Madagascar : Élection présidentielle sous l'office du tribalisme(suite) .

Madagascar, présidé par un jeune aux intentions moyen âgeuses : suite

Diviser pour régner 

Stratégie qui prend racines sur la diversité tribale et géographique entre les gens habitants dans le massif central : les hauts plateaux : Antananarive, les Merina et Fianaratsoa, les Betsileo, et les habitants de la côte de l'île : les côtiers. Dans cet imbroglio, s'ajoute les mésententes intra-tribu, les plus sensibles sont celles des merinas, entre Andriana : les nobles eux-même, et les Hovas eux-même, et les Andevo, le pire l'histoire de la royauté Merina pèse beaucoup sur les Hova tsimahafotsy : Norbert Lala Ratsirahonana, réputés être conseillers des rois et des présidents, qui se sont jurés à avoir le pouvoir suprême gouverner Madagascar, depuis leur ascendant : le Premier Ministre Rainilaiarivony.

En effet le premier coup d'Etat dans les annales de l'histoire malgache avait été fomenté par quelques Hovas et Andrianas à l'époque du Roi Andrianjafy pour introniser le Roi Andrianampoinimerina par la ruse, sans effusion du sang d'où la fameuse citation du Roi des Merinas Andrianampoinimerina : " ... ny ranomasina no valam-parihiko... "  "... La mer, limite de mon champs  ", champs du pouvoir, et pour cela ce roi avait engagé certains nombres de conquête de territoires.

Ainsi  ces faits historiques qui semblent être oubliés, revient en surface où tout etait planifié de bout en bout, par la division tribale et par la manipulation constitutionnelle et politique  

Manipulation politique et constitutionnelle, 

Tout a commencé par le mouvement d'avril 2018 des soixante treize députés au cours duquel ni les Tim de Marc Ravalomanana, ni les députés indépendants n'ont douté de la grosse manipulation politique et constitutionnelle qui se préparait  

En effet, suite à la pression politique presque quotidienne de la rue de la population tananarivienne orchestrée par les soixante treize députés rejoints par plusieurs mouvements syndicalistes et sociétés civiles ajoutant à cela, la communauté internationale qui venait imposer à rétablir une paix sociale et politique urgentes,  ont poussé le Président Hery Rajaonarimampianina à concéder à remanier le gouvernement  

Objectifs : la primature et le ministère de l'intérieur,

Norbert Ratsirahonana avec l'aide des jeunes juristes ont pu convaincre l'instance de la Haute Cour Constitutionnelle : HCC, on ne sait par quelle miracle, le premier ministre se voyait limoger constitutionnellement et la lecture du fameux article 54 de la constitution revient en faveur du groupe politique de Andrinirina Rajoelina, lui donnant pouvoir de nommer un premier ministre, de facto, raffler au passage le ministère de l'intérieur. 

Jusque là tout semble normal, et personne ne doutait que sitôt installé le gouvernement de 'Ntsay Christian, le premier ministre du groupe mapar, commencait à mettre en place la grosse arsenale pour que Andrinirina Rajoelina accède à la victoire, ceci par tous les moyens. La primature avec le ministère de l'intérieur se sont activement orchestrés dans ce sens en délaissant éthique et déontologie, la loi se voyait violer, tout au long du préparatif et pendant les élections, la HCC et la CENI (organe indépendant pour les elections) fermaient leurs yeux, pire ils contribuaient activement. 

Tribaliste et raciste, 

Malgré la mise en place  de cette arsenale diabolique, la stratégie de la division tribale et ethnique était initiée. Les médias du jeune président mettaient en place une stratégie machiavélique : " Marc Ravalomanana, tribaliste et raciste qui deteste les côtiers " , stratégie qui avait vu son efficacité pour éliminer le feu Professeur Albert Zafy face à Didier Ratsiraka, battu de très peu à la course à la présidentielle en partie par cet acte belliqueux de tribaliste et raciste. 

Marc Ravalomanana avait du mal à se débarrasser de cette étiquette, ces déplacements dans les côtes étaient périlleux mais enregistraient tout de même des succès, qui provoquaient des grosses frayeurs à la bande du Mapar, les poussant commettre des erreurs flagrante : fabrique de CIN à des quantités dépassant largement le besoin mensuel et annuel : 700.000 CIN fabriquées en deux mois. Le pire le rapport de la CENI, pas du tout crédible  

Mais, la Haute Cour Constitutionnelle avait avalisé et confirmé la victoire du jeune candidat, au détriment de l'éthique et de la déontologie. 

Antananarive, n'est point la seule limite de Madagascar 

Le discours de Eric Rakotoarisoa, président de la HCC, rappelle étrangement le discours du roi Andrianampoinimerina : " ... tsy Antananarive irery no madagascar..."   "... Antananarive, n'est point la seule limite de Madagascar .."  ce discours, tout le monde choqué l'a pris au premier degré, en fait cette phrase a un sens historique : " nous voilà, nous les hovas on a le pouvoir politique et économique de Madagascar en main, et la mer est la limite de notre pouvoir".... Tout le monde s'est tu... Une nouvelles ère commence.

Le gouvernement des Hovas, 

( à suivre) 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.