La réforme du Code du travail, permettez-moi d'en rire!

Myriam El Khomri, ministre du travail ayant réchappé au remaniement (ouf!) souhaite présenter son projet de réforme du Code du travail lors du Conseil des ministres du 9 mars 2016. Interrogée par Les Echos, elle n'exclut pas de déclencher une seconde procédure de 49-3, si jamais les parlementaires ne tombaient pas tous d'accord. Ba bien sûr! Why not!? Mieux vaut en rire croyez-moi...

4869795-3-7270-manuel-valls-myriam-el-khomri-et-emmanuel-594391e5d9a8f1bffa02005951b10324 4869795-3-7270-manuel-valls-myriam-el-khomri-et-emmanuel-594391e5d9a8f1bffa02005951b10324
 

Bien évidemment, comme tout ce qui a trait au Code du travail et aux textes juridiques en général, tant le volume que la forme rebutent bien souvent la plupart des gens. C'est dés lors d'autant plus tentant de faire dire tout et n'importe quoi à un projet de loi en fonction des intérêts particuliers de l'interviewé quand on sait que peu de personnes l'ont lu. On se souvient du référendum sur le traité établissant une consitution européenne de 2005 qui avait déchaîné des passions aussi virulentes qu'infondées. Voici donc les grands points de ce projet de loi: 

  • La durée du temps de travail sera arrêtée par l'entreprise (parce qu'on en a marre de ces réunions houleuses avec les CGTistes ! Jamais contents ceux là...)
  • Possibilité de monter jusqu'à 48 voire 60 heures de travail hebdomadaires en cas de « circonstances exceptionnelles » sans accord de l'inspection du travail et d'un décret. Aux salariés de contester la véracité du « caractère exceptionnel » de ces accords.

Parce qu'évidemment tous les matins en allant chercher ses croissants, Jean-Mi se fait une petite saisine des prud'hommes au PMU du coin. Il gratte. Il gagne. Il perd. Le jeu quoi! C'est tellement facile. Traduction: étant donné la facilité avec laquelle on peut saisir la justice et avoir gain de cause dans ce pays,  peu de salariés iront contester des accords qu'ils ont au préalable signé.

  • Remise en cause de la majoration des heures supplémentaires de 25% minimum posée par de nombreuses branches professionnelles au profit d'une majoration de 10% (jusqu'alors le taux plancher)

Autant dire que l'aspect dissuasif de cette majoration qui était à l’origine une incitation à l'embauche perd toute efficacité (ce qui, vraisemblablement, ne constitue pas une mesure contradictoire dans un projet de loi visant à faire baisser le chômage...)

"Apporte-moi mes cachets, Serre bien ma camisole ..."

  • Le paiement des heures supplémentaires jusqu'ici annuel pourra être reporté de deux ans supplémentaires (Mais oui! Mais tout à fait!!).

Bosser à crédit, les banques en rêvaient : le PS l'a fait !

  • Le forfait jour jusque là nécessitait un accord collectif (convention de forfait annuel en jours de travail, concernant les salariés possédant une certaine autonomie quant à leur temps de travail, ex: cadres ou « salariés autonomes » lolilol !! salariés autonomes!). Et ben maintenant tu te démerde !

Ca suffit à la fin ! Comme dit précédemment on en a marre de parlementer avec des CGTistes hargneux !

C'est bien connu une personne lambda pressentie à l'embauche (et même si cadre), connaît le droit du travail jusqu'au bout de ses orteils, est familière avec toutes les subtilités juridiques de ce dernier, a le temps de préparer la négociation d' une convention et (oh bien sûr) a la liberté de le faire en toute objectivité ! Come On !!

  • Le repos de 11 heures consécutif obligatoire inscrit jusque là dans ces conventions (permettant de....dormir ou de... manger ou d'avoir une vie en dehors du travail quoi!) pourra être FRACTIONNÉ ! Vi vi!

Allez les mecs, Généralisation de la micro-sieste comme seul cycle de sommeil pour tout le monde!!! Et avec le sourire s'il vous plait.

  • Les apprentis. Ah la la! les apprentis...Payés un certain pourcentage du Smic en fonction du nombre de leurs années, parce que bien évidemment ce ne sont pas des salariés lambda, eux, Monsieur, ils apprennent ! Et bien Paf !! 10 heures par jour, 40 heures semaines (au lieu de 35) en «informant » bien sûr l'inspection et la médecine du travail au préalable ! (parce que bon faudrait quand même pas qu'ils aient l'impression de ne plus servir à rien ceux-là quand même!).

Et qu'on ne vienne pas me dire que ce gouvernement ne s'occupe pas de la jeunesse, hein !!! Je transpire de magnanimité par tous les pores, moi, monsieur ! Sans moi ils seraient au RSA ou en train de dealer de la drogue ces petits gars ! Moi je vous le dit !
Alors oui, ils bossent plus pour gagner moins, mais je suis pas Sarkozyste moi!

  • Les accords de maintien dans l’emploi plus communément appelés « plans sociaux » (là en général ça sent pas bon !), circonscrits jusqu’ici à des entreprises présentant de « graves difficultés économiques conjoncturelles », qui permettaient d’augmenter la cadence sans augmentation de salaire ou au contraire de réduire le temps de travail seront désormais applicables à la "préservation" OU le "maintien" de l'emploi.

Kesako ?! Pourquoi, comment, quelle différence ? Entends-je ?

Et bien voyez-vous, toute personne étant un tant soit peu familière avec le Droit, sait pertinemment qu'en matière juridique le diable est VRAIMENT dans les détails.
Raison entre autres pour laquelle la lecture d'un texte juridique dans son entier nécessite généralement deux aspirines et pour laquelle le métier de magistrat et si prisé dans nos sociétés.

C'est très vague, flou, abscons, sans queue ni tête et oui, c'est fait pour !

Du coup, si on change les mots discretos, on peut leur faire dire ce qu'on veut, ma petite dame !

Préservation et maintien, si, si, il y a une nuance quand même. Pascal Lokiec (professeur en droit du travail, s'il vous plait!) lui, il sent bien que ça sent pas bon ça : "Si l’on pousse l’analyse à son terme, on pourra même négocier la mise à l’écart du licenciement économique en inscrivant dans le préambule que l’accord est conclu pour l’emploi".

C'est à dire que petit à petit ces accords pourraient ne plus avoir pour objectif le plan social per se et donc d'éviter le licenciement pour raisons économiques (Suffit ! Quand y'a plus d'argent, y'a plus d'argent, Michel !! Merde ! J'avais pas réunion avec les actionnaires à 10 heures moi...) mais bien un préalable à l'embauche qui, s'il est refusé par le salarié, pourra constitué un motif de licenciement non pas pour raison économique MAIS pour « cause réelle et sérieuse » et DONC ! Moins d’indemnités... Vous pigez ?!

  • Les accords d'entreprises deviennent possibles par référendum (pour les syndicats totalisant 30% des voix) Vive la démocratie !!!! (Hum pardon...). Susnommé référendum qui devient dés lors imposable à tous.

Mouais... je sais pas... je le sens pas celui-là de référendum...

Est-ce parce que la direction d'une entreprise détient un avantage certain sur ses employés et donc des moyens de pression sur ces derniers, qui pris à titre individuel peuvent être éventuellement sommés de bien réfléchir aux conséquences de leur vote? A la situation de leur entreprise, aux dures lois du marché, aux petits chinois ou aux petits éthiopiens, au crédit de la voiture, à Kevin le petit dernier qui a gravement besoin d'un appareil dentaire et à la machine à laver tombée en rade la semaine dernière. Nooon.....

Petit message de la direction : Encore une fois y' en a marre de ces CGTistes ! Merde !!

  • Vous vous souvenez de Jean-Mi qui va gratter sa saisine des prud'hommes au PMU du coin tous les matins ? Et ba Jean-Mi, il pourra pu gagner le million ! Non, non. El Khomri, elle veut pas que Jean-Mi il gagne le million.

En cas de licenciement sans cause réelle et sérieuse ce sera trois mois de salaire pour deux ans d’ancienneté, six mois pour quatre ans, neuf mois entre cinq et neuf ans, douze mois pour 10 à 19 ans. Et....quinze mois de salaire à partir de 20 ans !

Ce qui veut dire que si Jean-Mi a bossé toute sa vie dans la même boite et ce, depuis ses 16 ans et qu'à l'aube de ses 50 balais, la direction en a soudainement ras le bol de ses élans Marxistes et de ses odes à la Gloire des Castro à la machine à café le matin et qu'elle le vire parce qu'il a pas jeté sa touillette dans la bonne poubelle, Jean-Mi gagnera 43 000 de dommages et c'est tout (calculé sur le salaire moyen)!
Parce que bon ! Les chinois, eux, ils en n'ont pas d'indemnités de licenciement ! Merde à la fin !

  • Les temps d'astreinte et d'habillage seront désormais considérés comme du repos

Ah ba oui, pensez donc ! On ne  va tout de même pas vous payer à vous dépatouiller les jambonneaux dans les manches de vos chemises d'uniformes et à regarder un match PSG-OM en attendant que le téléphone sonne ! Non mais !

  • Et enfin ! Last but not least.  On pourra désormais vous licencier pour cause de « réorganisation nécessaire à la sauvegarde de l'entreprise » woooo... c'est quoi??? Nous esbaudirons-nous à l'unisson (si si ça existe et sans circonflexe en plus).

La réorganisation nécessaire à la sauvegarde de l'entreprise est entendue comme étant une baisse des commandes, du chiffre d'affaires sur plusieurs trimestres, de pertes d'exploitations ou... une importante dégradation de la trésorerie !!! Soit TOUT élément de nature à justifier des "difficultés" économiques! (Parce que Jean-Mi, lui, il en a pas de difficultés zéconomiques..)

En gros:

- Micheline viens voir, l'expert comptable ne comprend pas, il est tout vert ! Y'a plein d'argent qui sort des caisses mystérieusement depuis deux mois, ça commence à sentir le roussi !
- Ah bon?! Mmmm...Je me demande si y'aurait pas un rapport avec les commandes de sonos Dolby Surround pour les derniers meeting de Sarkozy...


Et BAM !

- Jean-Mi t'es viré ! Ba oui tu comprends les temps sont durs, les commandes baissent, le cours de l'aigrette cendrée à tête blanche dégringole, les actionnaires nous ont réclamé tout notre CICE et nos aides publiques ces salops... !
Mais eh regarde le bon côté des choses Jean-Mi avec tes 43000€ pourquoi ne pas te payer un petit voyage à Cuba aux frais de la princesse !? T'as l'air tout pâle ! Et j'ai vu Raul l'autre jour à l'Elysée il-est-très-sym-pa !Ah ba non chu con, maintenant j'ai le droit, bon ba va pointer chez Pôle Emploi Jean-Mi mais t'inquiète ils veulent réformer la formation au gouvernement, et 50 ans c'est pas si vieux tu vas te refaire! Gratte un bingo plutôt on sait jamais...

C'est le MEDEF qui va être content !

Et bien évidemment qu'on ne va pas lésiner sur un petit 49-3 en plus! Si jamais les 30 députés de l'hémicycle font trop bien semblant de se castagner. Parce qu'après tout on n' a plus qu'un an, un mois et deux jours avant de fermer boutique alors ce serait trop bête de ne pas mettre un petit coup de canif dans le contrat une dernière fois. On aura tout le temps de se goinfrer de pop-corn en grognant des onomatopées inintelligibles à l'Assemblée quand on sera de nouveau dans l’opposition.

Et faut pas croire, mais revenir sur les avancées sociales défendues par son propre parti tout en accusant les gens d'être responsables des conséquences d'une ouverture économique incontrôlée, qu'on a signé. Crier haro sur le terroriste tout en coupant les budgets et revenir dans sa circonscription pour fustiger les baisses de financement qu'on a nous même voté, eh ba c'est fatiguant !

Ça mérite bien plusieurs mandats et une retraite à vie, non...

"Apporte-moi mes cachets...
Serre bien ma camisole...
Accélère encore le son de ta voix..."

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.