Le Cri des Peuples
Traducteur et blogueur. Site principal : lecridespeuples.fr
Abonné·e de Mediapart

806 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 oct. 2017

Paroles immortelles du martyr Ernesto ‘Che’ Guevara

Extraits de deux discours du Commandant Ernesto Che Guevara, traduits pour la première fois en français à l'occasion du cinquantenaire de son assassinat par la CIA, le 9 octobre 1967

Le Cri des Peuples
Traducteur et blogueur. Site principal : lecridespeuples.fr
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Discours complets (en espagnol) :  https://360letras.wordpress.com/2015/12/07/385/

Traduction et sous-titres : http://sayed7asan.blogspot.fr

Soutenez la justice en répondant à l'Appel au secours de Norman Finkelstein et en signant sa pétition

Paroles immortelles du martyr Ernesto 'Che' Guevara © Sayed Hasan

Transcription : 

Discours à Santiago de Cuba, le 30 novembre 1964, à l'occasion du 8e anniversaire du soulèvement de la ville mené par Frank País 

[...] Notre lutte victorieuse a entraîné deux conséquences : le réveil des peuples d'Amérique, qui ont vu qu'on pouvait faire la Révolution (et triompher), qui ont pu éprouver comment une révolution pouvait être faite, constater que toutes les voies (vers le soulèvement populaire) n'étaient pas fermées et voir qu'il n'était pas indispensable de constamment [recevoir les coups des exploiteurs], et que ce chemin vers l'émancipation n'était pas aussi long et ardu que pouvaient l'imaginer ou le penser certains chefs de parti qui luttent avec acharnement contre les oligarchies et contre l'impérialisme dans chaque pays.

Et en même temps, nous avons ouvert les yeux de l'impérialisme. L'impérialisme a aussi commencé à se préparer à noyer dans le sang les nouvelles Cubas qui pourraient voir le jour. Et avant de mourir, Kennedy avait déjà dit qu'ils n'admettraient pas de nouvelles Cubas dans le continent. Cela a été réitéré par ses successeurs, qui sont des loups de la même litière, donc il ne faudrait pas penser qu'ils pourraient avoir une philosophie différente. Mais en plus de le réitérer, ils ont démontré leur intention de mener à bien cette action, et de l'accomplir non seulement en Amérique, mais dans tous les pays du monde dans lesquels la lutte a été créée, où la lutte révolutionnaire s'est développée.

Ils ont essayé de massacrer l'Algérie, mais l'Algérie s'est libérée. Ils essaient de liquider aujourd'hui le peuple du Vietnam, mais le peuple du Vietnam est plus fort qu'eux, et le peuple du Vietnam continue jour après jour d'enregistrer de nouvelles victoires sur l'impérialisme, le forçant à payer par le sang des soldats [américains], et versant lui-même un tribut [de martyrs] pour l'immense quantité de victimes causées par l'impérialisme contre le peuple du Vietnam du Sud. Et la lutte continue et continuera jusqu'à la victoire. Cette révolution a commencé avant même la nôtre dans le Nord du Vietnam, et s'est consolidée avant que nous puissions arriver triomphalement à La Havane. Mais vous devez continuer à vous battre. 

Le Laos se trouve dans les mêmes conditions. Et en Afrique, il y a plusieurs peuples qui ont pris cette voie (révolutionnaire). Avec plus ou moins de succès, mais ils ont pris cette voie. Et la Guinée portugaise triomphe dans ses luttes.

Mais aujourd'hui, le souvenir plus présent, plus poignant que tout autre est certainement celui du Congo et de Lumumba. Aujourd'hui, dans ce Congo si éloigné de nous et pourtant tellement présent, il y a une histoire que nous devons connaître et une expérience qui doit nous être utile. L'autre jour, les parachutistes belges ont pris d'assaut la ville de Stanleyville. Ils ont massacré un grand nombre de citoyens et, en dernier lieu, après les avoir regroupés et assassinés sous la statue du professeur Lumumba, ils ont volé la statue de l'ancien président du Congo.

Cela nous révèle deux choses : premièrement, la bestialité de l'impérialisme. Une bestialité qui n'a pas de frontières déterminées ni n'appartient à un pays particulier. Les hordes hitlériennes étaient bestiales, tout comme les Nord-Américains aujourd'hui, tout comme les parachutistes belges, tout comme les impérialistes français en Algérie. Car c'est la nature même de l'impérialisme que de rabaisser les hommes à leurs pulsions les plus sauvages, de les transformer en bêtes féroces assoiffées de sang, disposées à égorger, à assassiner, à détruire jusqu'à la dernière image d'un révolutionnaire, d'un partisan d'un régime qui est tombé sous leur botte, ou qui se bat pour sa liberté.

Et cette statue à la mémoire de Lumumba, détruite aujourd'hui, mais qui sera reconstruite demain, nous rappelle aussi l'histoire tragique de ce martyr de la révolution du monde, et le fait qu'on ne peut jamais se fier à l'impérialisme, pas même pour la moindre des choses, rien de rien. Sous la bannière des Nations Unies au Congo, Lumumba a été assassiné. Et ce sont ces Nations Unies que les Américains prétendent faire inspecter notre territoire ! Ces mêmes Nations Unies ! [...]

Et nous avons la satisfaction toujours croissante de voir que le nom de Cuba parcourt les champs d'Amérique et traverse aussi les champs d'autres pays du monde qui luttent pour leur liberté, signifiant toujours la même chose : l'image de ce qui peut être réalisé grâce à la lutte révolutionnaire, l'espoir d'un monde meilleur, l'idéal pour lequel il vaut la peine de risquer sa vie, de se sacrifier jusqu'à la mort sur les champs de bataille de tous les continents du monde. [...]

Discours à l'ONU, le 11 décembre 1964

[...] Maintenant, oui, l'histoire devra compter avec les pauvres d'Amérique, avec les exploités et les humiliés d'Amérique Latine, qui ont décidé de commencer à écrire eux-mêmes, pour toujours, leur histoire. 

Et cette vague de ressentiment indigné, de justice réclamée et de droits piétinés qui commence à se lever parmi les terres de l'Amérique latine, cette vague ne s'arrêtera plus. Cette vague augmentera avec chaque jour qui passe. Parce que cette vague est formée par les masses, qui constituent la majorité dans tous les aspects : ceux qui accumulent par leur travail les richesses, créent les valeurs, font tourner les roues de l'histoire et se réveillent maintenant du long rêve abrutissant qui leur a été imposé.

Parce que cette grande humanité s'est écriée « Assez ! » et a commencé à marcher. Et sa marche de géants ne s'arrêtera pas avant de conquérir la véritable indépendance, pour laquelle ils ont déjà sacrifié beaucoup de martyrs, plus d'une fois, en vain. 

Maintenant, en tout cas, ceux qui meurent, mourront comme ceux de Cuba, ceux de Playa Giron : ils mourront pour leur unique, véritable et inaliénable indépendance. [...]

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
La visite du ministre Lecornu a renforcé la colère des Guadeloupéens
Le barrage de La Boucan est l'une des places fortes de la contestation actuelle sur l’île. À Sainte-Rose, le barrage n’est pas tant tenu au nom de la lutte contre l’obligation vaccinale que pour des problèmes bien plus larges. Eau, chlordécone, vie chère, mépris de la métropole... autant de sujets que la visite express du ministre des outre-mer a exacerbés.
par Christophe Gueugneau
Journal — France
L’émancipation de la Guadeloupe, toujours questionnée, loin d’être adoptée
Alors qu’une crise sociale secoue l’île antillaise, le ministre des outre-mer, Sébastien Lecornu, a lâché le mot : « autonomie ». Une question statutaire qui parcourt la population depuis des années et cristallise son identité, mais qui peine à aboutir.
par Amandine Ascensio
Journal — France
Didier Raoult éreinté par son propre maître à penser
Didier Raoult défend un traitement inefficace et dangereux contre la tuberculose prescrit sans autorisation au sein de son institut, depuis au moins 2017. Le professeur Jacques Grosset, qu’il considère comme son « maître et numéro un mondial du traitement de la tuberculose », désapprouve lui-même ce traitement qui va « à l’encontre de l’éthique et de la morale médicale ». Interviewé par Mediapart, Jacques Grosset estime qu’il est « intolérable de traiter ainsi des patients ».
par Pascale Pascariello
Journal — International
Variant Omicron : l’urgence de lever les brevets sur les vaccins
L’émergence du variant Omicron devrait réveiller les pays riches : sans un accès aux vaccins contre le Covid-19 dans le monde entier, la pandémie est amenée à durer. Or Omicron a au contraire servi d’excuse pour repousser la discussion à l’OMC sur la levée temporaire des droits de propriété intellectuelle.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Les communautés masculinistes (1/12)
Cet article présente un dossier de recherche sur le masculinisme. Pendant 6 mois, je me suis plongé dans les écrits de la manosphère (MGTOW, Incels, Zemmour, Soral etc.), pour analyser les complémentarités et les divergences idéologiques. Alors que l'antiféminisme gagne en puissance tout en se radicalisant, il est indispensable de montrer sa dangerosité pour faire cesser le déni.
par Marcuss
Billet de blog
Pas de paix sans avoir gagné la guerre
« Être victime de », ce n’est pas égal à « être une victime » au sens ontologique. Ce n’est pas une question d’essence. C’est une question d’existence. C’est un accident dans une vie. On est victime de quelque chose et on espère qu'on pourra, dans l’immense majorité des cas, tourner la page. Certaines s’en relèvent, toutes espèrent pouvoir le faire, d’autres ne s’en relèvent jamais.
par eth-85
Billet de blog
Effacement et impunité des violences de genre
Notre société se présente volontiers comme égalitariste. Une conviction qui se fonde sur l’idée que toutes les discriminations sexistes sont désormais reconnues et combattues à leur juste mesure. Cette posture d’autosatisfaction que l’on discerne dans certains discours politiques traduit toutefois un manque de compréhension du phénomène des violences de genre et participe d’un double processus d’effacement et d’impunité.
par CETRI Asbl
Billet de blog
Ensemble, contre les violences sexistes et sexuelles dans nos organisations !
[Rediffusion] Dans la perspective de la Journée internationale pour l'élimination des violences faites aux femmes, un ensemble d'organisations - partis et syndicats - s'allient pour faire cesser l'impunité au sein de leurs structures. « Nous avons décidé de nous rencontrer, de nous parler, et pour la première fois de travailler ensemble afin de nous rendre plus fort.e.s [...] Nous, organisations syndicales et politiques, affirmons que les violences sexistes et sexuelles ne doivent pas trouver de place dans nos structures ».
par Les invités de Mediapart