TAS 2019 : au-delà des projets ambitieux, des engagements d'envergure

Placée sous le thème « Stimuler l’économie numérique de l’Afrique », la 5e édition de Transform Africa Summit (TAS), qui s’est tenue du 14 au 17 mai à Kigali, a franchi un palier. Forte d’un contenu étoffé - pas moins de 51 sessions - et d’un nombre record de participants - 5660 délégués issus de 107 pays -, elle a été la plus importante et productive à ce jour.

Uhuru Kenyatta et Paul Kagamé, Présidents du Kenya et du Rwanda, à TAS 2019 Uhuru Kenyatta et Paul Kagamé, Présidents du Kenya et du Rwanda, à TAS 2019
Huit protocoles d’accord 

Cette édition a été marquée par divers engagements, à commencer par le plan directeur de l’économie numérique, dévoilé par le président du Kenya lors de la cérémonie d’ouverture. Objectif : permettre à toutes les régions du pays d’être connectées dans les cinq ans, en déployant notamment un tronçon sous-marin de fibre optique pour relier le pays à Djibouti.

Huit projets emblématiques ont par ailleurs été officialisés, avec comme objectif de :

  • Développer l’identité numérique en partenariat avec Immersat, VIPPS et DXC
  • Créer un fonds pour les startup avec le concours de Bamboo Capital (Luxembourg)
  • Former à l’identité numérique à grande échelle grâce au réseau Omidyar
  • Développer l’E-santé avec Babylon
  • Développer le marché de l’Internet des objets en partenariat avec WaziUp
  • Développer le tissu de startups en Afrique grâce à Commercial International Bank S.A.E Egypte
  • Financer et faire grandir le marché et l’entrepreneuriat digital en partenariat avec le ministère fédéral de la Coopération économique et du Développement (BMZ, Allemagne)
  • Lancer une plateforme pour booster les projets digitaux en Afrique avec Tactis

Pour leur déploiement, ces projets bénéficieront du financement de la Banque Mondiale qui a annoncé une contribution de 25 milliards de dollars d’ici dix ans en faveur de l’économie numérique.

Multiplication des ponts numériques

TAS 2019 a par ailleurs été l’occasion de sceller de nouveaux engagements de nature à renforcer la perspective d’un Réseau africain unique capable d’interconnecter les territoires et de rendre Internet et les communications téléphoniques plus abordables. Ce projet continental a ainsi connu une avancée à travers le partenariat noué entre la Guinée et Tata Communications portant sur le développement de la fibre optique. Grâce à lui, d’ici la fin d’année, le Mali, la Sierra Leone et la Guinée seront interconnectés afin de réduire drastiquement les coûts de communication. D’autres ponts numériques ont aussi commencé à se multiplier du Cap au Caire, de Nairobi au Sénégal.

Afin d’atteindre l’objectif d’un Réseau africain unique en 2022, la nécessaire réduction des tarifs du roaming devra se faire en deux phases. La première, en cours, mise sur une coopération régionale, à l’image de la dynamique à l’œuvre en Afrique de l’Ouest depuis le 31 mars 2017 et à la formidable entente entre le Sénégal, le Bénin, le Mali, le Burkina Faso, la Guinée, le Togo et la Côte d’Ivoire. S’y ajoutera d’ici peu une seconde phase impliquant la création d’une plateforme de supervision du trafic et la mise en place de chambres de compensation afin de réduire globalement les frais d’itinérance et de permettre à l’Afrique d’avoir la main sur son trafic téléphonique.

Nous sommes plus que jamais convaincus que la technologie peut profondément transformer notre continent. Et sur le chemin de sa numérisation, Smart Africa a eu le plaisir d’accueillir la Sierra Leone et l’Ethiopie parmi ses membres. Ils sauront, j’en suis certain, jouer un rôle de taille dans notre projet continental. 

Pour la prochaine édition de TAS, nous avons décidé de sortir de notre cadre habituel. En 2020, Transform Africa Summit quittera son siège historique à Kigali pour s’établir à Conakry, en Guinée. De son côté, la capitale rwandaise voit son statut d’épicentre économique confirmé puisqu’elle accueillera les 5 et 6 août prochains la première conférence-exposition sur les TIC Inde-Afrique ainsi que la deuxième édition de la Foire commerciale intra-africaine, en septembre 2020.

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.