Le Cri des Peuples
Traducteur et blogueur. Site principal : lecridespeuples.fr
Abonné·e de Mediapart

806 Billets

0 Édition

Billet de blog 13 oct. 2021

Le Mali accuse la France d'entraîner des groupes terroristes sur son territoire

Le Mali a des preuves que la France entraîne des groupes militants sur son territoire, selon le Premier ministre du pays

Le Cri des Peuples
Traducteur et blogueur. Site principal : lecridespeuples.fr
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Source : RT, 8 octobre 2021

Traduction : lecridespeuples.fr

Les groupes militants de la région de Kidal, au nord du Mali, ont été entraînés par des officiers français, a affirmé le Premier ministre Choguel Kokalla Maiga dans une interview à RIA Novosti, affirmant que les deux tiers de son pays sont « occupés par des terroristes ».

Le Mali a des preuves que les forces françaises présentes sur son territoire avec pour mission de contrer les groupes terroristes ont à la place « formé » des militants, a déclaré vendredi le Premier ministre du gouvernement de transition à l'agence de presse russe RIA. Selon le responsable malien, la France contrôle désormais une enclave à Kidal, le Mali n'y ayant pas accès.

Voir En Syrie, Lafarge a financé Daech avec la bénédiction de la France, qui armait les groupes ‘rebelles’

« Ils ont des groupes militants là-bas, qui ont été formés par des officiers français. Nous en avons la preuve. Il existe une expression dans notre langue qui dit que lorsque vous cherchez une aiguille dans votre chambre et que quelqu'un, censé vous aider dans la recherche, se tient sur cette aiguille, vous ne la trouverez jamais. C'est donc la situation qui se passe actuellement au Mali, et nous ne voulons pas le supporter », a déclaré Maiga.

© Le Cri des Peuples

L'homme politique a expliqué que les terroristes opérant maintenant au Mali « venaient de Libye », la France et ses alliés ayant détruit l'État nord-africain lors d'une intervention militaire aux conséquences désastreuses en 2011 dirigée par l'OTAN. Initialement, Bamako voulait coopérer avec Paris dans la lutte contre les terroristes et a demandé de l'aide en matière de données de renseignement et de soutien aérien. « Personne n'a demandé sa présence sur le terrain », a déclaré le Premier ministre.

Alors qu' « il y a huit ans les terroristes n'étaient présents que dans le nord du Mali, à Kidal, aujourd'hui les deux tiers du pays sont occupés par des terroristes », a-t-il ajouté.

Wesley Clark : " L'OTAN a créé Daech pour combattre le Hezbollah " © 

En 2014, la France a lancé son opération Barkhane dans la région, s'étant associée aux autorités locales pour contrer et réprimer les groupes terroristes, y compris les militants liés à Al-Qaïda, et stabiliser la situation dans les pays du G5 Sahel (Burkina Faso, Mali, Niger, Tchad et Mauritanie – toutes les anciennes colonies françaises). Plus tôt cette année, le Président français Emmanuel Macron a annoncé que son pays restructurerait sa présence militaire dans la région du Sahel en Afrique et fermerait ses bases dans le nord du Mali, cette opération devant être achevée d'ici le début de 2022.

Nasrallah : Daech, Al-Nosra et Al-Qaïda sont des instruments de l'impérialisme américain © Le Cri des Peuples

Voir ‘Morts pour Areva’ : au Sahel, la guerre de la France pour l’uranium est perdue d’avance

S'adressant à l'Assemblée générale des Nations Unies en septembre, Maiga a déclaré que Paris avait pris cette décision sans concertation, et avait abandonné son pays.

Une campagne diplomatique et médiatique massive a été déployée contre le Mali depuis, a déclaré le ministre dans le dernier entretien accordé à l'agence de presse russe. Mais son Etat « ne veut que des partenaires fiables, agissant dans l'intérêt du pays », a-t-il dit, ajoutant que le Mali, étant une nation souveraine, « y a droit ».

© Le Cri des Peuples

Dans la querelle diplomatique entre Bamako et Paris, le Président Macron, s'adressant aux médias français, a suggéré que l'actuelle administration intérimaire du Mali n'est « même pas un gouvernement ». Il a affirmé que sans l'implication de la France, le pays aurait depuis longtemps été envahi par les terroristes. Le ministère malien des Affaires étrangères a convoqué l'émissaire français pour exprimer « l'indignation et la désapprobation » des propos de Macron, tout en exhortant les autorités françaises à construire une relation basée sur le « respect mutuel », en mettant l'accent sur la lutte contre le terrorisme.

Pour soutenir ce travail censuré en permanence (y compris par Mediapart) et ne manquer aucune publication, faites un don, partagez cet article et abonnez-vous à la Newsletter. Vous pouvez aussi nous suivre sur TwitterFacebookYoutube et VKontakte.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal
2022 : contrer les vents mauvais
« À l’air libre » spécial ce soir : d’abord, nous recevrons la rappeuse Casey pour un grand entretien. Puis Chloé Gerbier, Romain Coussin, et « Max », activistes et syndicalistes en lutte seront sur notre plateau. Enfin, nous accueillerons les représentants de trois candidats de gauche à l'élection présidentielle : Manuel Bompard, Sophie Taillé-Polian et Cédric van Styvendael.
par à l’air libre
Journal
LR : un duel Ciotti-Pécresse au second tour
Éric Ciotti est arrivé en tête du premier tour du congrès organisé par Les Républicains pour désigner leur candidat ou leur candidate à l’élection présidentielle. Au second tour, il affrontera Valérie Pécresse, qui a déjà reçu le soutien des éliminés Xavier Bertrand, Michel Barnier et Philippe Juvin.
par Ilyes Ramdani
Journal — Justice
La justice révoque le sursis de Claude Guéant, le procès des sondages de l’Élysée rouvert
La justice vient de révoquer en partie le sursis et la liberté conditionnelle dont l’ancien bras droit de Nicolas Sarkozy avait bénéficié après sa condamnation dans le scandale des « primes » du ministère de l’intérieur. Cette décision provoque la réouverture du procès des sondages de l’Élysée : le tribunal estime que Claude Guéant n’a peut-être pas tout dit lors des audiences sur sa situation personnelle.
par Fabrice Arfi et Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
« Nous, abstentionnistes » par Yves Raynaud (3)
Voter est un droit acquis de haute lutte et souvent à l'issue d'affrontements sanglants ; c'est aussi un devoir citoyen dans la mesure où la démocratie fonctionne normalement en respectant les divergences et les minorités. Mais voter devient un casse-tête lorsque le système tout entier est perverti et faussé par des règles iniques...
par Vingtras
Billet d’édition
2022, ma première fois électorale
Voter ou ne pas voter, telle est la déraison.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
L'extrême droite a un boulevard : à nous d'ériger des barricades
Un spectre hante la France… celui d’un pays fantasmé, réifié par une vision rance, une France qui n’a sûrement existé, justement, que dans les films ou dans les rêves. Une France muséale avec son glorieux patrimoine, et moi je me souviens d’un ami américain visitant Versailles : « je comprends mieux la Révolution française ! »
par Ysé Sorel
Billet de blog
Le bocal de la mélancolie
Eric Zemmour prétend s’adresser à vous, à moi, ses compatriotes, à travers son clip de candidat. Vraiment ? Je lui réponds avec ses mots, ses phrases, un lien vidéo, et quelques ajouts de mon cru.
par Claire Ze