Madagascar : Andrinirina Rajoelina, en quête d'une alliance politique.

2020 où l'année de toutes les incertitudes

Le Pape et ses piques 

Le passage du Pape à Madagascar était passé sous le signe de remontrances et de bonnes paroles adressées directement aux dirigeants, rien n'y fut, la débandade continue de plus belle, les écartades ne cessent de se multiplier sans compter les manquements répétitifs au respect de la constitution qui directement émanent de la présidence , de l'assemblée nationale, du gouvernement malgache et même de l'institution gardienne de la constitution, qu'est la Haute Cour Constitutionnelle. Le pape avait beau recommandé d'éradiquer la corruption qui est un fléau endémique , il avait insisté de cesser le népotisme qui se traduit par la promotion sous forme de privilèges d'un groupe  ou d'un clan, encore une fois rien n'y fut.

À La croisée du chemin

Madagascar, se trouve actuellement à la croisée du chemin deux alternatives se présentent :

soit, 

. le régime actuel maintient le cap et continue les oppressions quotidiennes tantôt sur la privation de la liberté d'expression, l'auto censure que subissent les journalistes continuellement menacés d'interdiction de territoire ou de mandat de dépôt et des politiciens contraints de se taire tantôt sur l'interdiction de manifester de la population mécontente et déçue par la trahison flagrante de Andrinirina Rajoelina eu égard à ses promesses électorales ou beaucoup de mensonges commencent à se dessiner.

soit, 

. Andrianirina Rajoelina et son clan devront changer d'options en s'ouvrant avec d'autres partis politiques pour avoir une certaine sérénité politique, mais tel que c'est parti, le minimum serait de faire l'impasse sur la mairie de la capitale , accepter les revendications des étudiants, admettre le refus des paysans d'Ambohitrimanjaka et éventuellement acquiescer les exigences des professeurs représentés par leur syndicat : SECES. 

Trop de concessions va-t-on dire, connaissant le mode opératoire de A.Rajoelina, il tentera de dissuader par la force en motivant l'armée par des moyens pas très catholique. 

Le peuple se sent trahi : le président prévoit accaparer leurs terres. 

Une grosse opération d'arnaques se met en place, ainsi quand le président malgache pense à accaparer les terres des paysans, c' est vu comme un acte de trahison. Quand il ne fournit depuis huit mois que de l'eau boueuse pour la population, c'est perçu comme une incapacité et une négligence pour le peuple et quand le peuple observe l'arrogance du président et son premier cercle, il exprime un dégoût indéfinissable, viennent après les séries de vols et détournements des voix à l'issue des élections présidentielles, législatives et dernièrement communales, les malgaches sont usés et fatigués de ces abus à ciel ouvert, en réponse à tout cela, des revendications et des rejets commencent à être vus, créant ainsi des foyers de tensions à travers l'île auxquels l'État répond par la brutalité  démesurée, aidée visiblement par une armée dont la motivation reste douteuse.Les étudiants de l'université d'Antananarivo qui revendiquent leur droit en ont subi, des arrestations avaient été opérées, au point où les étudiants et étudiantes avaient été pourchassés jusqu'à leurs cités d'habitation. 

A. Rajoelina projette de regagner l'empathie de la population Tananarivienne. 

La situation s'annonce peu rassurante pour Andrinirina Rajoelina, il tente de récupérer la capitale en créant une série d'événements, le dernier en date, le Christmas mitigé, sous le signe de la lumière, précipitamment inventé pour plaire et regagner l'affect de la population tananarivienne, d'autres campagnes seront prévues notamment les descentes dans les fokontany. 

Antananarivo, semble être revigorée après la rencontre très symbolique à Paris, des deux anciens présidents malgaches : Hery Rajaonarimampianina et Marc Ravalomanana qui ensemble condamnaient par un communiqué, les abus perpétrés par le régime actuel. À la suite de ce communiqué, Andrinirina Rajoelina visiblement énervé, ne cesse de faire des provocations  : "... vous ne pourrez jamais me destituer...", bizarrement ou d'une coïncidence fatale pour le jeune président, sa déclaration au lieu calmer la situation déjà polluée n'avait fait qu'attiser les contestations diverses à travers l'île. 

Où sont les proches du président ? 

Analyser les mouvements actuels à Madagascar de façon superficiel nous amène à conclure que beaucoup d'abus avaient été commis ceux-ci depuis 2009, l'année où Andrianirina Rajoelina avait abusé la naïveté de la population malgache qui avait porté sur lui sa confiance, une maigre partie avait renouvelé et pour éviter une guerre civile sans fin suite au hold up électoral lors de la présidentielle de 2018, le peuple avait toléré et accepté la victoire légale mais illégitime de A. Rajoelina: 

. P. R "... Malheureusement, depuis bientôt un an, il ne fait que confirmer son incapacité de résoudre les problèmes inhérents à ses errements et à ses incompétences, pire il ne cesse de faire des promesses irréalisables..."  à mentionner un professeur émérité, greviste  et membre du syndicat SECES de l'Université d'Antananarivo.

Par contre, un constat plus en profondeur, nous permettra d'observer des faits flagrants. 

Quand on ne voit  l'actuel premier ministre, chef du gouvernement N'tsay Christian que par parcimonie, l'opinion se pose des questions, quand observe les mouvements des Hajo Andrianainarivelo et consorts, peu convaincu de la concrétisation des projets du jeune président et qui s'apprêtent à d'autres échéances, l'opinion reste ébahie, et, quand on voit la disparition totale des vrais soutiens indéfectibles du président on se demande qu'est-ce qui se passe ?

En effet, les Norbert Ratsirahonana, les Herimanana Razafimahefa, les Tinoka Roberto... tous pratiquement isolés et invisibles, pire le jeune président mettra en place sans aucun doute une alliance contre nature avec l'amiral rouge, Didier Ratsiraka qui restera toujours sur ses gardes, il ne sera pas prêt à oublier l'épopée de 2009 (ou la genèse de l'arrivée du traître à la manette) . La dernière en date est la prestation publique peu convaincante du retraité Tovonanahary Rabetsitonta, appelé pour l'urgence afin de sauver le soldat Rajoelina. 

A. Rajoelina aura besoin de mettre en place  cette alliance incertaine et ponctuelle en delestant une partie de son pouvoir afin de retrouver une hypothétique stabilité politique. 

2020, où l'année de toutes les incertitudes. 

L'évolution des faits et des actes est loin d'être favorable pour A. Rajoelina, les manifestations seront bien sûre à opprimer, mais des scandales de lui-même et de son entourage proche paraîtront et seront loin de s'estomper. Actuellement, parmi tant d'autres, son propre avocat : H.R, qui était très actif pendant la grève des soixante treize députés, et qui faisait parti de son équipe de conseillers juridiques pour la stratégie de nomination de l'actuel premier ministre fait l'objet d'une plainte au parquet suite à une escroquerie, une série de scandales l'attend qui irrémédiablement ternira l'image de  A.Rajoelina. Nous ne manquerons pas de publier sur nos pages, bien entendu nos investigations nous ont permises de déceler l'escroquerie, les extorsions de fonds et les arnaques de cet avocat verreux qui avait été capable d'un acte abominable  avec l'aide d'une employée de la douane malgache au noms de S.R  également proche et soutien indéfectible de A. Rajoelina. Cette dernière détient les secrets sur les procédures de dédouanement des matériels et équipements : blindés, hélicoptères... importés et introduits de manière frauduleuse dans le territoire malgache. À deux avec l'aide d'une autre personne, ils tentaient de profiter la naïveté d'une malgache installée au Liban, ils y étaient restés plus de six mois (à suivre) 

Ajouter à cela les écartades de A. Rajoelina à l'encontre des grands miniers et des pétroliers, ne vont pas calmer la situation, une partie de la province de Tuléar qui l'avait votée massivement, commence à hausser le ton et n'hésite pas à exprimer publiquement leur désapprobation quant à la suspension du projet d'extraction  d'ilménite de Base Tuléar, branche du groupe multinational BASE, qui nécessitait la visite de l'ambassadeur de l'Australie à Madagascar, pour qui, le président malgache était contraint de recevoir, sans compter les vives remontrances sous forme d'avertissement de l'ambassadeur du Japon. Tout cela est loin d'être bénéfique à la fois pour A.Rajoelina et pour la nation malgache, on n'est pas surpris si les économistes conclueraient une année 2019 où la création de richesse est loin d'atteindre la performance de l'année 2018.

L'année 2020 sera dure et incertaine pour A.Rajoelina , une bonne partie de la population malgache semble-être prête à en découdre face à l'usage de la force et de répressions. Comme si on dirait la réponse du berger à la bergère se met tranquillement en place. Le sociologue malgache au nom de A.R nous a signalé : "... on peut tout faire avec les malagasy, seulement il ne faut jamais les défier....", le Président en disant : ".... Jamais vous pourriez me destituer..", "... Le président leur a maladroitement lancé un défi débile..." 

Andrew Berthold

La voix du Sud

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.