CELUI QUI COMBAT PEUT PERDRE, MAIS CELUI QUI NE COMBAT PAS A DÉJÀ PERDU (B. Brecht)

Les deux tiers, paraît-il, des 18-65 ans sont pour le retrait de la réforme de la retraite à point, soit à la louche 35 millions de personnes.

Pourquoi sommes-nous si peu dans la rue?

Pourquoi aux manifs du samedi, faites "pour permettre à ceux qui ne peuvent pas faire grève de manifester", sommes-nous moins nombreux qu'aux manifs en semaine, et surtout les mêmes?

Pourquoi, quand il y a une manifestation un mercredi, les profs ne sont pas plus nombreux que d'habitude, plutôt moins, et surtout les mêmes?

Pourquoi mes amis intermittents n'ont-ils pas encore manifesté?

Pourquoi mes collègues éducateurs du médico-social, pourtant bénéficiaires au premier chef du système de solidarité via le financement intégral de leur structure par la sécurité sociale, n'ont-il pas posé UN jour de grève?

Pourquoi ne sommes-nous pas 5, 6, 10 millions dans la rue durant les quatre ou cinq jours qu'il faudrait pour obtenir le retrait de cette réforme?

Pourquoi, oui pourquoi?

Si vous le savez, dites-le moi, j'aimerais savoir...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.