Madagascar : le triumvirat d'un pouvoir dictatorial.

Madagascar, l'ile où tout est permis.....

Le coût de la vie malgache. 

Madagascar est l'un des pays au monde où le coût de la vie est l'un des plus cher, ceci par rapport aux ressources journalières moyennes de la population qui est à 2$/personne, pour une charge moyenne de 1,80$/jour/personne sans qu' aucune couverture sanitaire n'existe.
Les structures médicales : les dispensaires, les hopitaux et les cabinets de traitement sont devenus un luxe nécessaire pour les malgaches. Les foyers malgaches n'arrivent plus  à constituer des épargnes pour envisager un futur meilleur.

L'IEM des proches et amis de A.Rajoelina, 


la situation actuelle est loin d'être rassurante malgré l'élection d'un nouveau président auquel un nouvel horizon mirobolant avait été dressé tout au long de ses interventions pendant la période électorale.

Cette image symbolise la situation globale à Madagascar, à bras le corps, le peuple supporte le mal qu'il subisse, leurs morts sont les leurs, personne n'en sera tenue responsable, ni la présidence principale organisatrice de la fête nationale malgache, ni les deux ministères qui ont patronné les préparatifs. Leurs excuses suffiront, Madagascar est un pays où tout est permis. Cette image symbolise la situation globale à Madagascar, à bras le corps, le peuple supporte le mal qu'il subisse, leurs morts sont les leurs, personne n'en sera tenue responsable, ni la présidence principale organisatrice de la fête nationale malgache, ni les deux ministères qui ont patronné les préparatifs. Leurs excuses suffiront, Madagascar est un pays où tout est permis.

L'analyse des opérations et actions menées par le  gouvernement actuel  se définissent par une vaste opération de projets d'urbanisation, en projetant de construire une nouvelle ville et en mettant en place des projets de réalisation d'infrastructures nouvelles.
Des projets très ambitieux dans la mesure où dresser des objectifs est un, mais la concrétisation en est une autre.
En effet, en observant les priorités du gouvernement actuel, on ne voit nulle part les germes d'un développement rapide tant promis, on ne voit nulle part les débuts des projets d'amélioration des infrastructures hospitalières, de constructions des nouveaux dispensaires pour aller au plus proche du peuple les plus vulnérables. On ne voit nulle part la politique d'amélioration à l'accès aux soins médicaux des malgaches qu'ils soient fortunés ou démunis, aucune politique ni d'assistance, ni d'accompagnement avait été annoncée et il n'est pas surprenant qu'on n'en parle que peu ou rien de ce secteur actuellement. 
le peu d'informations qu'on entende dans les coulisses traduise une opération de vaste trahison par rapport aux paroles données. 
Lors de cette fête de l'indépendance, le président du sénat a été poliment écarté, on avait assisté une triste et scandale sélection des invités du banquet présidentiel à Iavoloha où le président du Senat Rivo Rakotovao avait été invité à ne pas honorer sa présence, pourtant, le Premier Ministre, et le président de la Haute Cour Constitutionnelle y étaient. Est ce une ségrégation par la politique ou une selection par proximité ? Lors de cette fête de l'indépendance, le président du sénat a été poliment écarté, on avait assisté une triste et scandale sélection des invités du banquet présidentiel à Iavoloha où le président du Senat Rivo Rakotovao avait été invité à ne pas honorer sa présence, pourtant, le Premier Ministre, et le président de la Haute Cour Constitutionnelle y étaient. Est ce une ségrégation par la politique ou une selection par proximité ?

Le président Andry Rajoelina à plusieurs reprises avait annoncé, d'une voix rassurante, avec fermeté surprenant que les capitaux et les moyens financiers pour concrétiser ses projets d'urbanisation de nouvelle construction d'infrastructures routieres nouvelles et de ville nouvelle :"sont déjà là et seront prêts le lendemain de mon élection" A.Rajoelina.
Vu sa conviction, une partie des électeurs l'ont élu, et étaient tombé dans le panneau, mais leur déception risquerait d'être plus  profonde qu'ils ne le pensent, ci-haut nous avions dit, les bribes d'informations obtenues dans les coulisses sont peu rassurantes, des opérateurs privés habitués à capitaliser leurs investissements négocient directement à la tête de l'Etat pour la concrétisation de ces nouvelles infrastructures. Le secteur énergétique y est aussi discuté en même temps que le secteur des grandes mines.

Les investisseurs qui voient leurs projets et leurs offres rejetés parlent d'exigences de contre-partie assez conséquente, pour approcher le président semble-t-i,  il faut honorer certaines conditions financières. Ceux qui sont déjà sur place, racontent des harcèlements suivis des menaces de redressement fiscal ou de suspension de licences ou de permis. Les premières victimes sont les pétroliers et les mauriciens. 

Mensonges mirobolants et arnaques planétaires 

Nous avions pris le soin de vérifier toutes les interventions publiques pendant la période électorale qu'à aucun moment le président malgache avait mentionné voire avoir précisé qu'en fait des privés étrangers réaliseront l'IEM et en tirer des intérêts colossaux auxquels l'Etat sera en partie loueur, et A.Rajoelina et consorts actionnaires, pire des terrains très porteurs seront concédés à ces investisseurs privés, tissés par des relations suspectes.
L'arnaque et la trahison dès les négociations, dès l'engagement des discussions avec ces privés sont manifestes, encore une fois, il n'a jamais mentionné que ce sera par des initiatives privées que l'IEM sera réalisée.
Il est claire, que si l'annonce avait été faite préalablement, connaissant les malgaches très peu portés à concéder aux étrangers leur terre, leur " TANINDRAZANA", Andry.R n'aurait pu avoir une chance d'être élu, d'où la trahison, il a volontairement omis de ne point annoncer que ceux seront les bailleurs privés qui réaliseront son IEM. On ne parle pas assez des étrangers qui étaient vus aux côtés de A.Rajoelina depuis la présentation de l'IEM à Paris, d'autres sont venus renforcer les rangs pendant les deux propagandes, ils servent d'intermédiaires et d'entremetteurs entre le président et ces privés venant de plusieurs horizons : Sénégal, Serbie, Dubai, France, Chine, Canada, Etats Unis, Turquie...leurs venues sont discretes ainsi que leurs visites : instruction impérative du président A.Rajoelina : "pas de com sur ces visiteurs secrets...".

M.Ravatomanga l'incontournable proche de A.Rajoelina et vice-président de facto du pouvoir actuel, par qui passe toutes les grosses opportunités, il excelle sur les speculations en devenant le premier fournisseur et l'unique prestataire de l'Etat. Bref, un puissant épicier. M.Ravatomanga l'incontournable proche de A.Rajoelina et vice-président de facto du pouvoir actuel, par qui passe toutes les grosses opportunités, il excelle sur les speculations en devenant le premier fournisseur et l'unique prestataire de l'Etat. Bref, un puissant épicier.

Les détails techniques sont discutés au niveau des ministères, patronné par celui de l'aménagement du territoire, dont on sait le mode opératoire depuis la transition. Seul, le président lui seul discute les montages financiers de ses projets avec ces investisseurs anonymes.
Pour un président très porté sur la communication déjà pour le paraître et en plus pour montrer au peuple qu'il travaille, deux questions pertinentes se posent :

. Que concocte-t-il, notre président avec ces visiteurs anonymes et secrets ?
. L'Etat est-il hors course pour financer les projets de nouvelles infrastructures moult fois annoncés ?

L'élan de Marc Ravalomanana,et l'héritage de Hery Rajaonarimampianina. 


D'autres questions peuvent-être posées, il est peut être temps que Andry.R parle de tous ses propres projets, pour l'instant, il est flagrant que rien n'avance mais l'élan de la performance de son prédécesseur lui permet tant bien que mal de gérer la situation. Une croissance enregistrée de l'ordre de cinq points (source FMI, communiqué à l'issue de la visite du service du FMI à Madagascar le 29 mai au 11 juin) est loin d'être négligeable, tout économiste qui se reconnaît sait que réaliser 1% de croissance économique signifie 1.000.000.000$ US investis. Avec un flux d'investissements de l'ordre de 5.000.000.000$ US, actés et réalisés  par Hery Rajaonarimampianina.
Après le coup d'Etat de 2009, il heritait de  Marc Ravalomanana, un taux de croissance de 7 points et mettait à terre l'économie du pays en quittant, avec un résultat de moins zéro.
A.Rajoelina pourra se réjouir de cette croissance positive, pour ne pas sombrer de nouveau et mettre Madagascar une nouvelle fois dans la zone rouge, inutile de rappeler à l'opinion que H.Rajaonarimampianina avait hérité un pays ingouvernable économiquement en 2014, tous les signaux étaient au rouge écarlate, la croissance était négative. H.Rajaonarimampianina  avait remué ciel et terre pour regagner la confiance des bailleurs de fonds et aussi gagner en crédibilité le système onusien qui intervient beaucoup sur l'éducation, la santé et la lutte contre la pauvreté, bref A. Rajoelina il héritait une dynamique économique positive après M.Ravalomanana, il avait mis le pays dans le chaos en quittant le pouvoir en 2014, H.Rajaonarimampianina était parti de moins zéro de taux de croissance pour finir à 5 points.

Ce n'est nullement en achetant du riz bradé, des vehicules et hélicoptères (loués) qu'on peut créer de la richesse. 

Inutile de rappeler ici la médisance de A.Rajoelina à l'encontre de la banque mondiale et du Fonds Monétaire international, qui, par manque de vision,  par inaptitude et incompétence s'est finalement vu obligé d'accepter et de recevoir comme un roi le Directeur Général de la Banque Mondiale.
L'épicerie et la spéculation sont partout et à tous les niveaux dans la gouvernance actuelle, les équipements acquis ici et là, les véhicules achetés ici et là.

SODIAT, l'émergence à sens unique 

On remarque l'émergence d'un groupe, SODIAT de Maminiaina Ravatomanga, qui en mettant injustement Mbola Rajaonah du transit TAFARAY en prison, pour être seul sur la filière, il met en place sa société de transit : SODIATRANS, qui accapare tous les gros contrats d'opérations en douanes.Sans oublier l'autre société AUTO DIFFISION où il avait commencé par spoiler, de la famille Raboanarijaona SOMADITO par une opération de démystification au niveau de la justice avec l'aide des magistrats corrompus et de RASSETA, la représentation de la marque TOYOTA. La concession AUTO DIFFUSION était à l'honneur lors de la fête de l'indépendance où devant une assistance nombreuse, les véhicules fraîchement acquis de marque TOYOTA avaient été exhibés. Personne n'ose en parler, même si au fond le dégoût est manifeste, dans les salons les avertis en parlent sans trop s'avancer. 

Andrinirina Rajoelina, un apprenti dictateur 

Pour conclure, bientôt, Madagascar sera l'eldorado des amis du premier cercle et investisseurs étrangers proches de Andrinirina Rajoelina et son incontournable "vice- president" Maminiaina Ravatomanga, les malgaches deviendront des observateurs passifs et enviés. 

Un couple, de prime abord, doux et mignon, on est loin d'imaginer de quoi ce couple est capable. Un couple, de prime abord, doux et mignon, on est loin d'imaginer de quoi ce couple est capable.

Le président, et ses acolytes s'enrichisseront  davantage et de manière exponentielle. Pour concrétiser leur rêve d'hommes politique fortunés, méga fortunés ils ont besoin de l'armée, voilà pourquoi l'armée avait été fournie des véhicules SUV, quasiment un luxe pour un simple officier, la justice sous tutelle, tantôt du pouvoir politique direct depuis la présidence, tantôt du pouvoir financier ou l'argent liquide coule à flots de Maminiaina Ravatomanga. Ainsi la boucle est bouclée, le pouvoir politique avec la justice, les finances et l'armée, nul besoin de confirmer que c'est une vraie ramification mafieuse, c'est le triumvirat d'un pouvoir dictatorial.

Andrew Berthold 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.