, traverse une longue et sévère crise financière d'où les délestages que subissent la population.

Synthèse partielle de l'audit de la JIRAMA sur ces engagements et ses dépenses, beaucoup de contrat ont été jugés non urgent pour ne pas passer aux procédures d'appel d'offres, les conventions ne stipulent pas clairement les contraintes des prestataires, les conventions prévoient clairement l'avantage des prestataires...

Les détournements des fonds propres, sur les contrats abusifs et excessifs tant sur les tarifs affichés que sur les consommations en énergie facturées, sans compter les années d'approvisionnement en fuel et gas oil  où on a surtout remarqué des excédents suspects, aucune poursuite, l'ami proche et le bras droit du President Andry Rajoelina était passé par là, en tant que membre du conseil d'administration.

On peut aussi parler la faillite annoncée de la compagnie Air Madagascar, on ne sait par quelle magie, à la fin de la transition, la compagnie dépensait plus qu'elle ne gagne en chiffre d'affaires, les conventions de leasing ou de location d'avions gros porteurs ne sont pas clairs, qui de prime abord sentent encore une fois, le passage du bras droit du président. Inutile de chercher et de palabrer par des phrases qui endorment, il suffit de voir les biens immobiliers acquis par quoi et comment ? acquis par les deux comparses de la transition, acquisition en un temps record pour comprendre qu'il y a anguille sous roche. 

Amis proches, l'un dirige l'État, l'autre pilote les grosses opportunités, deux personnages qui se complètent, Andrinirina Rajoelina et Maminiaina Ravatomanga. Si l'un coule, ensemble ils chutent, leurs enrichissements exponentielles et illicites, bientôt sources de leurs ennuies, on s'y attele.

Ainsi on ne touche pas aux proches du Président Andry Rajoelina.

On peut par exemple nommer, à titre de reconnaissance, un ministre qui a fait l'objet d'un procès scandaleux d'usage de faux diplômes. 

Duperie en cascade, 

Les mois à venir nous confirmeront nos investigations sur beaucoup de zones d'ombre, l'opération d'importation de riz, l'operation d'achat des véhicules blindés par un privé.

Pour l'instant, observons cette duperie en cascade pour séduire l'opinion locale et l'opinion internationale, une chose est sûre, tout ce qu'il entame le jeune président n'est que pure mascarade, le jour où il mettra de l'ordre dans son club mafieux en applicant la lois,  il sera crédible au point où lui même sera sacrifié en même temps que ces acolytes, c'est une duperie totale, une masterisation musicale, et d'un mixage sans nom, on a presqu'oublié que c'est un Disque Jockey qui est à la manette qui croit que les observateurs internationaux, que ses compatriotes et les intellectuels sont dupes, alors on danse ? NON ! ! !

Francois Piétot. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Redon : un mutilé, les fautes du ministère de l’intérieur et la justice qui enterre
Le 19 juin 2021, en Bretagne, lors d’une opération menée pour interdire une rave party, Alban, 22 ans, a eu la main arrachée par une grenade tirée par les gendarmes. Le 11 mars 2022, le parquet de Rennes a classé sans suite. Pourtant, l’enquête démontre non seulement la disproportion de la force mais les responsabilités de la préfecture et du ministère de l’intérieur. Mediapart a pu consulter des SMS et des appels aux pompiers, accablants, enterrés par le procureur de la République.
par Pascale Pascariello
Journal
La majorité se montre embarrassée
Après les révélations de Mediapart concernant le ministre Damien Abad, visé par deux accusations de viol qui ont fait l’objet d’un signalement à LREM le 16 mai, la majorité présidentielle peine à justifier sa nomination au gouvernement malgré cette alerte. La première ministre a assuré qu’elle n’était « pas au courant ».
par Marine Turchi
Journal
La haute-commissaire de l’ONU pour les droits humains en Chine pour une visite à hauts risques
Michelle Bachelet entame lundi 23 mai une mission officielle de six jours en Chine. Elle se rendra au Xinjiang, où Pékin est accusé de mener une politique de répression impitoyable envers les populations musulmanes. Les organisations de défense des droits humains s’inquiètent d’un déplacement trop encadré et de l’éventuelle instrumentalisation. 
par François Bougon
Journal — Europe
À Kharkiv, des habitants se sont réfugiés dans le métro et vivent sous terre
Dans le métro ou sous les bombardements, depuis trois mois, la deuxième ville d’Ukraine vit au rythme de la guerre et pense déjà à la reconstruction.
par Clara Marchaud

La sélection du Club

Billet de blog
Pap Ndiaye : la nouvelle histoire des migrations
En décembre dernier, en direct de Pessac, Pap Ndiaye a évoqué de façon magistrale la nouvelle histoire des migrations, estimant que la France n’est pas un bloc, mais faite de « variations ». On se grandit en les prenant en compte, disait-il, contrairement au projet des « marchands de haine ».
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
L'extrême droite déchaînée contre Pap Ndiaye
Le violence des propos Pap Ndiaye, homme noir, annonce une campagne de criminalisation dangereuse, alors que les groupes et militants armés d'extrême droite multiplient les menaces et les crimes.
par albert herszkowicz
Billet de blog
La condition raciale made in USA
William Edward Burghardt Du Bois, alias WEB Du Bois, demeure soixante ans après sa mort l’une des figures afro-américaines majeures du combat pour l’émancipation. Magali Bessone et Matthieu Renault nous le font mieux connaître avec leur livre « WEB du Bois. Double conscience et condition raciale » aux Editions Amsterdam.
par Christophe PATILLON
Billet de blog
Racisme systémique
Parler de « racisme systémique » c’est reconnaître que le racisme n’est pas uniquement le fait d’actes individuels, pris isolément. Non seulement le racisme n’est pas un fait exceptionnel mais quotidien, ordinaire : systématique, donc. Une définition proposée par Nadia Yala Kisukidi.
par Abécédaire des savoirs critiques