Espoir Espérance Textes bien-aimés (N° 20 et dernier )

Espoir Espérance Textes bien-aimés (N° 20 et dernier )

Espoir  Espérance   Textes bien-aimés (N° 20 et dernier )

C’est beau la vie / Optimisme, pessimisme / Espoir et luttes  / Espérance /Espoir et Espérance perdus / Espérer... encore.../Humour espoir et espérance/

 

 L’espérance de l’humanité (texte de l’auteur de ce blog)

 

 

----------------------------------------------------------------------------------------------

 

 

 

 

 

C’est beau la vie

 

 

Les fleuves coulent, la mer chante, les océans grondent, les marées montent. Qui suis-je ? Un grain de sable sur une grève immense. Et qui suis-je pour demander « qui suis-je » ? N’est-ce pas déjà assez d’être ?

Vieux texte indien d’Amérique

 

Je ne suis pas pessimiste mais clairvoyant. Beaucoup me parent du qualificatif « d’illuminé ». Je les en remercie. Il est vrai que je suis ébloui, éclairé, rempli de lumière ; car je suis fasciné, émerveillé par la Vie, la super vie. Le fait de découvrir, d’ouvrir les yeux chaque jour avec la fraîcheur d’un enfant me comble d’immensité et de lumière.

Théodore Monod

 

Quand la vie est un collier

Chaque jour est une perle.

Quand la vie est une cage

 Chaque jour est une larme.

Quand la vie est une forêt

Chaque jour est un arbre.

Quand la vie est un arbre

 Chaque jour est une branche.

Quand la vie est une branche

 Chaque jour est une feuille.

Jacques Prévert

 

C’est beau, c’est beau la vie

Tout ce qui tremble et palpite

 Tout ce qui vit et se bât...

Louis Aragon (chanté par Jean Ferrat )

 

Que seulement

Je fasse de ma vie

 Une chose simple et droite

 Pareille à une flûte de roseau

Que tu puisses remplir de musique

 Tagore

 

 

Heureux celui qui peut d’une aile vigoureuse

S’élancer vers les champs lumineux et sereins,

Celui dont les pensées, comme des alouettes,

Vers les cieux le matin prennent un libre essor,

Qui plane sur la vie, et comprend sans effort

 Le langage des fleurs et des choses muettes.

Charles Baudelaire

 

Derrière la saleté

Il nous faut écouter

 L’oiseau au fond des bois

 Le murmure de l’été

 Le sang qui monte en soi

 Les berceuses des mères

 Les prières des enfants

Et le bruit de la terre

 Qui s’endort doucement.

Jacques Brel

 

 

Optimisme, pessimisme

 

 

Il faut avoir le pessimisme de l’intelligence et l’optimisme de la volonté.

 Antonio Gramsci

 

La citation exacte est (traduit littéralement de l’italien) : « Je suis pessimiste avec l’intelligence, mais optimiste par la volonté » ; elle est extraite d’une lettre à son frère Carlo écrite en prison, le 19 décembre 1929.

On parle souvent, à propos de cette citation, d’emprunt à Romain Rolland, sans citer de source ; on notera en revanche l’écho à l’aphorisme d’Alain : « Le pessimisme est d’humeur, l’optimisme est de volonté. », tiré de ses « Propos sur le bonheur » (1928).

Dans son article « Discours aux anarchistes », publié dans l’Ordine Nuovo dans son numéro 3-10 avril 1920, il a cependant nettement rattaché l’usage de cette expression à Romain Rolland en écrivant :« La conception socialiste du processus révolutionnaire est caractérisée par deux traits fondamentaux que Romain Rolland a résumé dans son mot d’ordre : Pessimisme de l’intelligence, optimisme de la volonté ».

miscellanées 28 septembre 2016

 

 

Le pessimisme est d’humeur, l’optimisme est de volonté.

Alain

 

 

Le pessimisme de l’intelligence permet d’avoir les yeux, les esprits et les cœurs ouverts sur des logiques profondes terricides et humanicides.


L’optimisme de la volonté permet d’avoir les mains, les esprits et les cœurs à l’ouvrage  pour éviter l’irréparable,en résistant et en construisant.


Avec nos forces et nos faiblesses, personnelles et collectives, ne faut-il pas faire en sorte que pessimisme de l’intelligence et optimisme de la volonté

 marchent côte à côte,

 s’interpellent,

se complètent,

s’inclinent l’un vers l’autre ,

 deviennent un couple de combat ?

 L'auteur de ce blog

 

 -Trois raisons au moins d’avoir « le pessimisme de l’intelligence »:

 

 Des logiques suicidaires : cette vérité saute aux yeux pourvu qu’on les ouvre. Le système international produit des problèmes, des drames et des menaces qui, dans leur gravité et leur nombre, sont impressionnants. C’est un système condamné et condamnable.

Des moyens souvent contraires aux finalités (paix, liberté...) que l’on proclame. Par exemple : encore un massacre et çà ira mieux demain ! Terrible refrain.

Le poids de la fatalité : celle-ci est surtout le résultat de trois facteurs : complexité, technicité, rapidité du système. L’analyse et/ou le sentiment que les marges de manœuvre diminuent... amènent des personnes à chercher de fausses solutions soit dans le grand remède-miracle (sommet miracle, homme providentiel, technique miracle, croissance sacro-sainte, bouc émissaire...), soit dans la fuite en avant, celle d’une compétition terricide et humanicide.

 

– Trois raisons au moins de construire « l’optimisme de la volonté » :

 

Des logiques de société humainement viable sont possibles : il s’agit de résister face à la confusion entre les moyens et les fins, en particulier il faudrait mettre le marché et la technoscience  non au service d’elles-mêmes mais au service des êtres humains.

 Des moyens conformes aux finalités que l’on proclame : il s’agit à tous les niveaux géographiques de mettre en œuvre des moyens démocratiques, justes, pacifiques, durables.

 

Des associations, des organisations non-gouvernementales (ONG),des mouvements  sont une série  de moyens de changements : face à la fatalité, ne peuvent-ils pas contribuer à l’émergence d’une citoyenneté mondiale ? Pour cela, ne s’agit-il pas de repenser souvent leur démocratie interne sous forme plus participative, de développer leur force de proposition, de se faire reconnaître à tous les niveaux géographiques, d’organiser des conférences d’ONG capables d’impulser un autre avenir, de mettre en œuvre la non-violence et en particulier la désobéissance civile sur des enjeux vitaux ? Des ONG,des associations ,des mouvements  ne peuvent-ils pas contribuer à prendre en compte davantage le long terme, à faire avancer responsabilité, solidarité, autonomie ?

L’auteur de ce blog

 

Efforcez-vous de toujours apprécier le bon côté des gens, d’envisager les situations difficiles sous leur meilleur jour. Cette approche toute simple est source d’optimisme et de pensée positive.

 Paul Wilson

 

Ne lave pas la vaisselle que tu feras demain.

 Proverbe polonais

 

L’élève dit : une libellule, ôtez-lui les ailes, c’est un haricot.

Le maître répond : je crois qu’il vaut mieux dire : un haricot, mettez-lui des ailes c’est une libellule !

Entendu

 

 

Espoir et luttes

 

Il faudra bien mille ans

 Pour que notre chair commune,

Nos millions de ventres

Notre douleur béante

 Nos révoltes et nos révolutions

Nos morts inutiles,

Nos plans de lutte,

Nos efforts d’un instant après l’autre

Notre patience et nos colères

 Nos vies fugitives. –

Je me lève et je te passe la flamme

 je pleure de rage et d’espoir –

Nos vies anneau après anneau

 Nos vies maille après maille

Nos corps tissés ensemble

Arcs boutés

Accouchent Du soleil.

Marie-Claude Betleder

 

 

La lutte elle-même vers les sommets suffit à remplir un cœur d’homme.

Albert Camus

 

C’est notre espérance. C’est la foi avec laquelle je retourne dans le Sud. Avec cette foi nous pourrons tailler dans la montagne du désespoir, la stèle de l’espoir. Avec cette foi, nous pourrons transformer la cacophonie des discordes de notre nation en une belle symphonie de la fraternité.

 Martin Luther King

 

 

 

Espérance

 

Quand nous chanterons le temps des cerises

 Et gai rossignol et merle moqueur

Serons tous en fête.

Les belles auront la folie en tête

Et les amoureux du soleil au cœur (...)

Jean-Baptiste Clément, Auguste Renard

 

 

C’est l’espérance folle qui nous console de tomber du nid

 Et qui demain prépare nos guitares pour d’autres harmonies

 S’élève l’espérance dans le silence lointain de la nuit

 Et les matins qui chantent déjà enchantent nos soirs d’aujourd’hui.

 Guy Béart

 

 

L’espérance sans risque ce n’est pas l’espérance. L’espérance c’est croire en l’aventure de l’amour, faire confiance aux hommes, faire un saut dans le noir en s’abandonnant à Dieu.

Helder Camara

 

Vieil homme jamais las de guetter dans l’ombre la lueur de l’espérance.

Charles de Gaulle

 

 

Pendant longtemps on a appris aux hommes à désespérer remarque Ernst Bloch. Il est temps d’apprendre la dignité et l’espoir. L’existence de chacun est jalonnée de désirs qu’il ne réalisera jamais, car on arrache sans cesse à l’homme la croyance en la possibilité de les réaliser. Aussi Bloch fonde-t-il toutes les analyses du « principe espérance » sur une sorte de phénoménologie des rêves trahis et des espoirs déçus.

 Ses interlocuteurs ne sont pas seulement Platon, Kant, Hegel, Nietzsche, mais l’enfant, l’adolescent, l’adulte, fût-il le plus désespéré. Même les rêves les plus insensés contiennent une vérité révolutionnaire quand ils protestent contre l’inhumanité et l’humiliation.

 « Le principe espérance » s’identifie à tout ce qui élève l’homme au-dessus de lui-même, dans sa vie comme dans l’histoire.(...) L’obscurité de l’instant vécu s’éclaire si on la replace dans la trajectoire de l’espérance infinie qui hante les hommes. (...)

 Jean-Michel Palmier commentant un ouvrage d’Ernst Bloch

 

L’optimisme est une fausse espérance à l’usage des lâches et des imbéciles. L’espérance est une vertu. La plus haute forme de l’espérance c’est le désespoir surmonté.

Georges Bernanos

L’espérance est un risque à courir. C’est même le risque des risques. L’espérance n’est pas une complaisance envers soi-même. Elle est la plus grande et la plus difficile victoire qu’un homme puisse remporter sur son âme.

 Georges Bernanos

Lorsque n’existe aucun espoir raisonnablement acceptable l’espérance doit jouer. C’est au moment où il n’y a plus d’espoir qu’il faut commencer à espérer.

Jacques Ellul

 

 

 

Espoir et Espérance perdus…

 

Et de longs corbillards, sans tambours ni musique,

 Défilent lentement dans mon âme ;

L’Espoir, Vaincu, pleure,

et l’Angoisse atroce, despotique,

Sur mon crâne incliné plante son drapeau noir.

Charles Baudelaire

 

Mon cœur lassé de tout, même de l’espérance

N’ira plus de ses vœux importuner le sort.

Prêtez-moi seulement, vallon de mon enfance,
Un asile d'un jour pour attendre la mort.

Lamartine

 

L’espérance comme une chauve-souris

S’en va battant les murs de son aile timide

Et se cognant la tête à des plafonds pourris.

Charles Baudelaire

 

Nous sommes dans la main de la destinée comme un oiseau dans la main d’un homme.

 Tantôt elle nous oublie, elle regarde ailleurs, nous respirons.

 Et soudain elle se souvient de nous et elle serre un peu, elle nous étouffe.

 Henri de Montherlant

 

L’enfer c’est d’avoir perdu l’espoir.

Archibald Joseph Cronin

 

Il ne faut pas lier un navire à une seule ancre ni la vie à un seul espoir.

Epictète

 

Le désespoir révèle les limites de l’espoir et l’espoir les limites du désespoir. Mais le désespoir correspond à la face inerte de la réalité et l’espoir à l’action. Dans ce sens l’espoir est plus vrai que le désespoir.

 Edgar Morin

 

 

 

Espérer... encore...

 

Il n’est pas nécessaire d’espérer que pour entreprendre ni de réussir pour persévérer.

Devise des Princes d’Orange

Il n’est pas plus insensé de s’abandonner à un espoir, celui de la survie de l’humanité, de le repousser au nom d’un prétendu réalisme qui n’est que le consentement défaitiste au suicide de l’espèce.

Jean Rostand

Cette veille de fin des temps peut-elle encore se transformer en une forme d’aube d’humanité ?

L’auteur de ce blog

 

 

L’espoir des hommes c’est leur raison de vivre et de mourir.

 André Malraux

 

Il faut veiller. Autour de nous c’est la nuit.

 Le monde peut s’endormir, lassé par le malheur.

 Le veilleur est debout : il fait confiance à l’aurore.

Il faut veiller : le veilleur a confiance au nom des autres.

Jacques Leclercq

 

Mieux vaut allumer une bougie que de maudire les ténèbres.

 Proverbe arabe

 

Oublions la peur, quittons notre deuil

 Pour danser la fête après la nuit.

 Laissons le soleil entrer dans nos vies

Laissons la lumière envahir nos cœurs.

 Chant

 

Pour préserver l’horizon, non d’un âge d’or, mais d’un monde moins inhumain, Edgar Morin propose son « Evangile de la perdition ». Ce n’est ni plus ni moins qu’une sorte de religion – au sens originel du terme : relier. Elle n’aurait plus pour fin le salut mais la fraternité. Ce serait « une religion qui assumerait l’incertitude », une religion « ouverte sur l’abîme ». Ayant accepté « la mauvaise nouvelle » de la perdition, nous serions à même de profiter de la « bonne nouvelle » : nous avons une maison commune, la planète Terre.

 Jean-Marie Colombani

 

J’ai toujours pensé que l’homme qui espérait dans la condition humaine était un fou, et que celui qui désespérait des événements était un lâche.

 Albert Camus

 

Chaque homme dans sa nuit s’en va vers sa lumière.

  Paul de Tarse

 

On n’éteint jamais le feu d’une étoile même quand l’étoile est morte.

 On ne tue jamais le cri de l’espoir même si le vent l’emporte.

 Il est vivant comme un soleil Celui qui nous animait,

Il est plus grand que tous les ciels, que toutes les forêts...

 Chant...

Aimer le monde

 Avec les yeux

De ceux qui ne sont pas nés encore

 Se savoir victorieux

Alors que tout autour de soi

 Est encore si froid, si sombre.

 Otto René Castillo

 

 

Humour, espoir et  espérance

A la fin des années noires, au moment où il fut emmené brutalement à Drancy, Tristan Bernard eut encore la vaillance de dire à sa femme son mot le plus beau, le plus noble, le meilleur : « Ne pleure pas. Nous avons vécu dans l’inquiétude, nous allons vivre dans l’espérance. ».

Hervé Lauwich

Tant que l’espoir demeure au niveau de l’espérance il n’y a pas lieu de désespérer puisque rien de ce qui est fini n’est jamais totalement achevé tant que tout n’est pas totalement terminé.

Pierre Dac

 

 

 

 (Texte de l'auteur du blog)

L’espérance de l’humanité

 

L’humanité  n’est pas

 une illusion fumeuse,

 une incantation magique,

 une représentation impossible,

 une nébuleuse floue,

 une étoile inaccessible,

 l’occasion d’un exercice de trémolos dans la voix 

 ou  un gadget pour idéaliste …

L'humanité n’est pas 

 un refuge à l’abri du présent,

 une fuite des responsabilités,

 un mythe d’une communauté unanime,

 une forme d’appel à la bonne conscience,  

 un immense  cortège ne distinguant plus les responsables et les victimes,

un souci de luxe de fins du monde loin des fins de mois,

 un lot de consolation distribué par les maitres aux esclaves

  ou le camouflage d’un gigantesque  cimetière des rêves trahis et des espoirs déçus…

L’humanité s’incarne à travers les temps et les lieux. Si nous sommes à l’écoute nous pouvons entendre encore les pas de ceux et celles qui nous ont précédés, et déjà les pas de ceux et celles qui vont nous suivre.

 L’humanité est à la fois et tour à tour  un héritage,  un temps présent, une promesse.

 Pour résister à l’intolérable et pour construire un monde démocratique, juste, écologique, pacifique, le souffle de ceux et celles qui nous ont précédés et celui de ceux et celles qui vont nous suivre peuvent contribuer à nous porter, mais c’est notre souffle, celui des vivants que l’on attend. Et c’est notre souffle qui nous attend.

  Crier chanter embrasser  vivre l’espoir, mais lequel ? Celui par exemple de  nos remises en cause, personnelles et collectives qui permettraient de commencer à sortir de ce système productiviste humanicide et terricide , remises en cause qui donneraient  plus de marges de manœuvres surtout aux générations  encore jeunes, et à celles qui naitront dans les quelques décennies à venir : ne seront-elles pas aux avant-postes de tous les défis ? Puissent-elles connaitre la fraternité, l’amitié, l’amour qui  peuvent qualifier la vie !

 Et  mon  humanité ?

Ne sera-t-elle pas d’autant plus vivante que la voilà partie prenante (« un sac pour recevoir ») et donnante (« un sac pour donner ») dans la chaine des générations ?

 Ne peut-elle pas  contribuer à me transformer ? 

Plus nous portons un projet d’humanité  plus il peut nous porter à son tour.

Serons-nous, personnellement et collectivement, indifférents, tièdes, somnolents, désenchantés, résignés, 

 ou bien voulons-nous

 rester ou devenir des veilleurs debout ?

  Lorsque, dans nos vies personnelles et/ou collectives, existent la grisaille, les brouillards, les ombres, l’obscurité ou les ténèbres de certains instants présents, ne pouvons-nous pas essayer, autant que faire se peut ( ?!…), de les  resituer  dans  la perspective de l’espérance de l’humanité ? Difficile à exprimer, mais encore  beaucoup plus difficile – ou parfois impossible-  à  vivre, et pourtant ce peut être une  force  et une chance que  celle d’entrer dans cette espérance de l’humanité.

 

 

 L’espérance de l’humanité pour des croyants c’est celle d’un dieu qui n’abandonne pas les êtres humains, qui les aime et les appelle à aimer.

 Il y a aussi une autre façon de la concevoir  et de la vivre, soit complémentaire soit exclusive de la précédente. Ainsi l’espérance de l’humanité

ce sont les vies  de ceux et celles qui nous  ont précédés à travers ces témoins d’humanité, connus et inconnus, luttant contre des forces de mort, c’est ce patrimoine culturel qu’ils nous laissent avec une immense chance, un grand bonheur de le découvrir et de le partager,

 ce sont les vies de ceux et celles  qui sont présents  aujourd’hui, ces générations vivantes qui, si elles arrivent à  penser et à mettre en œuvre des moyens démocratiques, justes, écologiques et pacifiques, porteront un projet d’humanité, alors, oui, il les portera à son tour,

ce sont les vies de ceux et celles qui vont nous suivre et qui peuvent nous dire : notre confiance en vous, nous la risquons  à nouveau. Essayez, nous vous les prêtons, d’aimer le monde avec les cœurs et les esprits de ceux et celles qui vont arriver, et puis  laissez-nous la liberté de devenir ce que nous voudrons être.

 

 

 Pablo Neruda fait dire à tous les peuples martyrs « Aucune agonie ne nous fera mourir ! »

 Cri de grande douleur, de résistance acharnée  et d’espoir fou ! 

 La douleur peut nous casser, la fraternité peut, encore et encore,  contribuer à nous mettre debout.

 Ainsi, tant que dureront les êtres humains, l’espérance de l’humanité n’est-elle pas  inépuisable ?

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.