L'actualité éco
Abonné·e de Mediapart

4 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 juil. 2018

2018 : l’année des réformes économiques

Réforme du statut de l’entreprise, nouveau système de formation professionnelle, fiscalité, retraites… Depuis son arrivée au pouvoir il y a un an, Emmanuel Macron a fait adopter plusieurs réformes économiques majeures.

L'actualité éco
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Emmanuel Macron a annoncé plusieurs réformes économiques importantes pour 2018. Toutefois, le Président de la République avait prévenu les Français lors de ses vœux : c’est « avec la même force et le même rythme » que « les transformations profondes » se poursuivront en 2018. Retour sur les principales réformes prévues cette année.

La mise en place de l’Impôt sur la Fortune Immobilière (IFI)

Depuis le 1er janvier 2018, l’IFI a remplacé l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF). Emmanuel Macron a fait le choix de recentrer l’impôt sur le seul patrimoine immobilier en excluant de la base taxable le patrimoine mobilier (assurance-vie, actions et obligations). Les particuliers dont la valeur du patrimoine immobilier excède 1 300 000 euros sont redevables de ce nouvel impôt.

La réforme de la SNCF

Après les députés en avril, la chambre haute du Parlement a adopté début juin en première lecture, un texte de loi pour un « nouveau pacte ferroviaire ». Le Sénat n’a toutefois pas gommé les points-clés de la réforme à savoir : l’ouverture à la concurrence du transport de voyageurs, la transformation de la SNCF en société anonyme à capitaux publics, la fin des embauches au statut de cheminot. Dans son texte, le Sénat oblige la SNCF à reclasser les cheminots qui consacrent moins de la moitié de leur temps de travail à un marché perdu et qui refuseraient d’être transférés. Ils ont également défini un « périmètre ferroviaire unifié » regroupant les trois entités actuelles de la SNCF : SNCF, SNCF Réseau et SNCF Mobilités. La loi réformant le système ferroviaire français a été promulguée le 27 juin dernier par Emmanuel Macron.

La réforme du Code du travail

La réforme du Code du travail fait partie des mesures phares annoncées par Emmanuel Macron. Cinq ordonnances définitivement approuvées en février 2018 prévoient la fusion des instances représentatives du personnel, la barémisation des indemnités prud’homales et la primauté des accords d’entreprise dans certains cas, notamment. Cette réforme va plus loin que la loi de Travail de Myriam El Khomri qui avait déclenché une importante crise sociale.

La suppression des cotisations salariales en contrepartie d’une hausse de la CSG

Autre mesure phare du projet de budget 2018 : la bascule des cotisations et l’augmentation de la CSG. Emmanuel Macron souhaitait, via cette réforme, renforcer le pouvoir d’achat des salariés, quitte à taxer un peu plus les retraités ou bénéficiaires de revenus du capital. Ainsi, le taux normal de la contribution sociale généralisée prélevée directement sur la plupart des revenus a augmenté de 1,7 point au 1er janvier 2018. La baisse des cotisations chômage (2,4 %) et maladie (0,75 %) des salariés se fait en deux temps : une diminution de 2,2 points a eu lieu au 1er janvier 2018, une de 0,95 point est prévue à la rentrée prochaine.

Rendre l’assurance-chômage universelle

La réforme de l’assurance-chômage fait également partie du calendrier économique 2018. Le 22 février dernier, les partenaires sociaux ont trouvé un accord. L’universalité du régime ne sera pas totale mais élargie aux indépendants en liquidation judiciaire et sous certaines conditions, aux salariés qui démissionnent pour se reconvertir. Un dispositif sera parallèlement mis en place pour lutter contre l’abus d’emplois précaires.

La formation professionnelle renforcée

Emmanuel Macron a aussi souhaité réformer le système de formation professionnelle jugé inégalitaire et complexe. Lors de sa campagne présidentielle, il s’était engagé à former un million de jeunes et un million de demandeurs d’emploi peu ou pas qualifiés. Pour atteindre cet objectif, le gouvernement envisage d’investir 15 millions d’euros dans le cadre d’un grand plan d’investissement. Les principaux points de la réforme de la formation professionnelle ont été dévoilés le 5 mars 2018 par Muriel Pénicaud, ministre du Travail : des droits à la formation renforcée, une plateforme en ligne au service des salariés, un circuit de financement plus direct, une agence pour réguler la formation.

Reste à savoir si ces nombreuses réformes annoncées par Emmanuel Macron auront des effets positifs sur le long terme.

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
La nomination d’Éric Coquerel suscite une polémique parmi les féministes
Plusieurs militantes ont affirmé que le député insoumis, élu jeudi président de la commission des finances, a déjà eu un comportement inapproprié avec des femmes. Mais en l’absence de signalement, aucune enquête n’a abouti. L’intéressé dément, tout en admettant avoir « évolué » depuis #MeToo.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Journal — Parlement
Face au RN, gauche et droite se divisent sur la pertinence du « cordon sanitaire »
Désir de « rediabolisation » à gauche, volonté de « respecter le vote des Français » à droite… La rentrée parlementaire inédite place les forces politiques face à la délicate question de l’attitude à adopter face à l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — Culture-Idées
L’historienne Malika Rahal : « La France n’a jamais fait son tournant anticolonialiste »
La scène politique française actuelle est née d’un monde colonial, avec lequel elle n’en a pas terminé, rappelle l’autrice d’un ouvrage important sur 1962, année de l’indépendance de l’Algérie. Un livre qui tombe à pic, à l’heure des réécritures fallacieuses de l’histoire.
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Oui, l’inflation s’explique bien par une boucle prix – profits !
Il est difficile d’exonérer le patronat de ces secteurs de l’inflation galopante. C’est pourquoi les mesures de blocage des prix sont nécessaires pour ralentir l’inflation et défendre le pouvoir d’achat des travailleurs. Par Sylvain Billot, statisticien économiste, diplômé de l’Ensae qui forme les administrateurs de l’Insee.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
Les services publics ne doivent pas être les victimes de l’inflation
L’inflation galopante rappelle que le monde compte de plus en plus de travailleurs pauvres dans la fonction publique. Les Etats ont pourtant les moyens de financer des services publics de qualité : il faut faire contribuer les plus riches et les multinationales.
par Irene Ovonji-Odida
Billet de blog
L’inflation, un poison qui se diffuse lentement
« L’inflation est un masque : elle donne l’illusion de l’aisance, elle gomme les erreurs, elle n’enrichit que les spéculateurs, elle est prime à l’insouciance, potion à court terme et poison à long terme, victoire de la cigale sur la fourmi », J-Y Naudet, 2010.
par Anice Lajnef
Billet de blog
Pourquoi les fonctionnaires se font (encore) avoir
3,5 % d'augmentation du point d'indice, c'est bien moins que l'inflation de 5,5%. Mais il y a pire, il y a la communication du gouvernement.
par Camaradepopof