mot de passe oublié
1 euro 15 jours

Construisez avec nous l'indépendance de Mediapart

Accédez à l'intégralité du site en illimité, sur ordinateur, tablette et mobile à partir d'1€.

Je m'abonne
Le Club de Mediapart mar. 27 sept. 2016 27/9/2016 Édition de la mi-journée

Rémy Le Gall : la bande dessinée a enfin ses états généraux

Ca bouge du côté des auteurs de BD. La bande dessinée résistait plutôt bien jusqu’à présent dans le secteur du livre en crise. Mais les modifications récentes allouées au statut d’auteur de Bd a changé la donne. De nombreux scénaristes et dessinateurs réclament désormais une plus grande cohérence du modèle de développement de leur secteur. Des états généraux de la bande dessinée ont ainsi été lancés au dernier festival Quai des bulles de Saint-Malo et publiaient, il y a 15 jours, leur premier communiqué. Rémy Le Gall, scénariste de bande dessinée, s’associe à cette initiative constructive. Pour les états généraux de la bande dessinée, http://www.etatsgenerauxbd.org,après des décennies de croissance économique, la Bande Dessinée est entrée dans une période d’incertitude. La multiplication du nombre d’albums a fini par provoquer une diminution des ventes de chaque titre, donc de leur rentabilité pour les éditeurs comme pour la plupart des auteurs.

De surcroît, les EGBD rappellent que les auteurs se sont trouvés soumis à une explosion des prélèvements : complémentaire retraite, formation professionnelle, TVA qui, pour beaucoup, se sont traduits par une disparition de un à deux mois de revenu annuel.

Au-delà de ces problématiques, de nombreuses questions se posent sur un modèle en pleine mutation : Quel sera le modèle économique de l’édition numérique ? Comment mieux exporter la BD franco-belge ? Que faire face aux nombreuses attaques contre le droit d’auteur ?

Dans un premier temps, les EGBD souhaitent établir un état des lieux, un bilan et une analyse la plus exhaustive possible de la situation : poids économique de la BD dans son ensemble, statuts sociaux et revenus des créateurs, états de l’édition, de la librairie, du marché, spécificité du droit d’auteur et des pratiques françaises, écoles et formations, place dans la culture, impact sur l’audiovisuel...  Pour Rémy Le Gall, cette initiative doit être soutenue le plus largement possible et ce diagnostic peut se transformer en opportunité historique pour des auteurs BD qui jusqu’à présent vivaient sur leurs acquis. Comme le souligne Benoît Peteers, président des EGBD « Il va falloir additionner différentes pistes et différentes approches : l'auteur préférera toujours que son livre soit acheté, ou au moins lu, notamment en bibliothèque. Mais il faut tenir compte de l'évolution des pratiques et tenter d'inventer de nouvelles ressources. S'il faut d'abord défendre le principe du droit d'auteur, notamment sur le plan européen, il faut aussi générer de vrais revenus du côté du numérique, y compris dans le cas complexe du prêt ».

Au-delà des auteurs tels que Franck Margerin ou de plusieurs autres grands prix du festival d’Angoulème, il est impératif, pour Rémy Le Gall, que de nouvelles grandes signatures s’associent à cette initiative. La bande dessinée est à la croisée des chemins. Son développement économique peut se pérenniser car il peut mieux résister que le livre à la numérisation. Pour Rémy Le Gall, son format et les particularités de son mode de lecture se prêtent, encore aujourd’hui, plus facilement à une édition papier que numérique. Pour autant, la bande dessinée doit s’inventer de nouveaux cadres d’expression pour accompagner des évolutions technologiques inéluctables. Le 9ème art a encore un bel avenir devant lui sous réserve de bien s’adapter aux mutations de son lectorat. Et cet avenir à construire ne pourra être correctement bâti, comme le rappelle Rémy Le Gall, que s’il s’appuie sur une adhésion de l’ensemble des acteurs du monde de la bande dessinée. Si trop d’éditeurs font cavalier seul sur des modèles dépassés, c’est un art entier qui risque peu à peu de s’étioler, voire un jour de disparaître.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.

Construisez l'indépendance de Mediapart

onze euros par mois

Souscrivez à notre offre d'abonnement à 11€/mois et téléchargez notre application mobile.
Je m'abonne

Le blog

suivi par aucun abonné

C dans l'art