De l'autodestruction à la viabilité Conclusion (V)

De l'autodestruction à la viabilité Conclusion (V)

De l’autodestruction du monde à sa  viabilité -  Conclusion (V)

 

 Remarques terminales

 

 A-Sur l’avenir du monde  un dialogue imaginaire entre des auteurs bien-aimés …

 

  « Il n’est pas plus insensé de s’abandonner à un espoir, celui de la survie de l’humanité, que de le repousser au nom d’un prétendu réalisme qui n’est que le consentement défaitiste au suicide de l’espèce. »(Jean Rostand)

« J’ai toujours pensé que l’homme qui espérait dans la condition humaine était un fou et que celui qui désespérait des évènements était un lâche. » (Albert Camus)

« Le désespoir révèle les limites de l’espoir et l’espoir les limites du désespoir. Mais le désespoir correspond à la face inerte de la réalité et l’espoir à l’action. Dans ce sens l’espoir est plus vrai que le désespoir. » (Edgar Morin)

« Il faut avoir à la fois le pessimisme de l’intelligence et l’optimisme de la volonté. »(Antonio Gramsci)

« Lorsque n’existe aucun espoir raisonnablement acceptable l’espérance doit jouer. C’est au moment où il n’y a plus d’espoir qu’il faut commencer à espérer. » (Jacques Ellul)

« Tant que l’espoir demeure au niveau de l’espérance il n’y a pas lieu de désespérer puisque rien de ce qui est fini n’est jamais totalement achevé tant que tout n’est pas totalement terminé. » (Pierre Dac).

 

B-Avoir  le pessimisme de l’intelligence et l’optimisme de la volonté

 

Plus que jamais cette pensée d’Antonio Gramsci devrait être présente dans les projets et les actes de résistances et d’ alternatives. 

Le pessimisme de l’intelligence permet d’avoir les yeux, les esprits et les cœurs ouverts sur des logiques profondes terricides et humanicides.

 L’optimisme de la volonté permet d’avoir les mains,  les esprits et les cœurs à l’ouvrage.

 Avec nos forces et nos faiblesses, personnelles et collectives, ne faut-il pas  faire en sorte que pessimisme de l’intelligence et optimisme de la volonté marchent côte à côte, s’interpellent, se complètent, s’inclinent l’un vers l’autre et qu’ils deviennent des couples de combats ?

 

 

C-Le dernier mot

 

Si ces volontés et ces  moyens viables ,  et  d’autres  allant  dans ce sens,  ne sont pas mis en œuvre et si les marges de manœuvres se font de plus en plus rares, nous pensons que les fleuves de souffrances et de désespoirs grossiront encore pour les humains et pour une grande partie du vivant.

 Si l’avenir  donne le jour  à ces volontés personnelles et collectives, à ces moyens viables et d’autres allant dans ce sens, et  à des  marges de manœuvres  encore possibles, nous pensons que des ruisseaux  de joies et d’espoirs chanteront. Et dans la rosée du matin ceux et celles qui  viendront cueilleront alors les souffles du monde.

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.