Chers enfants, je vous écris de je ne sais où...

Il y a longtemps, dans une petite école du sud de la France, des enfants se sont mis à écrire à d'autres enfants de France, puis du monde entier, des milliers d'histoires et de dessins d'enfants ont ainsi circulé

Chers enfants, 

Je vous écris de je ne sais où. Plutôt si, je vous écris depuis mon confinement. Ce n'est pas un très beau mot, mais enfin il est plus doux à prononcer que celui de "guerre" qu'on entend beaucoup en ce moment. 

Je vous écris de ma maison qui me paraît toute petite. Peut-être que la vôtre aussi ? Parce que vous êtes aussi des confinés, comme des millions d'enfants du monde entier. 

C'est une situation rare, inédite, pas drôle et un peu drôle en même temps parce que tout ce qui est bizarre ne peut pas être complètement triste. Je m'y sens tellement à l'étroit dans cette toute petite maison que je préfère me dire qu'elle est située "je ne sais où"; comme ça, je peux la déplacer par la pensée où je veux. 

Je me présente : je m'appelle Laurence. Je suis une "maîtresse d'école" plutôt pour les grands, et je suis aussi historienne, c'est à dire que je vais chercher dans de vieux documents des évènements qui ont eu lieu il y a un peu, beaucoup, et parfois très très longtemps, pour les raconter dans des livres d'histoire. 

En ce moment je travaille sur l'histoire d'un maître d'école qui a commencé à enseigner il y a un siècle (cent ans !) dans une petite école du sud de la France. Il s'appelait Célestin. Lui-même a une sacrée histoire. Blessé au poumon pendant la Première Guerre mondiale, il s'en était sorti mais avait beaucoup de mal à respirer et le médecin lui avait expliqué que ça durerait toute sa vie. C'est sûr qu'il aurait été très très sensible au Coronavirus ! 

Mais Célestin avait déjà commencé ses études pour devenir instituteur et n'avait pas l'intention d'abandonner son projet. Lorsqu'il commença à travailler, les enfants ne lui firent pas de cadeaux. Il y a un siècle, les élèves n'étaient pas plus sages qu'aujourd'hui, et dans les petits villages, il y avait souvent une seule classe avec des enfants de tous les âges et de tous les niveaux. Ca s'agitait pas mal dans la classe, et les inspecteurs qui venaient voir le pauvre Célestin se demandaient franchement s'il allait pouvoir faire ce métier très longtemps. 

Célestin ne s'en sortait pas. Avec ses problèmes au poumon, il ne pouvait pas crier (et même crier ça ne sert parfois à rien) et il n'arrivait pas à faire travailler ses élèves qui refusaient souvent d'apprendre à lire et écrire. 

Alors il eut cette idée géniale : au lieu de leur apprendre à lire dans des livres de lecture écrits par des adultes, il allait leur faire écrire eux-mêmes leurs propres histoires ! Et pour que cela ressemble vraiment à un projet sérieux, tous les élèves allaient s'occuper des les imprimer sur du papier, avec des lettres en plomb, pour que le texte devienne celui de toute la classe.

C'est ainsi que les élèves de Célestin ont commencé à écrire plein d'histoires d'enfants qui leur passaient par la tête. Ils avaient aussi le droit de dessiner pour illustrer les histoires. Et cela leur donnait évidemment envie d'apprendre à mieux lire et écrire. 

Mais Célestin ne s'arrêta pas là. Il décida aussi de permettre aux enfants de sa classe de correspondre avec d'autres classes. Et en réunissant tous les textes de toutes les classes, on pouvait fabriquer et multiplier les livres ! 

C'était il y a très longtemps c'est vrai mais beaucoup de maîtres et maîtresses s'inspirent encore de l'expérience de Célestin pour travailler avec leurs élèves. 

Alors comme il n'y a plus d'école en ce moment, j'ai eu cette idée : Et si vous écriviez des textes ?  On sortirait tous en pensée de nos petites maisons et je les publierais ici. Vous pouvez aussi m'envoyer des dessins. Célestin disait que ce sont des "textes libres", tout le monde a droit d'écrire ce qu'il veut (d'ailleurs bientôt je vous raconterai l'histoire d'un texte qui n'a pas fait rigoler toute le monde...) : ses rêves, ses colères, ses amours, ses angoisses, ses tristesses ... 

Voici l'adresse à laquelle me l'envoyer : enfantsdupasse@gmail.com 

On verra si ça marche. Peut-être qu'on commencera avec un seul petit récit et qu'on arrivera à des milliers ? Et alors on fabriquera un livre ! 

Et quoi qu'il arrive, parce que nous aurons toutes et tous besoin de s'évader de nos "je ne sais où", je vous raconterai ici régulièrement des petites histoires d'enfants du passé et je vous ferai lire aussi celles qu'ils et elles ont écrites avant vous.

Voici la première, elle s'appelle "Les petites fées" 

il y avait une fois 12 petites fées qui se promenaient.

Comme elles avaient très faim, elles entrèrent dans une boulangerie et mangèrent 6 pains de 2 livres. Le boulanger les attrapa ...

Au secours ! au secours ! criaient les fées. D'autres fées accoururent, elles eurent le même sort. Alors le boulanger qui était un méchant homme les porta chez le boucher.

Le boucher fut très content, il en fit du pâté. Ah ! le beau pâté que fit le gros boucher !

Vite il alla le porter au boulanger qui, tout heureux, offrit un grand festin. 

les invité se disent : "Quelle chance ! on va se régaler.

- Oui oui vous vous régalerez tant que vous voudrez dirent les petites fées en ricanant.

Et elles sortirent de la terrine en chantant 

"Vivent les fées

Méchant boulanger

Vaurien de boucher

Qui fait du pâté

Avec les petites fées !

(écrit par des "fillettes" - c'est comme ça qu'on disait - de 8-9 ans) en 1934

capture-d-ecran-2020-03-18-a-13-16-15

Tiré des archives en ligne de l'ICEM 

https://www.icem-pedagogie-freinet.org/node/35458

 

Actualisation du 19 mars :

L'édition va basculer vers une nouvelle édition dédiée au projet 

https://blogs.mediapart.fr/edition/enfants-dici-et-dailleurs-enfants-confines

Et avec un compte Twitter à suivre : @EnfantsIci

Et notre page Facebook : https://www.facebook.com/Enfants-dici-et-dailleurs-enfants-confinés-100634081627839/?modal=admin_todo_tour

 

Et le premier texte est désormais en ligne :

https://blogs.mediapart.fr/edition/enfants-dici-et-dailleurs-enfants-confines/article/190320/le-monde-parallele-et-la-maison-confite

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.