Nouvelle flambée des prix du tabac

C'est aujourd'hui, vendredi 1er mars 2019, qu'augmentent à nouveau les prix du tabac. Le prix du paquet de Marlboro, la marque la plus vendue en France, passe à 8,80€.

  

Publié in extremis, l'arrêté ministériel qui fixe les prix du tabac entre en vigueur ce vendredi 1er mars 2019. Signé par Agnès Buzyn et Gérald Darmanin, il impose une augmentation du prix du paquet de cigarettes de 50 centimes en moyenne. Cette nouvelle hausse s'insère dans une stratégie sanitaire et fiscale qui vise à porter le prix du paquet de cigarettes à plus de 10€ dès 2020. Trois augmentations sont ainsi d'ores et déjà inscrites à l'agenda du Gouvernement : +50 cents en novembre 2019, mars et enfin novembre 2020.

Dans sa note de cadrage, le Ministère des Solidarités et de la Santé justifie l'efficacité d'une telle démarche : "l’efficacité de l’outil fiscal pour faire baisser la consommation de tabac a été largement documentée dans la littérature internationale, mais aussi constatée en France. En effet, entre 1990 et 2005, la France a triplé le prix des cigarettes par une action fiscale. Cette augmentation a permis une baisse des ventes de plus de 50%, un début de diminution des décès par cancer du poumon chez les hommes jeunes quelques années plus tard et une multiplication par deux des revenus des buralistes. Compte tenu de ce contexte favorable, l’enjeu est de renforcer notre politique fiscale."

 

Nouvelle hausse des prix du tabac Nouvelle hausse des prix du tabac

 

Si personne ne peut donc légitimement s'étonner de cette stratégie énoncée depuis plusieurs mois, le calendrier de l'annonce, lui, ne manque pas de surprendre. L'arrêté serait en effet resté bloqué jusqu'à la dernière minute sur le bureau de Matignon. Les buralistes n'auront eu que 24h pour procéder au changement de tarifs... Aucun doute que les problématiques de pouvoir d'achat, défendues chaque semaine depuis le 17 novembre 2018 par le mouvement des "Gilets jaunes", ont pesé lourd dans l'arbitrage du Premier Ministre... Le Gouvernement craint en outre la recrudescence de la contrebande et du marché noir, qui pourrait selon certains industriels neutraliser l'effet sanitaire escompté. 

Le tabac est un fléau et tous les moyens sont bons pour le combattre. On peut toutefois regretter que le Gouvernement se contente d'une augmentation brutale de la fiscalité sans que celle-ci ne s'accompagne de véritables mesures sanitaires et pédagogiques, notamment en faveur de la cigarette électronique. C'est pourtant ce qu'avait recommandé au début de l'année le Conseil économique, social et environnemental (CESE)... Gardons espoir et gageons que cela soit prévu pour la prochaine augmentation fiscale du mois de novembre !

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.