Israël, éternel vainqueur des élections américaines

Suivi de « Ni Biden ni Trump n’obligeront Israël à mettre fin à l’occupation des territoires palestiniens de 1967 », par Gideon Levy (Ha'aretz).

Par Philip Giraldi

Démocrates ou Républicains, les membres du Congrès et la Maison Blanche travaillent ensemble et rivalisent de servilité pour combler l’État juif de largesses.

Source : The Unz Review, le 3 novembre 2020

Traduction : lecridespeuples.fr

Les élections américaines ont pris fin le 3 novembre, plus ou moins, et nous, Américains, souffrirons encore quatre ans à supporter des absurdités en série de la part d’une Maison Blanche et d’un Congrès qui ne pourraient se désintéresser davantage de notre sort, peu importe qui est élu. Que ce soit le parti où tout change ou le parti où tout reste le même qui l’emporte, le résultat inévitable sera une nouvelle augmentation du pouvoir autoritaire combinée à un éloignement accru du gouvernement par rapport au peuple dirigé.

Au milieu de toute cette morosité, cependant, une grande réussite doit être soulignée. C’est l’histoire de la façon dont Israël et ses amis politiques et financiers ont réussi à obtenir simultanément tous les avantages possibles des deux principaux partis, et apparemment sans effort. Israël pourrait être le véritable vainqueur incontesté de l’élection de 2020, même s’il n’était pas sur le bulletin de vote et n’a pratiquement pas été mentionné pendant la campagne.

Les milliardaires juifs ayant des liens étroits avec Israël ont été courtisés par les deux principaux partis, à la fois pour apporter des contributions et pour exhorter leurs amis du club des oligarques et les médias à leur répondre favorablement. Le plus grand donateur unique des Démocrates est le magnat du divertissement Haïm Saban, tandis que les Républicains comptent sur le multi-milliardaire des casinos Sheldon Adelson. On estime que 60% des contributions politiques pour les Démocrates proviennent de sources juives [sionistes], et Saban est le plus gros contributeur. Il est également Israélien, ayant la double nationalité. Adelson, qui doit également avoir la double nationalité et est marié à une Israélienne, est le principal donateur des Républicains, ayant craché plus de 100 millions de dollars lors des récentes élections.

Saban et Adelson n’ont pas hésité à soutenir Israël comme leur première priorité. Saban a déclaré qu’il soutenait Joe Biden « en raison de ses antécédents en matière de soutien à Israël et à son alliance avec les États-Unis ». Adelson, qui a été enrôlé dans l’armée américaine dans les années 1950, a déclaré qu’il aurait préféré de loin servir dans les forces de défense israéliennes. Saban et Adelson sont rejoints dans leur orgie d’amour avec Israël par un certain nombre de personnalités israéliennes au Congrès et dans l’administration, toutes désireuses d’apporter, en quantité illimitée, un soutien politique, de l’argent et des armes à l’État juif.

 

© Benjamin Netanyahu

Félicitations @JoeBiden et @KamalaHarris. Joe, nous avons une relation personnelle longue et chaleureuse depuis près de 40 ans, et je te connais comme un grand ami d’Israël. J’ai hâte de travailler avec vous deux pour renforcer encore l’alliance spéciale entre les États-Unis et Israël. (Tweet de Netanyahou)

Dans la dernière manifestation de noblesse oblige, le Secrétaire d’Etat à la Défense Mark Esper s’est arrêté en Israël la semaine dernière pour présenter à ses homologues une aide significative, le tout financé par le contribuable américain, bien sûr. Selon des sources à Washington et à Jérusalem, les États-Unis « accorderont à Israël un accès direct à des satellites hautement classifiés tels que les systèmes de détection de missiles connus sous le nom de SBIRS (Système infrarouge basé dans l’espace) et veilleront à ce qu’Israël dispose de plates-formes de défense critiques dans un délai très court en utilisant les créneaux de production prévus pour les forces de l’armée américaine. »  Israël aura également « un accès plus approfondi aux systèmes avioniques de base » du nouveau chasseur F-35 qu’il a obtenu de Washington.

Image

La justification revendiquée pour la mise à niveau est l’exigence imposée par le Congrès aux États-Unis de maintenir « l’avantage militaire qualitatif » d’Israël à la lumière de la vente imminente du F-35 aux États arabes qui ont récemment établi des relations diplomatiques avec Israël. À l’époque, des sources israéliennes suggéraient que l’État juif pourrait avoir besoin de 8 milliards de dollars en nouvelles mises à niveau du matériel militaire pour conserver son avantage sur ses voisins. Il est présumé que le contribuable américain paiera la note, même s’il y a une grave crise financière aux États-Unis.

Voir Nasrallah : le rapprochement des pays du Golfe avec Israël est une purge salutaire

Le système de détection par satellite fonctionne à partir de plates-formes aériennes déployées sur des hélicoptères. Le lecteur avisé remarquera qu’aucun intérêt de sécurité américain n’est impliqué dans le dernier cadeau à Israël. Au contraire, Israël recevra du matériel issu des « créneaux de production prévus pour les forces armées américaines », ce qui réduira la capacité des États-Unis à détecter les missiles entrants. Et il y aura également des dommages considérables aux intérêts de défense américains dans la mesure où Israël volera inévitablement la technologie de pointe F-35 à laquelle il aura accès, la repensera pour ses propres industries de défense et la vendra à des clients en Asie, en Afrique, et Amérique latine. Il l’a déjà fait auparavant, en vendant la technologie de missiles développée par les États-Unis à la Chine.

Le Congrès fait également sa part du travail. Un projet de loi, le soi-disant « US-Israel Common Defense Authorization Act », est en train de faire son chemin à la Chambre des représentants et autorisera la fourniture à Israël de bombes anti-bunkers fabriquées par les États-Unis. Comme les bombes ne seraient utiles, dans le voisinage d’Israël, que pour frapper des sites souterrains en Iran, le message envoyé est évident. Le Massive Ordnance Penetrator pèse près de 15 tonnes et est capable de détruire des cibles situées profondément sous terre. Curieusement, Israël n’a pas d’avion capable de supporter ce poids. On présume donc que la Maison Blanche devra également fournir le bombardier. Le projet de loi est co-parrainé par deux meneurs pro-israéliens du Congrès, le démocrate Josh Gottheimer du New Jersey et le républicain Brian Mast de Floride.

Israël cherche également à moderniser certains de ses autres avions de combat. Il aurait approché le Pentagone pour acheter le Lockheed Martin F-22 Raptor, un avion de combat tactique furtif monoplace, bimoteur et tous temps conçu à l’origine pour l’US Air Force. Sa capacité de furtivité, sa vitesse de pointe, sa maniabilité combinée à des systèmes d’armes air-air et air-sol avancés en font l’un des meilleurs chasseurs de supériorité aérienne au monde.

usrael

Malheureusement pour Israël, le F-22 n’est actuellement pas disponible et n’est exploité que par l’USAF. La loi fédérale américaine actuelle interdit l’exportation de l’avion à quiconque pour protéger sa technologie furtive avancée top secrète ainsi qu’un certain nombre d’avancées en matière d’armement et de technologies de reconnaissance de la situation. Mais au vu de la déférence absolue envers les souhaits d’Israël, on peut parier que l’État juif recevra l’autorisation d’acquérir l’avion avant le jour de l’inauguration en janvier. Et il y a fort à parier que les entrepreneurs israéliens de la défense auront procédé à une ingénierie inverse de la furtivité et d’autres fonctionnalités peu de temps après.

Le gouvernement américain s’est plié à Israël par d’autres moyens, pour inclure l’étiquetage comme antisémite et la sanction des groupes de défense des droits de l’homme de premier plan qui ont critiqué l’État juif. Il a également renforcé les sanctions existantes contre les institutions financières iraniennes, apparemment dans le but de rendre plus difficile pour un Président Biden de rétablir le plan d’action global conjoint (JCPOA, ou accord sur le nucléaire iranien) abrogé unilatéralement par Trump. Les sanctions s’ajoutent à d’autres mesures visant à détruire l’économie iranienne, pour inclure « que les États-Unis, avec Israël, ont mené ces derniers mois des attaques de sabotage à l’intérieur de l’Iran, détruisant des centrales électriques, des usines d’aluminium et de produits chimiques, une clinique médicale et 7 navires au port de Bushehr… »

Voir Khamenei : l’arme nucléaire est illicite en Islam, l’Occident craint un Iran développé et indépendant

Parmi les autres développements récents en faveur d’Israël, citons le droit de veto accordé au gouvernement israélien sur les ventes d’armes américaines à toute autre nation du Moyen-Orient. Le projet de loi s’intitule « Loi 2020 garantissant l’avantage qualitatif militaire d’Israël ». Il y a également eu l’expansion par décret exécutif des projets de développement scientifique des colonies juives illégales de Cisjordanie financés par les États-Unis, et qui finiront par concurrencer les entreprises américaines.

En vérité, les États-Unis sont littéralement prostitués à Israël, et il n’y a guère de politicien ou de journaliste qui ait le courage de le dire. Le Congrès et les médias ont été tellement corrompus par l’argent provenant du lobby israélien qu’ils ne peuvent pas en faire assez pour satisfaire les dirigeants américains à Jérusalem. Et pour ceux qui ne succombent pas à l’argent, il y a toujours des intimidations, des accusations de déni de l’holocauste et d’antisémitisme qui mettent fin à leur carrière. Tout est conçu pour produire un résultat : quiconque gagne aux élections américaines n’a pas d’importance tant qu’Israël obtient ce qu’il veut. Et il obtient presque toujours ce qu’il veut.

***

Ni Biden ni Trump n’obligeront Israël à mettre fin à l’occupation des territoires palestiniens de 1967

Par Gideon Levy

Source : Ha’aretz, le 4 novembre 2020

Traduit par Fausto Giudice pour Tlaxcala

L’occupation de la Cisjordanie par Israël est indifférente au fait que Donald Trump ou Joe Biden finisse président des USA : cela ne fait aucune différence. L’occupation a remporté une autre grande victoire mardi, bien avant la fermeture des bureaux de vote.

"Je vous fais le plein (d’aide miliaire)", demandent le Parti Démocrate et le Parti Républicain ?

C’est extraordinaire – deux personnes totalement différentes comme Trump et Biden partagent un consensus incontestable : le soutien usaméricain à l’occupation. Il ne semble pas y avoir de question sur laquelle les deux s’accordent davantage, de sorte que l’identité du vainqueur de l’élection n’est pas pertinente pour l’occupation.

Trump est un ami des colons et a reconnu le plateau du Golan comme faisant partie d’Israël, mais Biden ne fera rien non plus pour entraîner un retrait ou même geler l’entreprise de colonisation. Et Trump se moque des faibles, y compris de ceux qui se trouvent tout en bas de l’échelle, les Palestiniens. Les droits humains sont la dernière question qui l’intéresse, le droit international n’est jamais apparu sur son bureau, et il n’a probablement jamais entendu parler des souffrances des Palestiniens, ce qui fait de lui le contraire de son rival.

Biden sait une chose ou deux sur les droits humains, sur les faibles, les dépossédés et les opprimés. L’esclavage résonne en lui, et les malheurs des Palestiniens peuvent toucher son cœur, sous l’influence de Barack Obama, qui a comparé ces souffrances aux souffrances passées des Noirs en USAmérique.

hebron

Destruction de logements palestiniens à Hébron par l’occupant israélien, 2 novembre 2020

Avec Biden, nous ne verrons pas de gens comme l’ambassadeur David Friedman ou Jared Kushner, qui sont favorables aux colons. Ils seront remplacés par des Friedman plus sérieux et plus modérés, mais Biden ne fera rien pour apporter la justice et la rédemption aux Palestiniens, faire respecter le droit international et mettre sa main dans le feu, si ce n’est du bout des lèvres. Après tout, c’est ce qu’a fait le grand Obama.

Biden offrira un environnement différent, moins humiliant pour les Palestiniens, plus conscient de leur existence. Lorsqu’il lancera son plan de paix – peut-être le centième plan de paix non réalisé des USAméricains – les rabbins orthodoxes et les pasteurs évangéliques ne seront pas les seuls présents, comme pour le « deal du siècle » de Trump. Les Palestiniens seront également présents.

Mais la suite ne sera pas différente – une séance photo, un envoyé spécial, un bon jour même une conférence de paix, tout cela pour rien. Les Palestiniens continueront à saigner sur le bord de la route, écrasés par la botte israélienne et menottés, tandis que le Sultanat d’Oman sera ajouté au soi-disant processus de paix.

De toutes les questions, l’une d’entre elles fait apparemment l’objet d’un large consensus international, de bloc en bloc et de continent en continent. Aucune question n’unit plus les pays que l’opposition à l’occupation et le refus de la reconnaître. C’est la seule question pour laquelle il n’y a pas de différence entre les présidents usaméricains : aucun d’entre eux n’a envisagé d’y mettre un terme. Ou alors un qui n’est pas encore né.

Aucune des explications raisonnables à cela ne fera l’affaire. Aucun graphique présentant les différents intérêts, usaméricains ou internationaux, n’est assez convaincants pour expliquer comment, dans une affaire aussi claire et évidente – l’illégalité et l’injustice de l’occupation, la course à l’établissement d’un État d’apartheid et la souffrance du peuple palestinien, dont des millions de personnes sont les seuls citoyens à ne pas avoir d’État – il n’y a pas de différence entre les administrations usaméricaines. Dix présidents, 53 ans : l’occupation est à l’apogée de sa puissance et les chances d’y mettre fin sont plus minces que jamais, que ce soit avec Biden ou Trump.

La superpuissance qui finance, équipe, soutient et protège la prunelle de ses yeux, Israël, couvre tous ses crimes, sans aucune intention d’utiliser son pouvoir pour influencer Israël afin de mettre fin à l’occupation. Elle n’a jamais eu l’intention de le faire. L’USAmérique n’y est pas obligée. C’est Israël qui porte le poids du blâme et de la responsabilité.

Mais lorsqu’une superpuissance continue à soutenir automatiquement et inconditionnellement le pays responsable de tout cela, administration après administration, sans qu’aucun président ne fasse une pause pour demander pourquoi et jusqu’à quand, elle est elle aussi souillée et coupable. La droite israélienne peut cesser de s’inquiéter. Une question fatidique n’atterrira pas sur le Bureau ovale, peu importe qui est assis derrière.

Lire aussi Pour Israël, Biden s’engage à violer la loi américaine, et L’histoire d’amour de Joe Biden avec Israël va reprendre là où elle s’est arrêtée 

Pour soutenir ce travail censuré en permanence et ne manquer aucune publication, faites un don, partagez cet article et abonnez-vous à la Newsletter. Vous pouvez aussi nous suivre sur Facebook et Twitter.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.