Laurent Coq
Musicien
Abonné·e de Mediapart

56 Billets

0 Édition

Billet de blog 13 mai 2013

Des nouvelles (qui n'en sont pas)

C'est la lecture du très bon billet de Franck Bergerot sur le site de Jazz Magasine qui m'a donné l'impulsion de revenir ici ce matin, et aussi parce que cela fait un moment que je n'ai plus rien posté, faute d'actualités en rapport à ce blog. Car que dire de l'exercice de l'État depuis un an, sinon notre consternation ? Quelle tristesse que ce ministère de la Culture qui illustre par son silence l'impuissance de l'état face aux grands défis qu'il est censé relever.

Laurent Coq
Musicien
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

C'est la lecture du très bon billet de Franck Bergerot sur le site de Jazz Magasine qui m'a donné l'impulsion de revenir ici ce matin, et aussi parce que cela fait un moment que je n'ai plus rien posté, faute d'actualités en rapport à ce blog. Car que dire de l'exercice de l'État depuis un an, sinon notre consternation ? Quelle tristesse que ce ministère de la Culture qui illustre par son silence l'impuissance de l'état face aux grands défis qu'il est censé relever.

J'apprends ces jours-ci que notre ministre Aurélie Filippetti serait intervenue dans le processus de désignation du prochain directeur de l'Orchestre National de Jazz (ONJ) pour déplorer l’absence de candidature féminine. Vite, il a fallu trouver quelqu'un(e) et ce fut Airelle Besson qui n'a aucune expérience de direction de grand orchestre (je ne demande qu'à me tromper), nonobstant ses qualités musicales incontestables. Voilà résumé ici l'action du ministre de la culture en faveur du jazz depuis un an, alors qu'au moment où elle prenait ses fonctions, un rapport tout chaud sur l'état de ce secteur en France attendait Aurélie Filippetti sur son bureau, fruit de longues heures de travail et de consultations avec plus de 80 intervenants. Heures qui je rappelle ici furent totalement bénévoles et strictement mises au service de l'intérêt général. Rapport dont le principal tort sans doute aura été de porter le nom de son prédécesseur et non le sien.

En conséquence, elle ne l'aura pas lu, et il faut avoir le courage de reconnaître aujourd'hui que c'est un rapport pour rien, un de plus. Voila ici résumé tout le désastre des politiques culturelles. Quant tout un secteur se mobilise pour avancer des propositions concrètes afin de répondre à une crise sans précédent, la seule réaction qui vient d'en haut, c'est il faut une femme candidate à la direction de l'ONJ. Ce serait amusant de ridicule si ce n'était désolant de gravité dans un contexte si inquiétant.

Évoquons maintenant l'ONJ, cet espèce de paquebot France qui croise en mers lointaines - de l'ensemble de notre communauté, quand ce n'est pas carrément de nos contrées - pour porter haut les couleurs de notre pays, et qui pompe à lui seul un part énorme du budget de l'état pour le Jazz : une structure administrative lourde - et donc qui coûte cher - qui œuvre à faire tourner une quinzaine de musiciens. Pendant longtemps j'étais de ceux qui pensaient qu'il fallait mettre un terme à cette gabegie, et qu'il fallait plutôt utiliser cette ligne de crédit dans un souci d'en faire profiter le plus grand nombre. Jusqu'au jour où j'ai compris que ce budget ne serait pas alloué ailleurs si l'ONJ devait s'arrêter.

Car ce qui compte ici, c'est l'affichage, le prestige, cette vieille idée de la culture au plus haut niveau de l'État qui se moque des artistes, et leur préfère les œuvres, la création. Ce souci d'intervenir pour imposer une candidature de femme ne procède pas autrement. C'est une politique de la vitrine, et les musiciennes ne doivent pas être dupes et devraient plutôt se sentir insultées d'être considérées uniquement pour leur sexe. Avec cet épisode, nous avons la preuve qu'il ne faut plus rien attendre de ce ministère (je rappelle que toutes nos demarches auprès du cabinet, comme de la DGCA sont restées lettres mortes depuis des mois), et que l'année que nous avons passée à travailler ensemble n'aura pas d'autre effet que le souvenir qu'elle nous a laissé... d'avoir travaillé ensemble.

C'est déjà ça.

Quant à moi, je renonce à participer à cette mascarade plus longtemps et retourne désormais à la musique.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
En Inde, après l’attaque contre Rushdie, le silence éloquent des politiques
« Les Versets sataniques » ont été interdits en Inde, son pays natal, en 1988. Un an avant la fatwa prononcé par l’Iran contre Salman Rushdie, qui allait faire de sa vie un enfer. Son agression aux États-Unis en fin de semaine dernière n’a suscité aucune réaction officielle, dans un pays où les condamnations au nom du respect des croyants hindous se multiplient.
par Côme Bastin
Journal
Franquisme : des historiens démontent les thèses révisionnistes relayées par « Le Figaro »
La publication dans un hors-série du « Figaro » d’un entretien-fleuve avec l’essayiste d’extrême droite Pío Moa, pour qui les gauches sont entièrement responsables du déclenchement de la guerre civile en Espagne en 1936, suscite l’indignation de nombreux historiens. Retour sur une entreprise de « falsification ».
par Ludovic Lamant
Journal — Amérique Latine
Au Chili, la menace d’un refus plane sur la nouvelle Constitution
Face aux crispations sur certains points de la nouvelle Constitution, le gouvernement chilien prévoit déjà des réformes au texte en cas d’adoption par référendum le 4 septembre. Une position défensive qui témoigne de l’étroitesse du chemin vers la victoire du « oui ». 
par Mathieu Dejean
Journal — Amériques
Le jeu dangereux du Parti des travailleurs avec les militaires
Créé par Lula en pleine dictature, le PT, une fois au pouvoir, a malgré tout entretenu des relations cordiales avec l’armée brésilienne. Puis des tensions sont apparues, jusqu’à faire revenir officiers et généraux dans l’arène politique, en faveur de Jair Bolsonaro.
par Jean-Mathieu Albertini

La sélection du Club

Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·e·s, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr