En hommage à Srey Thy, reine du rock'n roll cambodgien

Dans la nuit du 20 mars, une part du Cambodge a disparu avec le décès de Kak Channthy dans un accident de tuk-tuk à Phnom Penh. En 2009, cette incroyable chanteuse avait co-fondé un des meilleurs groupes de rock'n roll d'Asie du Sud-Est, The Cambodian Space Project.

Eléonore Sok-Halkovich retrace sa vie dans Le Monde, absurdement brisée par l'impunité de la rue cambodgienne. 

"Les accidents de la route sont un fléau au Cambodge, où il est encore possible de monnayer son permis de conduire, mais l’émoi est toujours plus fort lorsqu’il s’agit de personnes à la fois connues et accessibles, comme l’était celle qu’on surnommait Srey Thy. "Pas de mots", "Injustice", "Partie trop vite", les hommages de ses fans se sont répandus comme une pluie de mousson sur les réseaux sociaux."

Pour les anglophones, lisez un portrait d'elle dans le Nikkei Asian Review à l'occasion de la sortie du superbe documentaire "Not Easy Rock'n Roll" qui suit Srey Thy et son groupe en tournée. 

Not easy Rock'n Roll - Trailer Documentary © sydfilmfest

Un autre portrait en anglais par Public Radio International (PRI) et l'annonce de sa disparition par le Phnom Penh Post

Srey Thy reprenait des classiques du rock'n roll américain comme The Passenger qu'elle avait interprété pour des demandeurs d'asile dans un centre de rétention en Australie, mais aussi des classiques khmers des années 60 écrits par une génération de musiciens éradiqués par le régime des Khmers rouges. Le documentaire "Don't Think I've Forgotten: Cambodia's Lost Rock and Roll" contient des archives fascinantes sur ce pan de l'histoire du pays. 

"Don't Think I've Forgotten: Cambodia's Lost Rock and Roll" [Official Documentary Trailer] © Don't Think I've Forgotten: Cambodia's Lost Rock and Roll

Elle composait des chansons en anglais et khmer avec son propre système d'écriture car elle avait quitté l'école pour travailler très jeune. Dans "Have Visa No Have Rice", Srey Thy raconte avec humour sa première aventure à Paris et ses difficultés à troquer son bol de riz quotidien contre la baguette. "Whisky Cambodia" évoque sa rencontre avec un "barang" ("étranger"), Julien Poulsen, un musicien australien devenu son compagnon de route dans The Cambodian Space Project. 

Whisky Cambodia © The Cambodian Space Project

Srey Thy subvenait seule aux besoins de ses deux frères et de son fils, Makara. Une cagnotte a été mise en place pour contribuer aux funérailles de Srey Thy dans son village natal et aux frais d'éducation de l'adolescent. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.