A l'heure où la remise en cause du capitalisme est nécessaire, et a été défendue par nos dirigeants, les élections européennes devraient prendre une dimension majeure. Or, le constat est maigre puisque les Français ne sont toujours pas informés du véritable sens et de la véritable nature de ces élections. Il serait sans doute utile de rappeler qu'une grande majorité de nos lois sont des directives de Bruxelles.

 

Voulues pour répondre au déficit démocratique que connaît l'Union Européenne, ces élections ne font que renforcer le peu d'intérêt des citoyens à l'égard du Parlement européen. L'abstention est révélatrice puisque depuis 1979 (date des premières élections européennes) son taux n'a pas cessé d'augmenter. Rien qu'en France, en 1979 il s'élevait à 39% alors qu'en 1999 il avoisinait les 50% pour atteindre en 2004 59%. Ce constat remet en cause la légitimité démocratique de l'UE dans son ensemble.

 

Et pour cause : l'UE reste abstraite et trop technocratique aux yeux des citoyens. Sorte de machine en marche qui agit et frappe malgrè l'intention de la majorité des français d'y mettre un terme (rappel du refus pour le Traité Constitutionnel en 2005 et du passage du Traité de Lisbonne par voie parlementaire) et d'y changer l'idéologie dominante : l'ultra-libéralisme, cause de la crise actuelle qui sévit sur notre pays.

 

Comment alors aborder ces prochaines élections européennes du 7 juin 2009? Elles sont nécessaires pour faire virer dans un autre sens l'UE mais elles ne paraissent pas être une solution suffisante. Chaque parti mène sa campagne à l'échelle nationale alors que seul les résultats de l'ensemble des 27 comptent. L'enjeu des élections européennes est mal connu des français. S'agit-il de condamner notre gouvernement national en élisant des parlementaires de gauche ou alors s'agit il de réflechir sur les politiques que mènent l'UE et de les condamner à leur tour?

 

Faut il encore donner la possibilité aux français de comprendre le véritable enjeu de ces élections européennes!

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.