GREEN FACTORY : UNE LUTTE EN VERT (ET ROUGE)

Pas de traditionnel compte-rendu du désormais Acte XII parisien des gilets jaunes en raison de l'investissement de notre syndicat dans la lutte, victorieuse depuis, des salarié-es de Green Factory, relatée au jour le jour ci-dessous.

Un sévère avertissement  :

Samedi 26 janvier, les grévistes de Green Factory, depuis le 23 janvier dernier, et une trentaine de leurs soutiens, dont les postiers du 92, ont fait connaître leur lutte sur le stand exploité par la société au Bon Marché et ce au grand dam de leur patron, présent sur les lieux.

Appuyés par l'inspection du travail, nous exigeons la levée des procédures de licenciement et des mises à pied conservatoires. Pour l'imposer, nous vous donnons rendez-vous mercredi 30 janvier à partir de 9 h 30 à la boutique sis 17 rue Lucien Sampaix, près du métro Jacques Bonsergent, pour les entretiens de licenciement. Un coup porté contre l'un d'entre nous est un coup porté contre tous !

Le 28 janvier, c'était le tour de camarades allemands qui ont été faire connaître le conflit au siège berlinois de la filiale allemande de l'entreprise.

Premier jour d'occupation :

Depuis ce mardi 29 janvier au soir, le personnel gréviste de Green Factory occupe, avec le soutien de leur syndicat SUD Commerce, la boutique du 17 rue Lucien Sampaix. Ils exigent la levée des procédures de licenciement qui les visent simplement pour le fait d'avoir appelé à la grève.

 La direction, plutôt que venir dialoguer, a d'abord mis la pression à l'employée en charge de la fermeture pour faire évacuer le magasin puis fait venir la police à plusieurs reprises, qui n'a rien trouvé à redire sur le comportement des occupants. Un peu plus tard, c'est le bras droit du patron qui a essayé de reprendre sans succès le contrôle des lieux. Enfin, nous avons eu droit à la visite d'un huissier ce qui n'a pas empêché la poursuite de l'occupation à cette heure.

Les salarié-es restent déterminés à faire entendre raison à leur employeur et donnent rendez-vous en masse sur place ce mercredi 30 janvier à partir de 9 h 30 pour les premiers entretiens de licenciement.

Deuxième jour d'occupation :

Ce matin à 10 h s'est tenu l'entretien de licenciement de deux grévistes après que le patron a tenté de reprendre violemment le contrôle des lieux, avec l'aide d'autres salarié-es de l'entreprise. Nonobstant une nouvelle intervention policière dans la boutique qui n'a rien donné, l'occupation se poursuit alors que l'employeur et ses acolytes rôdent encore sur les lieux...

Dans le même temps, nos camarades de la Poste démarraient eux une occupation retentissante du siège de leur entreprise.

Il est impératif de venir renforcer l'occupation au 17 rue Lucien Sampaix et ce pour une heure, une demie-journée, une journée voire une nuit. Nous organisons aussi demain jeudi 31 janvier à 17 h un rassemblement devant le magasin avec les forces syndicales et politiques qui le souhaitent.

Troisième jour d'occupation :

De plus en plus de soutiens militants se succèdent pour aider à la poursuite de l'occupation du magasin du 17 rue Sampaix ce que l'employeur a bien compris, cessant toute tentative de déloger les grévistes. Ce jour à 17 h, ce sont des dizaines de syndicalistes de Solidaires ainsi que de la CGT locale qui sont venus s'enquérir de leur moral.

Alors qu'une nouvelle mise en garde de l'inspection du travail a été adressée à la société et qu'une tentative de conciliation est en cours, il est essentiel de ne pas relâcher l'effort, y compris ce week-end alors que doit se tenir une nouvelle manifestation des gilets jaunes : continuons à renforcez l'occupation !

Quatrième jour d'occupation :

Nous avons eu la désagréable surprise d'être victime cette nuit d'une coupure de courant à la demande de l'employeur mais c'est mal connaître notre détermination. Mieux, les médias et les élu-es politiques commencent à s'intéresser à la lutte.

La balle est plus que jamais dans le camp du gérant alors que les militant-es seront encore nombreux ce week-end, sur fond de mobilisation des gilets jaunes, à se succéder auprès des grévistes du 17 rue Sampaix et encore plus lundi 4 février à 9 h 30 puis 17 h pour les deux nouveaux entretiens de licenciement prévus ce jour là.

Cinquième et dernier jour d'occupation :

Alors qu'un accord de fin de conflit a été trouvé dans la nuit, le gérant "fondateur" de Green Factory fait, comme à son habitude, tout pour le torpiller. Alors que les grévistes et leur syndicat se tenaient prêts à évacuer les lieux à 10 h ce matin, personne ne s'est présenté pour la société et les virements du salaire du mois dernier se font toujours attendre... aussi l'occupation continue !

Nous donnons rendez-vous dès 18 h aux nombreux militant-es, représentant-es politiques et médias qui participeront à la nouvelle manifestation ce samedi des gilets jaunes qui se termine à République : le magasin du 17 rue Sampaix, situé juste à côté, et ses occupants vous y attendent !

A 16 h 45 finalement ce samedi, les salaires étaient bien virés et le gérant en personne s'est présenté pour rouvrir le magasin. Après cinq jours de lutte, l'accord a enfin été respecté pour mettre fin à la grève et à l'occupation du magasin de Sampaix ce samedi et toutes les procédures de licenciement sont annulées. Merci à tous ceux et celles qui sont venus nous soutenir tout au long de ce combat et qui ont aidé à obtenir une victoire qui fera date.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.