Prague, 1968: la terreur stalinienne dénoncée en chansons

L'intervention des chars russes à Prague, dans la nuit du 20 au 21 août 1968, était loin d'être une première.Mais, cette fois, succédant au printemps révolutionnaire, et à la grève générale en France, elle devait provoquer la protestation de nombreux chanteurs, artistes et intellectuels. Quelques chansons pour se souvenir...

L'intervention des chars russes à Prague, dans la nuit du 20 au 21 août 1968, était loin d'être une première.

Dés le mois de juin 1953, une révolte des ouvriers est-allemands était pareillement écrasée dans le sang. Et en France, déjà, les staliniens reprenaient la propagande des assassins, accusant les ouvriers, qui protestaient contre une accélération des cadences de travail, d'être à l'origine d'une tentative de putsch, soutenue par des agents occidentaux, en vue de modifier le régime en République démocratique allemande...

Exactement les mêmes éléments de langage qu'utilisent encore aujourd'hui les thuriféraires de tous les dictateurs soutenus par Poutine, et de Poutine lui-même, qui dénient aux peuples des Etats dont le gouvernement est opposé aux "Nord-Américains" le droit à la liberté.

Les manifestations en France, c'est bien.

Mais les révoltes des peuples opprimés contre les dictateurs de Syrie, du Nicaragua, du Vénézuela, de la Chine, de la Russie...

Autant de manipulations de la CIA, à en croire ces propagandistes.

https://blogs.mediapart.fr/leslie-goldfin/blog/080508/chine-et-tibet-melenchon-sans-raison

https://blogs.mediapart.fr/lancetre/blog/210217/jean-luc-melenchon-nouvel-ambassadeur-de-la-russie-en-france

https://blogs.mediapart.fr/lancetre/blog/131216/oui-melenchon-approuve-les-bombardements-russes-sur-la-population-civile-dalep

https://blogs.mediapart.fr/lancetre/blog/011217/venezuela-lextraordinaire-violence-verbale-de-melenchon-face-laurence-debray

https://blogs.mediapart.fr/lancetre/blog/061217/melenchon-accable-laurence-debray-dinjures-sexistes-et-diffamatoires

Cette rhétorique délirante et agressive , qui nie les réalités les plus tangibles, et présente les manifestants qui réclament la liberté comme autant de marionnettes irresponsables dont les "Nortaméricains" diaboliques tireraient les ficelles, avait été dénoncée avec brio par George Orwell, bien évidemment, mais aussi, dés 1938, par Ante Ciliga, dans son ouvrage:

" Dix ans au pays du mensonge déconcertant ".

Contrairement aux propagandistes de clavier, qui n'ont pas la moindre idée de ce que signifie vivre dans une dictature, Ante Ciliga, comme Victor Serge, et bien d'autres, savait ce qu'était la terreur stalinienne.

Arrêté par le Guépéou, "jugé" sans même avoir été entendu, incarcéré, puis déporté en Sibérie, il n'avait dû sa libération , comme Victor Serge à la même époque, qu'à une campagne de solidarité menée en Occident.

France Culture avait consacré un article, toujours disponible en ligne, illustré par plusieurs clips, aux chansons qui s'indignaient de la répression du Printemps de Prague.

J'y ajoute celles-ci:

Eric Frasiak - Une ville (F Béranger) © Léo LeBoc

alice dona le jardinier de bratislava © holdabaum

A consulter, sur le même sujet:

https://blogs.mediapart.fr/jean-marc-b/blog/210818/21-aout-68-une-armada-stalinienne-fond-sur-le-peuple-tchecoslovaque

https://blogs.mediapart.fr/krakovsky-roman/blog/210818/50-ans-apres-que-reste-t-il-du-printemps-de-prague

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.