Le Cri des Peuples
Traducteur et blogueur. Site principal : lecridespeuples.fr
Abonné·e de Mediapart

480 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 janv. 2020

Julian Assange depuis sa cellule: « Je meurs à petit feu »

Le Cri des Peuples
Traducteur et blogueur. Site principal : lecridespeuples.fr
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Source : RT, le 31 décembre 2019

Traduction : lecridespeuples.fr

Julian Assange n’était plus que l’ombre de lui-même lors d’un appel téléphonique qu’il a pu passer à la veille de Noël, a déclaré à RT le journaliste britannique Vaughan Smith, destinataire de l’appel, notant que le fondateur de WikiLeaks avait du mal à parler et semblait être drogué.

Assange a été autorisé à passer un seul appel de la prison de Belmarsh à sécurité maximale dans le sud-est de Londres pour les vacances de Noël, espérant un bref contact avec le monde au-delà des murs ternes d’acier et de béton auxquels il est confiné.

« Je pense qu’il voulait simplement quelques minutes d’évasion » et raviver « quelques bons souvenirs », a déclaré Smith à RT, ajoutant qu’Assange avait passé les vacances chez lui en 2010. La brève conversation était cependant loin d’être gaie, du fait de la détérioration de l’état de santé d’Assange qui était de plus en plus apparente tout au long de l’appel.

Il m’a dit: « Je meurs lentement ici. »

« Ses propos étaient confus. Il parlait lentement », a poursuivi le journaliste. « Alors que Julian est très intelligent et lucide, et s’exprimait toujours de manière claire et articulée quand il parlait. Et il avait l’air dans un état horrible… c’était vraiment bouleversant de l’entendre. »

Bien qu’Assange ne l’ait pas dit explicitement lors de l’appel, Smith a déclaré qu’il pensait que le militant pour la transparence était sous sédatifs, notant qu’ « il semblait assez évident qu’il l’était », et déclarant que d’autres personnes qui ont rendu visite à Assange étaient du même avis.

Smith n’est pas le premier à soulever cette question, mais les autorités britanniques ont jusqu’à présent refusé de divulguer si Assange avait reçu des psychotropes en prison, insistant seulement sur le fait qu’il n’était pas « maltraité ». Mais étant donné qu’il est « maintenu en isolement cellulaire pendant 23 heures par jour », les demandes de nombreux médecins visant à examiner son état physique ayant été rejetées, Smith a dit qu’il avait du mal à croire les responsables sur parole.

« Julian était de très bonne compagnie à Noël en 2010 », a déclaré le journaliste, mais l’homme à qui il a parlé au téléphone la semaine dernière ressemblait à une toute autre personne. « Je ne comprends tout simplement pas… pourquoi il est dans la prison de Belmarsh en premier lieu. C’est un prévenu. Ce n’est pas un danger pour le public. »

Belmarsh est une prison de catégorie A – le niveau le plus élevé du système pénal britannique – destinée aux condamnés « très dangereux » et à ceux susceptibles de tenter de s’échapper, généralement aux meurtriers et aux terroristes. Alors qu’Assange ne répond à aucun de ces critères et a été initialement enfermé pour une infraction mineure de non-remise en liberté sous caution, pour laquelle les autorités suédoises ont arrêté les poursuites, il a néanmoins été jeté à Belmarsh et puni comme s’il était un criminel violent et endurci. Il attend maintenant une procédure d’extradition vers les États-Unis.

Pour Smith, l’explication est simple : il s’agit de se venger de quelqu’un qui a osé dire la vérité face au pouvoir, croit Smith, et de faire un exemple à destination de quiconque pourrait suivre l’exemple d’Assange dans la lutte contre le secret d’État et d’entreprise.

« Il est clair que ce qui arrive à Julian est beaucoup plus une question de vengeance, de faire un exemple pour dissuader d’autres personnes de forcer le pouvoir américain à rendre des comptes comme il l’a fait », a-t-il déclaré.

Asange « a livré une vision, un débat sur ce à quoi devrait ressembler la transparence à l’ère numérique… Le débat a été annulé, il n’a jamais vraiment eu lieu, et à la place, il est persécuté… C’est pourquoi il est à Belmarsh. »

À l’avenir, Smith a déclaré qu’il serait important de continuer à faire pression sur le gouvernement britannique pour qu’il réponde à une litanie de questions sur Assange, de son traitement en prison à sa santé, et de faire pression pour une « évaluation indépendante » de la situation. Confiné sous une forme ou une autre depuis qu’il s’est réfugié à l’ambassade de l’Équateur en 2012 et maintenant privé de sa capacité à se défendre devant les tribunaux, Assange devrait enfin bénéficier d’un procès équitable.

« Face à tout cela, nous devons vraiment poser plus de questions. Cela doit être évoqué beaucoup plus ouvertement … Julian a vu sa liberté compromise depuis près d’une décennie maintenant », a déclaré Smith. « C’est complètement honteux. C’est de la tyrannie. Il mérite mieux. »

Voir notre dossier sur Assange.

Pour soutenir ce travail censuré en permanence et ne manquer aucune publication, partagez cet article et abonnez-vous à la Newsletter.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Écologie
Incendies en Gironde : « C’est loin d’être fini »
Dans le sud de la Gironde, le deuxième méga-feu de cet été caniculaire est fixé mais pas éteint. Habitants évacués, élus et pompiers, qui craignent une nouvelle réplique, pointent du doigt les pyromanes avant le dérèglement climatique, qui a pourtant transformé la forêt des Landes en « grille-pain ».
par Sarah Brethes
Journal
Été de tous les désastres : le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal
Des avocates et journalistes proches de Julian Asssange poursuivent la CIA
Deux journalistes et deux avocates américains ont déposé plainte contre l'agence de renseignements américaine et son ancien directeur, Michael Pompeo. Ils font partie des multiples proches du fondateur de WikiLeaks lui ayant rendu visite dans son refuge de l'ambassade équatorienne de Londres alors qu'il été la cible d'une vaste opération d'espionnage.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Écologie
Pour plus d’un quart des Alsaciens, l’eau du robinet dépasse les normes de concentration en pesticides
Dans le Bas-Rhin, des dépassements des limites de qualité ont été constatés dans trente-six unités de distribution qui alimentent en eau potable plus de 300 000 habitants, soit un quart de la population. Le Haut-Rhin est touché dans des proportions similaires.
par Nicolas Cossic (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
Les talibans en Afghanistan : un an de pédocriminalité, de mariages forcés et de suicides
[Rediffusion] Cela fait presqu'un an que les talibans ont repris le pouvoir en Afghanistan. Depuis août 2021, plus d'une centaine de femmes ont été assassinées ou se sont suicidées en Afghanistan. Les talibans apprennent aux enfants à tirer et les exploitent sexuellement.
par Mortaza Behboudi
Billet de blog
Quand la langue nous fait défaut
Les mots ne sont plus porteurs de sens, ils ne servent qu'à indiquer ce que l'on doit penser et ce qu'il est interdit de penser. La réaction du gouvernement français aux bombardements de Gaza le démontre une fois de plus.
par ekeland
Billet de blog
« Le canari dans la mine de charbon » : chronique annoncée de la crise du Sri Lanka
La grave crise économique que traverse le Sri Lanka, la suspension du paiement de la dette souveraine et le soulèvement populaire de 2022 ont attiré l’attention du monde entier. Le Sri Lanka est décrit comme le « canari dans la mine de charbon », c’est-à-dire un signe avant-coureur de l’avenir probable d’autres pays du Sud.
par cadtm
Billet de blog
De Kaboul à Kyiv : femmes déchues de leur citoyenneté
[Rediffusion] Rien en apparence semble lier le sort des femmes afghanes à celui de leurs contemporaines ukrainiennes si ce n’est déjà la dure expérience d’une guerre sans fin. A travers leur corps de femme, peu importe leur âge, elles subissent une guerre menée contre leur statut durement gagné en tant que citoyennes ayant des droits, au nom d’une violence patriarcale que l’on espérait révolue.
par Carol Mann