Comment se désabonner de Mediapart suite et fin

Bien, les nouvelles sont bonnes, via le formulaire de contact, une fois la réponse reçue vous pouvez vous désabonnez par mail.

Ce qui permet de continuer d'écrire sur ce blog, mais aussi de vous dire que l'équipe en charge des abonnements est souple et efficace. Combien de fois, je me suis retrouvé à avoir des dialogues de sourd avec des services commerciaux. Il est bon d'apprécier la réactivité et le souci de satisfaire fusse-t-il lors d'une résiliation (en fait surtout lors d'une résiliation).

Toutefois, même si je pense me réabonner à Mediapart, je ne suis pas sûr de le faire, tant que la résiliation, ne se fait pas le plus simplement par mail, ou via un lien. Je souhaite que cela soit inscrit dans leur contrat.

J'ai eu pour réponse dans le premier billet qu'il avait calqué les modalités de résiliation sur ce que fait UFC que choisir avec ces abonnés. Moué... Je n'aime pas trop les arguments basés sur le simple mimétisme. Les approches par analogie ne valent que si l'on adhère aux mêmes postulats, et que l'on se trouve en face des mêmes hypothèses. Si UFC se jette dans la Loire, Mediapart aussi ? Bien sûr que non.

Le plus simple pour être réglo avec les abonnés c'est de leur demander leurs avis. Internet c'est aussi bien pour ça, et voir ce qu'ils peuvent faire dans la mesure de leur moyens. Et je ne doute pas qu'un simple lien sur une page est dans leur moyen.

J'aime bien Mediapart, ne croyez pas que je suis ingrat quant à l'information qu'ils vont chercher, non, je leur suis gré de faire ce que d'autres ne font plus. Il est vrai que les informations depuis le nouveau mandat sont moins... comment dire... croustillantes !

Sarkozy a été le meilleur client de la presse de toute de la Vème et de loin, je pense. Alors qu'est-ce qui pourrait me faire revenir ? Finalement, je pense que c'est peut-être Hollande, les socialistes ne sont pas de vrais gouvernants, ils n'ont pas le culture du chef qu'impose à la fois la Vème et la nature très jacobine de l'Etat.

Non, ils sont trop individualistes, plus païens, moins monotheistes que la droite, chacun est son propre petit Dieu. C'est à cause de ça, qu'il va y avoir de la casse. Des égos, trop d'égos. Enfin, il faudra suivre le redressement économique de la France. Ca c'est un sujet intéressant que Mediapart devrait suivre de près, quelles sont les plans de la gauche, quelles seront les retours sur investissement.

Sauver la France de la ruine, et du chômage, c'est la garantie de faire revenir des gens vers la démocratie, la république, et abandonner les extrêmes.

Bonne ap'

Amen.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.