Cindy, une enfance volée par une institution administrative

LE sud-ouest est choqué. Des manifestations de soutien ont déjà eu lieu avec des lachés de miliers de ballons à travers le pays d’Oc. Tout le monde est choqué voire triste de cette mesure administrative bornée. Cindy, cinq ans, aimée de sa famille d’accueil a du partir de chez elle. Sans son doudou, sans dire au revoir à ses copains d’Ecole. En plein milieu de l’année scolaire, en plein boom émotionnel d’une jeunesse déjà difficile.

Cindy est une petite fille que chacun peu identifier. Sur le site Facebook qui crie l’injustice et la besoin d’une réforme sociale des familles d’accueil on l’a voit faire un calin à un énorme mouton plus grand qu’elle. On l’a voit aussi de dos discutant avec son « papa d’accueil ». Les commentaires sont dans le flot continue du choc émotionnel que tout le monde ressent. Oui, on a mal au trippe de voir un réseau administratif briser un lien qui a pris. Exit en quelques heures sa famille qui l’a accueilli de 2 mois et demi jusqu’à cinq ans. Exit ces bonheurs, fini ces moments presque familliaux… chut, il ne faut pas le dire qu’on s’aime sinon les services du conseil général du Gers vont s’en meler. Oui, il faut etre discret, l’amour d’autrui est défendu. Il ne faut pas s’attacher c’est ecrit sur le papier du contrat… oui, pas d’amour à une petite fille qui a fait ses premiers pas dans cette famille, ces premiers mots…

Un député dit socialiste, dit de gauche, dit écologiste vient parler au radio pour « assumer », pour défendre les services… oui, il se fait fier de tuer un lien si précieux dans la construction d’un etre. On a du mal à prononcer son nom « Philippe Martin ». Il est si brutal dans son obséquieuse obsession de se protéger derriere le « secret professionnel ». Oui, l’amour dans cette région serait une denrée interdite, subversive, destructrice…

On a du mal avec cette décision d’un autre age. L’enlevement de la fillette, les bons arguments très « scolaires » d’une administration barbare qui applique sa loi… dans la betise, dans l’inhumanité, dans sa norme infecte et lache. Après tout, la loi est plus forte… qu’une fille de cinq ans…

Mais néanmoins la colère gronde. 24000 personnes soutiennent le groupe Facebook et la famille d’accueil. 1000 ballons lancés dans le ciel contre la perfidie politique et administrative en action. Cindy a surtout besoin d’amour et de stabilité. Ce qu’elle a déjà dans sa famille, mais voilà, cela gène. On préfére surement créé des jeunes filles instables plutôt que de donner un amour tabou car indescriptible dans la loi.

Philippe Martin campe fièrement dans son isolement stupide, les administratifs se pendent à leur principe… dommage, la passion citoyenne est là… Carla Bruni pourra etre saisi, un président peut etre plus proche des Français saisira ce que de froides instances veulent briser… l’amour pour une petite Cindy qui veut ses repères… son doudou, ses copains d’écoles… tout ce dont on ne parle pas.

Soutien à Cindy :

http://www.facebook.com/home.php#!/pages/Pour-Le-Bonheur-De-Cindy/122901311115313

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.