Festival Les 2 mondes à Mulhouse du 19 au 24 septembre

EDITION 2017

21462258-782004721980188-2536247848013459729-n

 

Comme chaque année, le compositeur et organisateur Pierre Thilloy, sort couteaux et fourchettes, partitions et orchestres, pour faire découvrir aux mulhousiens et aux alsaciens, toute la saveur des beaux-arts et de la gastronomie, le terroir et l’étranger, le passé et le présent, en une série de concerts et d’animations festives, pour les petits et pour les grands, de salles de concert en parcs urbains, de caves à vin en pâtisseries de renom. Partant du principe que la musique se savoure autant que les bonnes choses ne se goûtent, le festival, cette année, tâchera de réunir en un même menu, la musique et la table. Fidèle également à son exigence de découverte et de voyage, le festival ne se cantonnera pas au terroir alsacien, mais ouvrira largement les voiles à l’international : le Brésil, Cuba, la Pologne, l’Italie, l’Asie Centrale, l’Algérie, la Guadeloupe, ou encore, le pays Basque. Faire découvrir de nouvelles saveurs, de nouveaux sons, de nouvelles cultures, c’est réaliser en un festival ce que la mondialisation ne parvient manifestement pas à faire d’elle-même. Le festival Les 2 mondes est toujours bien décidé à prendre le parti de la culture, à titre d’ambassadrice des peuples, de diplomate internationale.

 

Mardi 19 septembre 2017                                                                                

Le Trombone et La Fontaine 14h30

N’oubliant pas la pédagogie, le festival s’ouvre cette année sur un concert pour jeune public, adaptant l’exigence musicale à celle du texte, en permettant aux jeunes oreilles de se familiariser autant avec les sons qu’avec les mots. Les fables de La Fontaine s’y plient à merveille. Pour changer un peu du Carnaval des animaux de Saint-Saëns, du Pierre et le loup de Prokofiev, rien de tel que la ménagerie enchantée des fables, les intrigues édifiantes d’un poète doublé d’un moraliste. Pour donner corps à cette leçon d’art et de vie, une récitante, Margot Luciarte, accompagnée des trombonistes de Laurent Weisbeck.

 

Mardi 19 septembre 2017

Jazz d’Est en Ouest

Les Domaines qui montent 19h00

La Place de la Paix ne saurait porter véritablement ce nom si on n’y trouvait pas une cave à vin, ainsi que des trésors du terroir. Les Domaines qui montent, à Mulhouse, accueilleront cette année le concert d’ouverture. Si la musique adoucit les mœurs, la table sert aussi à l’amitié, aux complicités communes, aux échanges cordiaux. Autant de valeurs mises à l’honneur en ce festival. Pour accompagner les convives, rien de plus adapté à cette fin que le jazz et le blues du Sophie Steff Band, intimiste, empathique, chaleureux. Aygerim Yersainova, Seddam Novruzbayov, y apporteront le parfum de l’étranger, sans lequel, il ne saurait y avoir d’authentiques rencontres, sinon d’authentiques saveurs : celles d’instruments typiques et anciens, de Gershwin, Gainsbourg, Joe McCoy, ou encore du Brésil de Carlos Jobim.

 

Mercredi 20 septembre 2017

Soirée « Le son en bouche » - 19h00

Les pâtisseries JACQUES, la maison des champagnes DRAPPIER, le quatuor Délice Musical de Mulhouse, le Café Mozart, le compositeur Pierre Thilloy lui-même, se joindront ensembles en une célébration des sens toute particulière qui verra la création d’un gâteau unique, spécialement réalisé pour l’occasion, de même qu’une création sonore, du compositeur Pierre Thilloy, sur le thème des 2 mondes. Une fête pour les sens que les oreilles goûteront et que les papilles entendront. Seront également conviés à la cérémonie : Borodine, Mozart, le chevalier Saint-George, ou encore le compositeur azéri, Mirzazadeh. Le tout agrémenté des couleurs et des motifs de l’artiste Renato Montanaro, qui seront exposées au sein du Café Mozart. Un poème du poète guadeloupéen Lémy Leman Coco accompagnera le gâteau « Les 2 mondes » avec le concours de Margot Luciarte.

 

Jeudi 21 septembre 2017

La Route des Epices - Diwan Again 20h00

De la Route de la Soie à la Route des Epices, le festival mondialise ses charmes : Cuba, Alger, Bakou, Belém, Almaty, Fés, Tunis, Cracovie, Sheki, Rio, se réunissent lors d’un concert au Théâtre de la Sinne, en une fraternité sonore, autour de musiciens orientaux. Pas de fraternité possible sans des voix, des chants, remontant parfois au fond des âges, comme avec le mugham et le maqâm. Voyage sonore dont l’immobilité ne dispense pas d’un dépaysement intérieur.

 

Vendredi 22 septembre 2017

Vent d’est 20h00

La Russie, le Caucase seront à l’honneur avec le Eastslieders Trombone Quartet, au lyrisme typique de Rimsky-Korsakov, Aram Khatchaturian, Fikret Amirov, Dimitri Shostakovich, et une création mondiale de Pierre Thilloy, Quatuor Coronati op. 98. Chacun saura s’émerveiller de la très célèbre et festive Danse du Sabre de Khatchaturian; la pompe militaire et princière de la Procession des Nobles de Rimsky-Korsakov ; l’inventivité moderne et orientale des Miniatures d’Amirov ; sinon encore, la valse célèbre entre toutes, de Shostakovich, tirée de la seconde Suite de Jazz.

 

Samedi 23 septembre 2017

Aubade champêtre 12h00

C’est à la source même de la Moselle, à Bussang, qu’est convié le quatuor Chagall, bien décidé à enchanter la nature des lieux en une célébration à la fois bucolique et champêtre. La géographie et l’histoire n’étant pas séparées, on ne pouvait pas trouver lieu plus symbolique et enchanteur que la source de la Moselle pour entonner chants et hymnes en son honneur. Les bords de la Moselle op. 92 de René de Boisdeffre, compositeur français du XIXe siècle, introduira la rencontre. Un lieder historique de la Moselle fera suite, composé en son temps par Georg Gerhard Schmitt, compositeur allemand lui aussi du XIXe, réhabilité pour l’occasion sur un texte nouveau, en guise de célébration franco-allemande. Fraternité lyrique qui se terminera par une oeuvre composée par Pierre Thilloy, Evocations d’après Mosella op. 167 n°2.

                                                                                           

 

Samedi 23 septembre 2017

Intermède à déguster - 17h00

Michel Bannwarth dirige la pâtisserie JACQUES, véritable institution mulhousienne naguère créée par son grand-père, reprise par son père, et aujourd’hui tenue par lui-même, petit-fils du fondateur. 80 ans d’excellence au service du goût. Sa rencontre avec le compositeur Pierre Thilloy lui vaut un exercice très particulier : créer un gâteau unique en l’honneur du festival Les 2 mondes. Mettre la musique en goût ; nous faire ingérer la beauté, l’exotisme, l’internationalisme. Exercice autant culinaire que musicologique puisque Pierre Thilloy composera sur le thème du gâteau une oeuvre inédite. Timbalier et vibraphone seront requis pour mettre du piment dans la sucrière. Avec au programme, Jean-Sébastien Bach, Gérard Pérotin, Aram Khatchaturian, Erik Satie, et Yves Verne.

                                                                                                                    

 

Samedi 23 septembre 2017

Feu d’artifice musical 20h00

Un concert de clôture généreusement lyrique, vocal, voluptueux, au Théâtre de la Sinne ; puissamment moderne, terriblement contemporain et savamment cosmopolite. Se maintenant dans un esprit de découvertes, les nationalités défileront, les genres aussi, de même que des compositeurs peu connus, bien injustement, si on le mesure à leurs talents. Le festival se chargera de faire découvrir ces talents méconnus, de rendre justice à des trésors oubliés. Le lyrisme doux-amer du Mirentxu de Jésus Guridi, compositeur espagnol ; le compositeur français Léon Ehrhart et sa Cantate La tempête ; Fikrat Amirov, compositeur azéri, avec le final de sa symphonie Nizami ; Jean-Sébastien Bach en son majestueux concerto pour clavier en Ré mineur BWV 1052, splendeur baroque qui fera office d’ouverture au concert ; Lorenzo Ferrero, compositeur italien contemporain, postmoderne, influencé par le minimalisme américain et le néoromantisme ; et pour le final du concert, La Cantate Mosella Praeludio op 167 de Pierre Thilloy, d’après un récit de voyage d’Ausone, poète et écrivain romain du IVe siècle ap. J.-C., célébrant la Moselle, et au-delà, l’amitié franco-allemande, l’Europe des peuples, dont l’oeuvre de Pierre Thilloy n’omet pas d’alerter des périls qui guettent l’avenir du rêve européen.

 

 

Dimanche 24 septembre 2017

Fête de la gastronomie 12h30

L’Association EPICES et ses partenaires, ainsi que le KMO Band, se chargeront d’un buffet citoyen d’après clôture, le festival se devant de finir avec le dessert ; le buffet sera servi en plein air, au Parc Steinbach, sur des airs alsaciens de la fin du XIXe, au piano, à l’accordéon, tuba, clarinette, guitare, pour l’orchestre ; un Arria Marcella op. 150 de Pierre Thilloy et une Suite de tacot de la Jambe de fer, de Stéphane Escoms. L’occasion de terminer sur la mélodie qui fut celle du festival, la campagne, la Moselle, la nature, la musique, la poésie, la gastronomie, sans oublier les rencontres, le partage, et la convivialité nécessaire à ce rendez-vous culturel auquel tout un chacun est convié.

 

21430110-782004521980208-5716472156509293202-n

 

ASSOCIATION XANADU

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.