L’armée israélienne abat un Palestinien autiste

Des policiers israéliens mitraillent et tuent un Palestinien handicapé à Al-Quds (Jérusalem)

Source : Haaretz, 30 mai 2020

Traduction : lecridespeuples.fr

■ Eyad Hallaq, 32 ans, fréquentait et travaillait dans une école pour handicapés près de l’endroit où il a été abattu

■ Le policier ayant tiré a déclaré qu’il soupçonnait Hallaq d’être un terroriste parce qu’il portait des gants

■ Une source d’enquête indique que le policier a continué à tirer au M-16 malgré le commandement d’arrêter

Samedi, des policiers israéliens ont abattu un Palestinien non armé et handicapé dans la vieille ville d’Al-Quds (Jérusalem).

Eyad Hallaq, 32 ans, résidait dans le quartier de Wadi Joz à Al-Quds (Jérusalem-Est). Il fréquentait et travaillait dans une école pour handicapés dans la vieille ville, à quelques mètres seulement de l’endroit où il a été abattu.

Selon une déclaration de la police des frontières, deux policiers auraient remarqué que le Palestinien transportait un objet suspect qu’ils pensaient être une arme à feu et lui ont ordonné de s’arrêter. L’homme aurait refusé et commencé à fuir les lieux, et les policiers ont commencé à le poursuivre à pied et ont ouvert le feu, le tuant.

2064853400

La mère de Hallaq à son domicile de Jérusalem-Est, le 30 mai 2020.

Suite à l’incident, la police a bouclé la vieille ville. Le Département des enquêtes internes de la police sera chargé d’enquêter sur l’incident. Après avoir été interrogé, l’un des policiers a été libéré dans des conditions restrictives tandis que l’autre serait en résidence surveillée.

Selon une enquête initiale, deux policiers ont commencé à pourchasser Hallaq après avoir été informés par d’autres policiers qu’il était un terroriste. L’officier le plus ancien des deux a tiré en l’air tandis que l’officier subalterne a tiré sur Hallaq, qui essayait de se cacher derrière une benne à ordures. Le tireur a déclaré qu’il soupçonnait Hallaq d’être un terroriste parce qu’il portait des gants.

Selon une source proche de l’enquête, l’officier subalterne, qui était une nouvelle recrue et était armé d’un M16, est soupçonné d’avoir continué à tirer après avoir reçu l’ordre de son commandant d’arrêter, et cela parce qu’il a vu que Hallaq bougeait encore. Un tribunal de Jérusalem a émis une interdiction de divulguer les noms des policiers impliqués.

S’adressant à Haaretz, les membres de la famille Hallaq ont déclaré « qu’il n’était pas capable de faire du mal à qui que ce soit » et était autiste et reconnu comme handicapé.

Le corps de Hallaq a été transféré à l’Institut de médecine légale. La famille de Hallaq a exigé qu’un représentant palestinien soit présent à l’autopsie. La famille a déclaré plus tard que le pathologiste palestinien n’avait pas été autorisé à entrer.

Le père de Hallaq a dit que son fils se rendait à l’école spécialisée tous les jours. « Il n’a jamais eu de problèmes avec la police. Dans la matinée, nous avons reçu un appel de l’établissement pour enfants ayant des besoins spéciaux, nous disant que notre fils avait été tué. »

2053148934

Le père de Hallaq (au centre), consolé à son domicile, le 30 mai 2020.

Peu de temps après, a déclaré le père de Hallaq, des policiers et des agents du Shin Bet sont arrivés chez lui et ont commencé à la fouiller sans rien dire. Il a déclaré que l’un des policiers avait insulté un membre de la famille.

L’avocat représentant la famille Hallaq a déclaré que « nous considérons cela comme un meurtre et demandons que les policiers soient traduits en justice. Selon des témoignages, une dizaine de balles ont été tirées directement sur Hallaq. Nous sommes certains qu’il n’a jamais représenté le moindre danger pour les officiers. »

Vidéo intégrale du meurtre de George Floyd par la police de Minneapolis (VOSTFR) © Le Cri des Peuples

Des manifestations demandant justice pour Hallaq ont eu lieu à Al-Quds (Jérusalem) et à Yafa (Jaffa). Les manifestants ont brandi des photos de George Floyd, un homme noir qui a été tué par des policiers blancs à Minneapolis la semaine dernière et dont le meurtre a déclenché des manifestations à l’échelle nationale aux États-Unis contre la brutalité policière.

4285699506

Des manifestants demandent justice pour Hallaq à Jérusalem, 30 mai 3030.

Voir Homicide de George Floyd à Minneapolis : la vidéo intégrale de l’arrestation (VOSTFR, avec transcription)

Selon la version des policiers, ils ont commencé à poursuivre Hallaq à pied après avoir été alertés au sujet d’un terroriste présumé portant un pistolet. « Nous soupçonnions qu’il agissait seul et avons réagi conformément au protocole », a déclaré l’un des policiers lors de l’interrogatoire.

Les avocats d’un des officiers impliqués dans les tirs ont déclaré : « Un premier examen de l’incident est en cours. Il semble qu’une tragédie se soit produite. Les officiers ont agi exactement comme on l’attendait d’eux [à savoir tirer d’abord et poser des questions ensuite]. Ils étaient convaincus qu’ils empêchaient une nouvelle attaque terroriste, semblable à celles que cette région a connues, qui ont coûté la vie à des citoyens et à des policiers. »

hallaq

Les avocats ont ajouté que les policiers de la police des frontières impliqués avaient été informés par les forces de police du district d’Al-Quds (Jérusalem) déployées près de la porte du Lion de la vieille ville qu’un terroriste palestinien était en fuite.

« Pour eux, c’était un terroriste, point barre [comme tous les Palestiniens aux yeux des occupants sionistes]. Ils ont agi conformément à l’ordre explicite [...]

Lire la suite sur https://lecridespeuples.fr/2020/05/31/larmee-israelienne-abat-un-palestinien-autiste/

Voir également : Après Youtube & Facebook, Vimeo bannit les vidéos de Nasrallah et ‘Le Cri des Peuples’

Pour ne manquer aucune publication et soutenir ce travail censuré en permanence, partagez cet article et abonnez-vous à la Newsletter. Vous pouvez aussi nous suivre sur Facebook et Twitter.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.