Vaincu à Jérusalem, Israël attaque Gaza

Par Ali Abunimah, Maureen Clare Murphy et Tamara Nassar

Source : The Electronic Intifada, 10 mai 2021

Traduction : lecridespeuples.fr

Vingt Palestiniens, dont neuf enfants, ont été tués dans des attaques israéliennes dans la bande de Gaza lundi soir.

Cela s'est produit à la fin d'une journée de violence qui a commencé à Jérusalem-Est occupée, où les forces israéliennes ont agressé des fidèles dans l'enceinte de la mosquée Al-Aqsa, blessant des centaines de personnes.

Les scènes de brutalité à Jérusalem ont suscité l'indignation et la solidarité parmi les Palestiniens et dans le monde.

La branche militaire de l'organisation de résistance palestinienne Hamas a lancé un ultimatum, donnant à Israël une heure (jusqu'à 18 heures, heure locale) pour retirer ses forces d'al-Aqsa et du quartier occupé de Sheikh Jarrah à Jérusalem-Est, et libérer les détenus.

© Le Cri des Peuples

Lorsque le délai est passé, des groupes de résistance à Gaza ont tiré des salves de roquettes vers Jérusalem pour la première fois depuis la guerre de l'été 2014, provoquant des célébrations de la part de Palestiniens.

© وكالة شهاب للأنباء

© وكالة شهاب للأنباء

Les Israéliens qui s'étaient rassemblés pour la soi-disant marche du Jour de Jérusalem ont couru se mettre à l'abri alors que les sirènes sonnaient.

Aucune victime israélienne grave n'a été signalée.

© فلسطين بوست

Un porte-parole du Hamas à Gaza a déclaré que les combattants de la résistance « ont tiré des roquettes sur Jérusalem occupée, en réponse aux crimes et à l’agression de l’ennemi contre la ville sainte, et aux mauvais traitements infligés à notre peuple à Sheikh Jarrah et à la mosquée al-Aqsa ».

© وكالة شهاب للأنباء

« Israël répondra avec une grande force », a déclaré le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou, ajoutant que « quiconque nous attaquera paiera un lourd tribut ».

De tels avertissements doivent être compris comme des menaces de punition collective contre les civils à Gaza.

Les ministres israéliens ont approuvé une offensive aérienne contre le territoire, un porte-parole de l'armée israélienne affirmant que l'assaut « durera quelques jours ».

000-99r4ma

Le ministère palestinien de la Santé à Gaza a rapporté que 20 personnes dans le territoire assiégé avaient été tuées dans les frappes aériennes israéliennes.

Neuf enfants ont été tués, ont rapporté les médias palestiniens.

Israël affirme que trois combattants du Hamas ont été tués dans l'une de ses frappes aériennes et le Hamas a déclaré qu'un de ses commandants avait été tué.

Israël aurait également fermé le seul point de passage commercial de Gaza et restreint davantage l’accès aux eaux côtières de la bande.

© Le Cri des Peuples

© Le Cri des Peuples

Marche des colons annulée

Avant l’ultimatum du Hamas, Israël avait subi un revers humiliant dans ses efforts pour affirmer le contrôle de Jérusalem-Est occupée.

Lundi était censé être le jour où des milliers de colons juifs extrémistes défileraient dans la vieille ville pour marquer le soi-disant Jour de Jérusalem.

Ce défilé annuel est une démonstration grotesque de racisme et de provocation dans laquelle les Israéliens célèbrent leur occupation en 1967 de la partie orientale de Jérusalem.

© Le Cri des Peuples

© Le Cri des Peuples

La marche de cette année devait avoir lieu au milieu des tensions et de la résistance accrues contre les efforts d’Israël pour expulser des dizaines de familles palestiniennes de leurs maisons dans le quartier de Sheikh Jarrah, dans le cadre du nettoyage ethnique et de la judaïsation en cours de Jérusalem.

Pendant une grande partie de la journée, la police israélienne a soutenu que la marche des colons se poursuivrait sur son itinéraire prévu à travers la porte de Damas et dans les ruelles étroites de la vieille ville, y compris son quartier musulman.

© Le Cri des Peuples

Dans l’après-midi, cependant, et après les recommandations de l’armée israélienne et du Shin Bet, l’agence nationale d’espionnage et de torture de l’État, Netanyahou a décidé de la rediriger avant qu’elle ne soit finalement annulée.

Ce fut une victoire frappante pour les Palestiniens, bien qu’elle ait coûté cher en blessures causées par la violence aveugle israélienne.

© Le Cri des Peuples

Des centaines de blessés

Avant l'aube de lundi, des milliers de Palestiniens se sont dirigés vers l'enceinte de la mosquée al-Aqsa pour prier sur le site et le protéger des incursions attendues des extrémistes juifs et des types d'agressions violentes des forces d'occupation dont ils ont été témoins vendredi et samedi, alors que des centaines de Palestiniens étaient blessés.

Parmi les 90 000 Palestiniens qui se sont rassemblés à al-Aqsa samedi pour célébrer les Nuits du destin, les plus sacrées du Ramadan, se trouvaient des milliers de citoyens palestiniens d'Israël.

Après que la police israélienne a arrêté des dizaines de bus amenant des fidèles à Jérusalem, beaucoup ont continué leur voyage vers la ville à pied.

© Le Cri des Peuples

À l'aube de lundi, des vidéos et des photos partagées sur les réseaux sociaux ont montré des Palestiniens se préparant à défendre la mosquée contre un nouvel assaut ce matin-là en barricadant les entrées avec des meubles et en ramassant des pierres.

Juste après 8 heures du matin, les forces d'occupation ont lancé un assaut sur l'enceinte, tirant des salves de grenades assourdissantes, de bombes lacrymogènes et de balles en acier recouvertes de caoutchouc sur les Palestiniens, blessant des fidèles, des journalistes et des médecins.

© وكالة شهاب للأنباء

Le Croissant-Rouge palestinien a déclaré avoir soigné près de 400 blessés, dont 220 ont été transportés dans des hôpitaux.

Au moins sept Palestiniens ont été gravement blessés, certains nécessitant une intervention chirurgicale.

© Rania Zabaneh

© بوابة الهدف

© شبكة قدس الإخبارية

Les forces israéliennes ont également attaqué la zone de prière des femmes près de Bab al-Rahma, la porte orientale de l'enceinte qui est en grande partie scellée par les autorités israéliennes depuis 2003.

© شبكة قدس الإخبارية

L'armement israélien a causé des dégâts à l'intérieur des mosquées de l'enceinte.

© شبكة قدس الإخبارية

© شبكة قدس الإخبارية

© وكالة شهاب للأنباء

Les Palestiniens ont collecté des cartouches de gaz lacrymogènes vides, des grenades assourdissantes et des balles en acier recouvertes de caoutchouc et les ont façonnées en une image du Dôme du Rocher et du mot « Jérusalem ».

© شبكة قدس الإخبارية

Pourtant, malgré cette violence extrême et aveugle, le chef de la police israélienne, Kobi Shabtai, a déclaré aux médias lundi soir que ses forces avaient été trop retenues et qu’il était temps d’enlever les « gants pour enfants ».

Journalistes blessés

Parmi les centaines de Palestiniens blessés par les forces israéliennes lundi, il y avait des journalistes.

Cette vidéo montre des soldats israéliens coinçant le photojournaliste palestinien Faiz Abu Rmeleh et le frappant à la tête.

© نير حسون Nir Hasson ניר חסון

Abu Rmeleh, dont les photos ont déjà été publiées par The Electronic Intifada, a également été agressé par les forces d'occupation en 2017.

Le média palestinien Al Qastal a déclaré que trois de ses reporters avaient été blessés par des balles en acier recouvertes de caoutchouc et des gaz lacrymogènes.

Un autre Palestinien qui saignait à l'œil a été porté par des médecins qui ont déclaré à un journaliste de l'Agence Anadolu que l'homme blessé était un journaliste.

© Turgut Alp Boyraz

Attaques contre les médecins

Le Croissant-Rouge palestinien a déclaré que les forces israéliennes avaient empêché leurs médecins de pénétrer dans l'enceinte de la mosquée al-Aqsa où des dizaines de Palestiniens blessés avaient besoin de soins médicaux.

Un médecin palestinien de Jérusalem venu pour aider les blessés a déclaré que les soldats l'avaient empêché d'entrer dans l'enceinte « par toutes les portes ».

© AlQastal القسطل

Quds News Network a rapporté qu'Israël avait tenté d'expulser des médecins palestiniens du complexe.

Les secouristes faisaient également partie des dizaines de blessés à l'intérieur.

Les forces israéliennes ont tiré sur l'ambulancier palestinien Ahmad Dweikat avec une balle en acier recouverte de caoutchouc le frappant sous l'œil.

© شبكة قدس الإخبارية

Audience du tribunal reportée

La plus haute cour d’Israël a tenté de désamorcer la résistance croissante au nettoyage ethnique des Palestiniens en reportant dimanche une audience sur l’expulsion forcée de trois familles de leurs maisons dans le quartier de Sheikh Jarrah.

Israël applique des lois ouvertement discriminatoires dans le but de forcer les Palestiniens à quitter leurs maisons afin qu'ils puissent être remis aux colons juifs.

Un juge de la Haute Cour a déclaré que l'audience serait reportée au mois prochain et que les familles palestiniennes pourraient rester chez elles jusqu'à ce qu'une décision soit prise.

Les tribunaux israéliens se sont toujours prononcés en faveur des groupes de colons pour expulser les familles palestiniennes des maisons de Jérusalem-Est occupée.

Il est peu probable que les organisations de colons, soutenues par l’appareil d’État israélien, abandonnent leurs efforts pour nettoyer ethniquement la ville des Palestiniens.

Le but, cependant, est de le faire discrètement, sans l'agitation qui accompagne un tollé international.

© Le Cri des Peuples

Les États-Unis bloquent la déclaration de l'ONU

L’Égypte, le Qatar et l’Organisation des Nations Unies auraient exercé des fonctions de médiateur entre le Hamas et Israël pour ralentir l’escalade des hostilités.

Le gouvernement américain a exprimé sa profonde préoccupation face aux « affrontements violents » à Jérusalem, mais a réservé une condamnation explicite pour les roquettes tirées depuis Gaza.

La mission de Washington au Conseil de sécurité de l’ONU aurait empêché la publication d’une déclaration commune condamnant la violence à Jérusalem.

© Le Cri des Peuples

L’envoyé de l’Union européenne en Israël s’est quant à lui déclaré « extrêmement préoccupé par la violence à Jérusalem, mais a simplement déclaré que les tirs de roquettes étaient « totalement inacceptables et devaient cesser ».

Pour soutenir ce travail censuré en permanence (y compris par Mediapart) et ne manquer aucune publication, faites un don, partagez cet article et abonnez-vous à la Newsletter. Vous pouvez aussi nous suivre sur TwitterFacebook et VKontakte.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.