Le Cri des Peuples
Traducteur et blogueur. Site principal : lecridespeuples.fr
Abonné·e de Mediapart

802 Billets

0 Édition

Billet de blog 13 juil. 2020

Trump accable Cuba de sanctions pendant que l'île combat le Covid-19 dans le monde

Le Cri des Peuples
Traducteur et blogueur. Site principal : lecridespeuples.fr
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L'admiration pour les médecins cubains est si grande qu'une campagne mondiale a vu le jour pour leur décerner le prix Nobel de la paix.

Par Medea Benjamin et Leonardo Flores

Source : Common Dreams, le 16 juin 2020

Traduction : lecridespeuples.fr

Une équipe de 85 médecins et infirmières cubains est arrivée au Pérou le 3 juin pour aider la nation andine à lutter contre la pandémie de coronavirus. Ce même jour, le Secrétaire d'État Mike Pompeo a annoncé un nouveau resserrement des vis des sanctions. Cette fois, il a ciblé sept entités cubaines, dont Fincimex, l'une des principales institutions financières chargées des transferts de fonds vers le pays. Ont également été ciblés Marriott International, qui a été condamné à cesser ses activités à Cuba, et d'autres entreprises du secteur du tourisme, une industrie qui représente 10% du PIB de Cuba et qui a été dévastée à l'échelle mondiale par la pandémie.

Il semble que plus Cuba aide le monde, plus elle est martelée de sanctions par l'administration Trump. Alors que Cuba a subi un embargo américain pendant près de 60 ans, Trump a fait monter les enjeux avec une stratégie de « pression maximale » qui comprend plus de 90 mesures économiques imposées à la nation depuis janvier 2019. Josefina Vidal, ambassadrice de Cuba au Canada, a qualifié les mesures de « sans précédent par leur niveau d'agression et leur portée » et conçues pour « priver le pays de revenus pour le développement de l'économie ». Depuis qu'il a été imposé par l'administration Kennedy en 1962, l'embargo a coûté à Cuba bien plus de 130 milliards de dollars, selon une estimation de 2018. Rien qu'en 2018-2019, l'impact économique était de 4 milliards de dollars, un chiffre qui n'inclut pas l'impact d'une interdiction de voyager de l'administration Trump en juin 2019 visant à nuire à l'industrie du tourisme.

Bien que l'embargo soit censé avoir des exemptions humanitaires, le secteur de la santé n'a pas été épargné. Cuba est connue dans le monde entier pour son système de santé public universel, mais l'embargo a entraîné une pénurie de médicaments et de fournitures médicales, en particulier pour les patients atteints du sida et du cancer. Les médecins de l’Institut national d’oncologie de Cuba ont dû amputer les membres inférieurs d'enfants atteints de cancer parce que les entreprises américaines, qui détiennent le monopole de la technologie qui aurait permis de les soigner, ne peuvent la vendre à Cuba. Au cœur de la pandémie, les États-Unis ont bloqué un don de masques faciaux et de kits de diagnostic COVID-19 du milliardaire chinois Jack Ma.

Des médecins et infirmières de la Brigade médicale internationale Henry Reeve de Cuba posent avec un portrait du défunt chef cubain Fidel Castro alors qu'ils font leurs adieux avant de se rendre en Italie, durement touchée par le coronavirus, pour aider à lutter contre la pandémie de COVID-19, à l'unité centrale de Coopération médicale à La Havane, le 21 mars 2020.

Non content de saboter le secteur de la santé domestique de Cuba, l'administration Trump a attaqué l'assistance médicale internationale de Cuba, qu'il s'agisse des équipes luttant contre le coronavirus aujourd'hui ou de celles qui ont voyagé partout dans le monde depuis les années 1960 dans 164 pays pour fournir des services aux communautés mal desservies par les soins. L'objectif américain est de réduire les revenus de l'île maintenant que la fourniture de ces services a dépassé le tourisme en tant que première source de revenus de Cuba. Qualifiant ces équipes médicales bénévoles de « victimes de la traite des êtres humains » parce qu'une partie de leurs salaires sert à payer le système de santé cubain, l'administration Trump a convaincu l'Équateur, la Bolivie et le Brésil de mettre fin à leurs accords de coopération avec les médecins cubains. Pompeo a ensuite applaudi les dirigeants de ces pays pour avoir refusé de « fermer les yeux » sur les abus présumés de Cuba. Le triomphalisme a été de courte durée : un mois après cette déclaration, le gouvernement de Bolsonaro au Brésil a supplié Cuba de renvoyer ses médecins au milieu de la pandémie. Les alliés des États-Unis dans le monde entier, notamment au Qatar, au Koweït, en Afrique du Sud, en Italie, au Honduras et au Pérou, ont accepté avec reconnaissance cette aide cubaine. L'admiration pour les médecins cubains est si grande qu'une campagne mondiale a vu le jour pour leur décerner le prix Nobel de la paix.

Voir Covid-19 : comment Cuba a humilié les Etats-Unis

L'administration Trump ne diffame pas seulement les médecins, mais tout le pays. En mai, le Département d'État a désigné Cuba comme l'un des cinq pays « ne coopérant pas pleinement » aux efforts antiterroristes américains. Le principal prétexte était l’accueil par la nation de membres de l’Armée de libération nationale (ELN) de Colombie. Pourtant, même le communiqué de presse du Département d’État note que des membres de l’ELN sont à Cuba en raison de « protocoles de négociation de paix ». Le ministre cubain des Affaires étrangères, Bruno Rodríguez, a qualifié les accusations de malhonnêtes et « facilitées par l'attitude ingrate du gouvernement colombien » qui a interrompu les pourparlers avec l'ELN en 2019. Il convient également de noter que l'Équateur était l'hôte initial des pourparlers entre l'ELN et la Colombie, mais Cuba a été invitée à intervenir après que le gouvernement Moreno a abdiqué ses responsabilités en 2018.

La classification de Cuba comme « ne coopérant pas » avec la lutte contre le terrorisme pourrait conduire à ce que Cuba soit placée sur la liste américaine des États commanditaires du terrorisme, qui comporte des sanctions plus sévères. Cette idée a été lancée par un haut responsable de l'administration Trump à Reuters le mois dernier. Cuba figurait sur cette liste de 1982 à 2015, malgré le fait que, selon l'ancien responsable du Département d'État Jason Blazakis, « il a été légalement déterminé que Cuba n'était pas activement impliquée dans des violences qui pouvaient être définies comme du terrorisme selon toute définition crédible du mot. »

Bien entendu, les États-Unis ne sont pas en mesure de prétendre que d'autres pays ne coopèrent pas dans la lutte contre le terrorisme. Pendant des années (et jusqu'à sa mort), les États-Unis ont hébergé Luis Posada Carriles, cerveau du bombardement d'un avion civil cubain en 1976 qui a tué 73 personnes (ce que les autorités américaines elles-mêmes ont reconnu). Plus récemment, les États-Unis n'ont même pas encore commenté l'attaque du 30 avril contre l'ambassade de Cuba à Washington D.C., lorsqu'un homme a tiré sur le bâtiment avec un fusil automatique.

Bien qu'il y ait certainement des idéologues de droite comme le Secrétaire d'Etat Pompeo et le Sénateur Rubio qui orchestrent la campagne de pression maximale de Trump, pour Trump lui-même, la question de Cuba importe surtout dans la perspective des élections américaines. Sa ligne dure contre la minuscule nation insulaire a peut-être contribué à faire basculer la campagne pour l'élection du gouverneur de Floride pendant les élections de mi-mandat, mais il n'est pas sûr que cela le servira bien au cours d'une année présidentielle. Selon la sagesse conventionnelle et les sondages, les jeunes Cubano-Américains nombreux en Floride, et qui, comme la plupart des jeunes, n'ont pas tendance à voter aux élections de  mi-mandat, sont de plus en plus sceptiques à l'égard de l'embargo américain, et dans l'ensemble, Cuba n'est pas la question primordiale à leurs yeux. Trump a remporté le vote cubano-américain en 2016, mais Hillary Clinton a pris entre 41 et 47% pour cent de cet électorat, nettement plus que n'importe quel Démocrate depuis des décennies.

Ce sont là des signes qu'en tant que stratégie électorale, l'agression de Trump contre Cuba pourrait ne pas porter ses fruits. Bien sûr, la stratégie pourrait ne pas être uniquement une question de vote, mais aussi de financement et de garantie que la machine politique cubano-américaine soit fermement derrière Trump.

La stratégie n'a certainement pas porté ses fruits en ce qui concerne l'objectif de changement de régime. L'administration Trump est sans doute plus loin de réaliser un changement de régime à Cuba que les États-Unis ne l'ont jamais été en plus de 60 ans d'intervention. Pendant le mandat de Trump, Cuba est passée calmement de la présidence de Raul Castro à celle de Miguel Díaz-Canel. En 2019, les électeurs cubains ont massivement ratifié une nouvelle Constitution. Ce ne sont pas des signes d'un pays au bord de l'effondrement.

Voir Projet d’agression US au Venezuela : la lettre ouverte du Président Maduro au peuple américain

Tout ce que Trump a accompli est de [...]

Lire la suite sur https://lecridespeuples.fr/2020/06/21/trump-accable-cuba-de-sanctions-pendant-que-lile-combat-le-covid-19-partout-dans-le-monde/

Pour ne manquer aucune publication et soutenir ce travail censuré en permanence, partagez cet article et abonnez-vous à la Newsletter. Vous pouvez aussi nous suivre sur Facebook et Twitter.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Redon : un mutilé, les fautes du ministère de l’intérieur et la justice qui enterre
Le 19 juin 2021, en Bretagne, lors d’une opération menée pour interdire une rave party, Alban, 22 ans, a eu la main arrachée par une grenade tirée par les gendarmes. Le 11 mars 2022, le parquet de Rennes a classé sans suite. Pourtant, l’enquête démontre non seulement la disproportion de la force mais les responsabilités de la préfecture et du ministère de l’intérieur. Mediapart a pu consulter des SMS et des appels aux pompiers, accablants, enterrés par le procureur de la République.
par Pascale Pascariello
Journal
La majorité se montre embarrassée
Après les révélations de Mediapart concernant le ministre Damien Abad, visé par deux accusations de viol qui ont fait l’objet d’un signalement à LREM le 16 mai, la majorité présidentielle peine à justifier sa nomination au gouvernement malgré cette alerte. La première ministre a assuré qu’elle n’était « pas au courant ».
par Marine Turchi
Journal
La haute-commissaire de l’ONU pour les droits humains en Chine pour une visite à hauts risques
Michelle Bachelet entame lundi 23 mai une mission officielle de six jours en Chine. Elle se rendra au Xinjiang, où Pékin est accusé de mener une politique de répression impitoyable envers les populations musulmanes. Les organisations de défense des droits humains s’inquiètent d’un déplacement trop encadré et de l’éventuelle instrumentalisation. 
par François Bougon
Journal — Europe
À Kharkiv, des habitants se sont réfugiés dans le métro et vivent sous terre
Dans le métro ou sous les bombardements, depuis trois mois, la deuxième ville d’Ukraine vit au rythme de la guerre et pense déjà à la reconstruction.
par Clara Marchaud

La sélection du Club

Billet de blog
La condition raciale made in USA
William Edward Burghardt Du Bois, alias WEB Du Bois, demeure soixante ans après sa mort l’une des figures afro-américaines majeures du combat pour l’émancipation. Magali Bessone et Matthieu Renault nous le font mieux connaître avec leur livre « WEB du Bois. Double conscience et condition raciale » aux Editions Amsterdam.
par Christophe PATILLON
Billet de blog
Racisme systémique
Parler de « racisme systémique » c’est reconnaître que le racisme n’est pas uniquement le fait d’actes individuels, pris isolément. Non seulement le racisme n’est pas un fait exceptionnel mais quotidien, ordinaire : systématique, donc. Une définition proposée par Nadia Yala Kisukidi.
par Abécédaire des savoirs critiques
Billet de blog
Pap Ndiaye : la nouvelle histoire des migrations
En décembre dernier, en direct de Pessac, Pap Ndiaye a évoqué de façon magistrale la nouvelle histoire des migrations, estimant que la France n’est pas un bloc, mais faite de « variations ». On se grandit en les prenant en compte, disait-il, contrairement au projet des « marchands de haine ».
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
L'extrême droite déchaînée contre Pap Ndiaye
Le violence des propos Pap Ndiaye, homme noir, annonce une campagne de criminalisation dangereuse, alors que les groupes et militants armés d'extrême droite multiplient les menaces et les crimes.
par albert herszkowicz