L'actualité éco
Abonné·e de Mediapart

4 Billets

0 Édition

Billet de blog 4 oct. 2018

Rester en forme dans une grande ville, un vrai challenge

Les grandes villes sont des lieux anxiogènes par excellence: pollution atmosphérique, rythme de vie intense et sédentarité sont autant de maux qui touchent votre santé de plein fouet. Si dans ces conditions rester en forme devient un vrai challenge, quelques habitudes avisées vous aideront à voir la vie du bon côté !

L'actualité éco
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Pratiquer une activité physique, sans y penser

Selon une étude réalisée par l’OMS en 2016, 1,4 milliard d’adultes dans le monde ont une activité physique insuffisante et sont davantage exposés à des maladies cardiovasculaires, à certains cancers et au diabète. Mais comme vous le savez, il n’est pas toujours facile de faire de l’exercice quand on vit à 100 à l’heure !

Entre le travail, les enfants et les bouchons, la salle de sport est loin sur la liste de priorités. C’est pour cela que de plus en plus de citadins se tournent vers le vélo électrique pour aller au travail. Cela leur permet non seulement de gagner du temps en évitant les bouchons, mais aussi de se maintenir en forme grâce à la pratique d’une activité physique régulière.

Selon une étude, pédaler réduit les risques de cancer de 15 à 40%. Il n’y a aucun doute là-dessus: faire du vélo, c’est bon pour la santé ! Dans la majorité des cas, un trajet maison-travail à vélo représente une activité physique de 30 à 45 minutes par jour. Pile poil dans les recommandations de l’OMS. L’organisation recommande une activité d'intensité modérée d'au moins 150 minutes par semaine.

En utilisant un vélo électrique, vous faites du sport sans même y penser. Jour après jour, votre force musculaire se développe, votre circulation sanguine s’améliore, et votre coordination devient plus précise. Cerise sur le gâteau, tout en luttant contre le stress et la déprime, vous vous débarrassez des kilos superflus.

Se protéger de la pollution atmosphérique

En plus des conséquences négatives liées aux particules fines, la pollution de l’air dans les grandes villes aurait des conséquences sur notre équilibre mental. C’est du moins ce qu’affirme une étude de l’université de Columbia. Lorsque les particules sont absorbées par l’organisme, elles entraînent l’oxydation et l’inflammation des cellules cérébrales responsables de la mémoire et de la capacité de concentration. Or, contrairement à ce que l’on pourrait penser, c’est à deux roues que l’on est le moins exposés aux particules fines et autres polluants. Raison de plus pour se lancer.

Éviter le stress des embouteillages

Si vous allez travailler en voiture, vous êtes certainement familier avec les embouteillages, les coups de klaxons, les conducteurs qui s’énervent et les places de parking impossibles à trouver. Bref, un stress important avant même de commencer votre journée de travail. Le vélo peut être une excellente solution, surtout depuis que les grandes villes favorisent leur circulation. Vous rendre au travail devient un vrai plaisir.

D’après l'Observatoire régional de santé d’Ile-de-France qui a réalisé en 2012 une étude sur les risques du vélo en ville, les bénéfices associés à l’usage du vélo en ville sont 20 supérieurs aux risques. En bref, on pourrait presque dire que ne pas faire de vélo, c’est dangereux pour la santé !

Raccourcir les trajets maison/travail

D’après une étude, un bonheur optimal serait lié à un temps de trajet maison/travail en dessous de 40 minutes par jour. Une récente étude réalisée par Brompton révèle que « Un cycliste urbain roule généralement à 15 km/h, indépendamment des conditions de circulation. Lorsque le trafic est dense, il mettra seulement 12 minutes pour parcourir un trajet de 3 km alors qu’un automobiliste mettra en moyenne 27 minutes. » Des testeurs ont comparé les trajets à l’intérieur de Paris en deux roues et quatre roues. Verdict: le vélo gagne à chaque fois ! Le vélo peut vous permettre de rester en dessous des 40 minutes, tout en évitant les bouchons.

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
La nomination d’Éric Coquerel suscite une polémique parmi les féministes
Plusieurs militantes ont affirmé que le député insoumis, élu jeudi président de la commission des finances, a déjà eu un comportement inapproprié avec des femmes. Mais en l’absence de signalement, aucune enquête n’a abouti. L’intéressé dément, tout en admettant avoir « évolué » depuis #MeToo.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Journal — Parlement
Face au RN, gauche et droite se divisent sur la pertinence du « cordon sanitaire »
Désir de « rediabolisation » à gauche, volonté de « respecter le vote des Français » à droite… La rentrée parlementaire inédite place les forces politiques face à la délicate question de l’attitude à adopter face à l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — Culture-Idées
L’historienne Malika Rahal : « La France n’a jamais fait son tournant anticolonialiste »
La scène politique française actuelle est née d’un monde colonial, avec lequel elle n’en a pas terminé, rappelle l’autrice d’un ouvrage important sur 1962, année de l’indépendance de l’Algérie. Un livre qui tombe à pic, à l’heure des réécritures fallacieuses de l’histoire.
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Pourquoi les fonctionnaires se font (encore) avoir
3,5 % d'augmentation du point d'indice, c'est bien moins que l'inflation de 5,5%. Mais il y a pire, il y a la communication du gouvernement.
par Camaradepopof
Billet de blog
Les services publics ne doivent pas être les victimes de l’inflation
L’inflation galopante rappelle que le monde compte de plus en plus de travailleurs pauvres dans la fonction publique. Les Etats ont pourtant les moyens de financer des services publics de qualité : il faut faire contribuer les plus riches et les multinationales.
par Irene Ovonji-Odida
Billet de blog
Oui, l’inflation s’explique bien par une boucle prix – profits !
Il est difficile d’exonérer le patronat de ces secteurs de l’inflation galopante. C’est pourquoi les mesures de blocage des prix sont nécessaires pour ralentir l’inflation et défendre le pouvoir d’achat des travailleurs. Par Sylvain Billot, statisticien économiste, diplômé de l’Ensae qui forme les administrateurs de l’Insee.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
L’inflation, un poison qui se diffuse lentement
« L’inflation est un masque : elle donne l’illusion de l’aisance, elle gomme les erreurs, elle n’enrichit que les spéculateurs, elle est prime à l’insouciance, potion à court terme et poison à long terme, victoire de la cigale sur la fourmi », J-Y Naudet, 2010.
par Anice Lajnef