LAURENT THINES
Abonné·e de Mediapart

31 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 juil. 2020

FEU – poèmes Jaunes

Recueil de textes né au cœur des ronds-points et des manifestations de Gilets Jaunes, il témoigne de ce combat historique, par le biais d’une évocation poétique sans concession de la répression contre ce mouvement mais aussi de la ferveur et du courage des militants. Les droits d’auteur seront reversés intégralement au Collectif des Mutilés pour l’Exemple. Merci de votre soutien !

LAURENT THINES
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

FEU poèmes Jaunes

FEU (poèmes Jaunes) © Serge d’Ignazio

FEU !

FEU - comme symbole des ronds-points où tout a commencé.

FEU - comme l’âtre auprès duquel on se réunit, on se serre, on se réchauffe, on partage, on fait fraternité, on fait corps pour ne plus avoir froid, pour ne plus être seul, pour ne plus avoir peur de la nuit autour.

FEU - comme un lieu de rencontre entre humains citoyens où l’on reparle comme avant, on échange simplement, on démystifie la langue des maîtres, on pose des mots sur le réel, on réfléchit la société, on théorise, on organise, on milite, on planifie et on construit un avenir meilleur.

FEU - comme la joie, comme l’énergie, comme la force, comme la folie, comme la lumière, comme l’espoir, comme l’utopie qui ont animé et animent encore les Gilets Jaunes.

FEU - de tout bois en souvenir de nos fêtes de village, de nos colonies de vacances, de nos campings à la campagne, de nos cabanes sauvages, de nos rêves d’enfants. Un hommage à la liberté retrouvée.

FEU - comme un phare dans la tempête de nos vies que l’on perçoit de loin, comme un repère, comme une bouée, comme un lieu de ralliement, comme le sentiment d’exister et d’être vu, enfin.

FEU - comme un cri de fête, un cri d’étonnement, un cri de colère, un cri de peur, comme un slogan lancé à la volée.

FEU - comme l’ordre donné de tirer sur une foule en liesse, comme les salves des grenadiers au-dessus d’un peuple, comme la mitraille sur les champs de bataille, comme la fusillade par-delà les ruelles, comme la rafale au mur des condamnés.

FEU - comme des tirs de flash-ball, de LBD40, d’OFF1, de GLIF4, de GMD, de DMD, de GM2L, de lacrymogènes, et leurs poumons suffoqués, leurs yeux éborgnés, leurs mains amputées, leurs visages fracassés, leurs peaux brûlées, leurs bleus et leurs plaies, leurs corps mutilés, leurs âmes dévastées, leurs vies sacrifiées, leurs citoyens assassinés.

FEU - d’artifice, de Bengale, de cocktail, de barricade comme la colère de ne pas être entendu, comme la rage d’être humilié, comme violence de la répression, comme la dévastation de n’avoir plus rien à perdre, comme l’embrasement d’une juste révolte.

FEU - comme tir de barrage face aux oppresseurs, comme réplique du beau face à l’horreur, comme salve de mots face à l’indicible, comme bordée de poésie face à la peur, comme une insurrection.

FEU - pour dire notre vérité et la dire en poète, pour consoler nos blessés, pour ancrer notre mémoire, pour porter nos voix, pour nous libérer de la colère, pour tisonner la braise de l’indignation et ne plus jamais accepter l’insoutenable.

FEU - rebelle et Jaune, comme le soleil.

FEU !

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

L’automne 2020 marquera le deuxième anniversaire du mouvement des Gilets Jaunes qui a durablement impacté le paysage social et politique français et qui n’a pas fini de peser dans les luttes actuelles.

Feu - poèmes Jaunes, est un recueil de textes né au cœur des ronds-points et des manifestations et qui témoigne de ce combat historique, par le biais d’une évocation poétique sans concession de la répression contre ce mouvement mais aussi de la ferveur et du courage des militants.

Ecrit par deux poètes engagés aux côtés des Gilets Jaunes, ce livre est également un hommage à différentes personnalités liées directement ou indirectement à ces mobilisations qui continuent de nous inspirer (Fred Vuillaume, Zineb Redouane, Christophe Dettinger, Steve, François Boulot, David Dufresne, Les mutilés…).

------------------------------------------------------------------------------

Les auteurs :

- Cathy Jurado, autrice.

- Laurent Thinès, neurochirurgien et militant contre les armes sub-létales (LBD 40, grenades).

Editeur : Le Temps des Cerises – Collection Le Merle Moqueur

-------------------------------------------------------------------------------

Ce recueil, dans l’esprit GJ, est un livre solidaire: les droits d’auteur seront reversés intégralement au Collectif des Mutilés pour l’Exemple* et l’ouvrage n’existera que grâce à la participation de tous. Il est proposé en souscription (prix de vente : 12€) : pour recevoir le formulaire de précommande du livre par retour de courrier – envoyez vos nom, prénom et adresse postale à:

==>  poemesjaunes@gmail.com   (nom, prénom et adresse postale)

Partagez avec les personnes de votre entourage qui pourraient être intéressées.

Liens à partager:

Merci de votre soutien !

* le Collectif des Mutilés pour l’Exemple aide et soutient les Gilets Jaunes grièvement blessés.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Social
Lidl : les syndicalistes dans le viseur
Dans plusieurs directions régionales de l’entreprise, les représentants du personnel perçus comme trop remuants affirment subir des pressions et écoper de multiples sanctions. La justice est saisie.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Social
Conditions de travail : la souffrance à tous les rayons
Le suicide de la responsable du magasin de Lamballe, en septembre, a attiré la lumière sur le mal-être des employés de l’enseigne. Un peu partout en France, à tous les niveaux de l’échelle, les burn-out et les arrêts de travail se multiplient. La hiérarchie est mise en cause.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Politique
Zemmour : quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal — Politique
En marge du meeting de Zemmour, des habitants de Seine-Saint-Denis fustigent « sa politique remplie de haine »
Éric Zemmour a tenu le premier meeting de sa campagne présidentielle dans un département qui représente tout ce qu’il déteste. Cibles quotidiennes des injures du candidat d’extrême droite, des citoyens de Villepinte et des alentours témoignent.
par Hannah Saab (Bondy Blog)

La sélection du Club

Billet de blog
Le fascisme est faible quand le mouvement de classe est fort
Paris s’apprête à manifester contre le candidat fasciste Éric Zemmour, dimanche 5 décembre, à l’appel de la CGT, de Solidaires et de la Jeune Garde Paris. Réflexions sur le rôle moteur, essentiel, que doit jouer le mouvement syndical dans la construction d’un front unitaire antifasciste.
par Guillaume Goutte
Billet de blog
Aimé Césaire : les origines coloniales du fascisme
Quel est le lien entre colonisation et fascisme ? Comme toujours... c'est le capitalisme ! Mais pour bien comprendre leur relation, il faut qu'on discute avec Aimé Césaire.
par Jean-Marc B
Billet de blog
« Pas de plateforme pour le fascisme » et « liberté d’expression »
Alors que commence la campagne présidentielle et que des militants antifascistes se donnent pour projet de perturber ou d’empêcher l’expression publique de l’extrême droite et notamment de la campagne d’Éric Zemmour se multiplient les voix qui tendent à comparer ces pratiques au fascisme et accusent les militants autonomes de « censure », d' « intolérance » voire d’ « antidémocratie »...
par Geoffroy de Lagasnerie
Billet d’édition
Dimanche 5 décembre : un déchirement
Retour sur cette mobilisation antifasciste lourde de sens.
par Joseph Siraudeau