Coronavirus : les Etats-Unis survivront-ils à la pandémie ?

A tous les niveaux, les Etats-Unis, qui ont initialement minimisé le danger du Covid-19 —assimilé à un « canular » par Trump—, sont maintenant en mode panique. Malgré la communication optimiste de l’administration, contredite par ses supplications adressées en coulisses à tous les pays pour obtenir le matériel médical d’urgence qui fait cruellement défaut (CNN), et ses manœuvres agressives pour s'en emparer lorsque la diplomatie ne suffit pas, les Etats-Unis sont sur le point de connaître un désastre sans précédent, et s’engagent dans une spirale de dépenses incontrôlable, tout en continuant de privilégier le bien-être des marchés à celui du peuple américain. Les prévisions les plus optimistes font état de plusieurs centaines de milliers de morts potentiels (RT). Pour faire face aux troubles, un million de réservistes ont été appelés en guise de supplétifs aux forces de sécurité déjà hypertrophiées et surarmées, et la loi martiale se profile (cf. Philip Giraldi). Les forces armées stratégiques ont été cantonnées dans des bunkers en prévision du pire (RT)… Nasrallah (vidéo ci-dessous) parle d’un probable bouleversement sans précédent de l’ordre mondial à l’issue de cette crise sanitaire majeure, qui verrait la fin de l’hégémonie américaine et de la domination occidentale, voire la disparition des Etats-Unis en tant qu’entité politique unifiée.

usa-covid-29-3

Hassan Nasrallah : la pandémie de coronavirus bouleversera l’ordre mondial

Discours du Secrétaire Général du Hezbollah, Sayed Hassan Nasrallah, le 28 mars 2020, consacré au mois sacré de Cha’ban (qui précède le mois de Ramadan) et à la pandémie de Covid-19.

Source : https://video.moqawama.org/details.php?cid=1&linkid=2106

Traduction : lecridespeuples.fr

Hassan Nasrallah : la pandémie covid-19 bouleversera l'ordre mondial © Le Cri des Peuples

***

Les États-Unis demandent tout à d’autres pays, du désinfectant pour les mains aux systèmes de ventilation, pour lutter contre le coronavirus

Source : CNN, 25 mars 2020

Traduction : lecridespeuples.fr

L’administration Trump appelle les pays du monde entier à donner ou à vendre aux États-Unis des articles aussi basiques que des désinfectants pour les mains et aussi complexes que des respirateurs, afin de lutter contre la pandémie de coronavirus.

Dans une liste obtenue par CNN, le Département d’État présente 25 articles, invitant les diplomates à demander ces équipements à leur pays d’accueil avec une priorité claire sur les articles disponibles « aujourd’hui » et un accent secondaire sur l’équipement et les articles qui peuvent être disponibles dans les semaines à venir.

Les demandes sont émises alors que le Président Donald Trump vante sa réponse nationale et refuse de déployer tout le pouvoir de la loi sur la production de défense du gouvernement fédéral pour produire et acheminer des équipements cruciaux vers les États et les hôpitaux en difficulté. Le nombre de pays auxquels les États-Unis ont fait appel n’est pas clair.

La liste couvre la gamme d’équipements que les hôpitaux américains surchargés recherchent. Les articles les plus simples comprennent les sacs pour matériaux à risques biologiques, les masques FFP2, les gants, les blouses, les casquettes chirurgicales, les couvre-chaussures, les contenants pour objets tranchants, les lunettes de protection, les désinfectants pour les mains et les combinaisons jetables Tyvek.

Les articles les plus complexes de la liste comprennent les inhalateurs-doseurs, les respirateurs, les respirateurs en élastomère et les respirateurs à épuration d’air motorisés.

Appels personnels

Le gouvernement sud-coréen a déclaré que Trump avait personnellement lancé au moins l’un de ces appels, appelant le Président Moon Jae-in mardi pour demander si Séoul pourrait fournir aux États-Unis du matériel médical.

L’administration lance ces appels privés alors que Trump joue une partition radicalement différente en public. Lors du briefing quotidien sur le coronavirus de la Maison Blanche, peu de temps après avoir appelé le leader sud-coréen, le Président s’est laissé aller à une rhétorique de campagne, déclarant que « l’Amérique ne sera jamais une nation implorante ».

« Nous ne devons jamais dépendre d’un pays étranger pour nos propres moyens de survie, a déclaré Trump. Organiser notre force économique est un élément clé pour vaincre le virus, produire le matériel, les fournitures et l’équipement dont nous avons besoin. Et elles font un travail vraiment fantastique », a déclaré Trump, semblant féliciter les entreprises du secteur privé.

Le responsable du commerce de Trump, Peter Navarro, a déclaré au New York Times que l’administration tendait même la main à la Chine, que les responsables de l’administration ont à maintes reprises accusée de ne pas avoir communiqué suffisamment clairement sur la maladie.

« Mon travail à la Maison Blanche en ce moment est d’aider à trouver tout ce dont le peuple américain a besoin et à l’acheter partout où nous le pouvons, et si nous devons envoyer un avion pour aller le chercher, nous le ferons en utilisant toute la force du gouvernement et des entreprises privées », a déclaré M. Navarro dans une interview.

« Si la Chine ou tout autre pays a des masques, des gants ou d’autres produits dont nous avons besoin pour le peuple américain, nous l’accueillerons à bras ouverts », a-t-il dit.

Un porte-parole du Département d’État a déclaré mardi qu’ils avaient « tendu la main aux missions diplomatiques américaines pour leur demander de déterminer si certains pays peuvent avoir une capacité excédentaire de fabrication des équipements, et s’il existe des entreprises dans ce pays qui pourraient envisager d’exporter des fournitures vers les États-Unis. »

« J’espère que nous pourrons jumeler des fournisseurs externes, des sources externes avec des États et des entités aux États-Unis qui en ont réellement besoin », ont-ils déclaré.

Les diplomates chargés de faire les demandes disent que la directive est venue avec un fort sentiment d’urgence, certains ayant reçu des demandes de réponse avant la fin de la journée. Dans certains cas, les ordres ne précisaient pas si les États-Unis demandaient des dons ou offraient de payer, laissant les ambassades dans la position profondément inconfortable de jongler autour de la question.

Dans son exposé de dimanche 22 mars, Trump a souligné le fait que les États-Unis étaient prêts, énumérant certains des éléments que les diplomates ont été invités à quémander. « Nous avons des millions de masques en cours de réalisation. Nous avons des respirateurs. Nous avons des appareils de ventilation. Nous avons beaucoup de choses qui se passent en ce moment. »

Mais la quantité d’équipements vitaux que les États-Unis ont réellement sous la main est peu claire. Le vice-président Mike Pence a déclaré mardi à Fox News que le stock stratégique national, la réserve gouvernementale destinée à soutenir les hôpitaux en cas de crise, avait « environ 20 000 appareils de ventilation, et nous les avons mis à la disposition des États », nommant la Californie, Washington, New York et New Jersey.

Nombres flous

Mais le 15 mars, le Dr Anthony Fauci, directeur de l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses et membre du groupe de travail du Président contre le coronavirus, a déclaré à CNN que les États-Unis disposaient de 12 700 ventilateurs. « Si vous n’avez pas assez de ventilateurs, cela signifie que les personnes qui en ont besoin ne pourront pas en bénéficier. C’est à ce moment-là que vous devrez prendre des décisions très difficiles [qui soigner et qui laisser mourir]. »

Mardi 24 mars, New York a connu plus de 25 000 infections connues et 210 morts. Son gouverneur, Andrew Cuomo, a déclaré avec colère aux journalistes qu’il avait besoin de « 30 000 » ventilateurs.

La position de Cuomo fait écho aux gouverneurs à travers le pays qui disent que le gouvernement fédéral ne répond toujours pas pleinement à leurs demandes de millions de masques, de ventilateurs et d’autres fournitures.

Mercredi 25 mars au matin, le décompte de CNN Santé révèle qu’il y a maintenant au moins 53 209 nouveaux cas de coronavirus aux États-Unis et que 709 personnes sont décédées. Moins de 24 heures auparavant, mardi midi, les États-Unis avaient au moins 48 000 infections à coronavirus et 600 décès [au 28 mars, les Etats-Unis comptaient 123 828 cas avérés et 2 231 décès].

Alors même que le Président a déclaré mardi que « nous commençons à voir la lumière au bout du tunnel » et qu’il espérait voir la levée des restrictions à la circulation et aux rassemblements sociaux d’ici Pâques, l’Organisation mondiale de la santé a averti que la trajectoire croissante des cas et les décès signifient que les États-Unis pourraient devenir le prochain épicentre mondial de la pandémie [c’est chose faite au 28 mars].

« Le potentiel est là mais vous avez encore le temps de le renverser », a déclaré mercredi matin le porte-parole de l’OMS, Margaret Harris. Elle a souligné le besoin urgent de tester, de trouver tous les cas, de suivre ceux qui ont été exposés et de les isoler. « Et enfin, de faire soigner les personnes malades et quand vous le faites, vraiment, vraiment protéger vos agents de santé », a-t-elle déclaré.

Mais les gouverneurs se bousculent pour combler des lacunes importantes dans les équipements médicaux essentiels qui pourraient aider à protéger ces agents de santé. Ils disent qu’ils ont besoin que Trump déploie pleinement la Loi sur la production de défense (LPD) pour prendre en charge la distribution des fournitures parce que le processus actuel oblige les 50 États à se faire concurrence mutuellement, et à rivaliser avec le gouvernement fédéral et les hôpitaux, pour les obtenir.

La LPD de 1950 permet au gouvernement fédéral de diriger la production nationale en cas d’urgence. Bien que la disposition sur les priorités de la loi soit couramment utilisée dans les situations d’urgence telles que les incendies de forêt ou les ouragans pour garantir que les ordonnances du gouvernement soient exécutées en premier, le volet affectation n’a pas été utilisé depuis la guerre froide.

L’invocation de cet élément de la loi donne au gouvernement le pouvoir de contrôler complètement toute la chaîne d’approvisionnement, de forcer les entreprises à fabriquer des articles indispensables, et même à prendre en charge la distribution et l’allocation de ces équipements.

Trump a signé la LPD mais ne l’a pas réellement utilisée, sous la pression des chefs d’entreprise qui disent qu’il y a trop d’inconnues, et se sont plutôt portés volontaires pour produire tout ce qui est nécessaire. Le Président a fait part de son point de vue dans un tweet dimanche, affirmant que lorsque la LPD a été annoncée, « elle a fait trembler » le monde des affaires.

Lors de la réunion d’information sur la pandémie de mardi, le Président est resté concentré sur la nécessité d’inciter les entreprises privées à fournir l’équipement nécessaire, alors même que ses contacts avec les pays étrangers se poursuivaient, et a insisté sur le fait que tout allait bien. Il n’a pas abordé la distribution et l’allocation, l’autre problème critique qui, selon les États, mettrait fin à la concurrence contre-productive entre eux pour les fournitures vitales.

« Le gouvernement fédéral utilise toutes les ressources à sa disposition pour acquérir et distribuer des fournitures médicales essentielles, a déclaré Trump mardi. Nous n’avons pas eu à exercer ou à utiliser la LPD de quelque façon que ce soit. Le fait que nous l’ayons aide, mais nous n’y étions pas obligés. Et pour la plupart des besoins, nous n’aurons pas à le faire. »

***

« Jusqu’à 200 000 morts » : le chef de la santé de Trump, Fauci, prédit des millions de cas de Covid-19 aux États-Unis

Source : RT, 29 mars 2020

Traduction : lecridespeuples.fr

Le tsar Covid-19 du Président Trump, le Dr Anthony Fauci, a publié une terrible prédiction sur les coronavirus : « Des millions de cas » et « 100 000 à 200 000 » décès aux États-Unis. Plus de 2 200 personnes sont déjà décédées de la maladie mortelle aux États-Unis.

S’exprimant dimanche sur le programme « L’état de l’Union » de CNN, Fauci a déclaré qu’essayer de prédire la propagation du virus revenait à courir après une « cible mouvante ». Cependant, le directeur de l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses a affirmé que [...]

Lire la suite sur https://lecridespeuples.fr/2020/03/29/coronavirus-les-etats-unis-survivront-ils-a-la-pandemie/

Voir notre dossier sur le coronavirus.

Pour ne manquer aucune publication et soutenir ce travail censuré en permanence, partagez cet article et abonnez-vous à la Newsletter. Vous pouvez également nous suivre sur Facebook et Twitter.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.