Hommage de Hassan Nasrallah au Yémen : les Saoud sont les descendants des Quraysh

Discours du Secrétaire Général du Hezbollah, Sayed Hassan Nasrallah, le 11 septembre 2018, à l'occasion de la première nuit du mois de Muharram, qui marque le début du calendrier hégirien et de la commémoration du martyre de l'Imam Hussein, tué le 10e jour de Muharram.

Traduction : http://sayed7asan.blogspot.fr

Soutenez ce travail et abonnez-vous à la Page Facebook et à la chaine Vimeo pour contourner la censure

Hommage de Hassan Nasrallah au Yémen : les Saoud sont les descendants des Quraysh © Sayed Hasan

Transcription :

[...] Du fait des circonstances, à savoir les persécutions (contre les musulmans), la situation difficile, les événements (mort de son oncle Abou Talib et de son épouse Khadija, qui étaient ses protecteurs), le Prophète, que les bénédictions de Dieu soient sur lui et sur sa famille, a commencé à penser sérieusement à une alternative à La Mecque.

Il a frappé aux portes de la ville de Taëf... Au Liban, on connaît tous la ville de Taëf, du fait de l'accord de Taëf (signé en 1989, et mettant fin à la guerre civile au Liban), et je le précise pour les jeunes, Taëf est une ville du Hijaz, proche de La Mecque. Le Prophète, que les bénédictions de Dieu soient sur lui et sa famille, s'est rendu à Taëf, demandant à ses habitants de l'assister, de le protéger et de le secourir, mais ils ont refusé et l'ont agressé, envoyant contre lui leurs enfants et leurs simples d'esprit qui l'ont criblé de pierres.

L'autre alternative qui s'est présentée fut la ville de Yathrib, qui a été appelée par la suite la Ville (Médine) Illuminée. Lorsqu'on dit Médine (la ville), dans les usages musulmans et au sein de la Communauté islamique à travers l'histoire, lorsqu'on dit Médine, ou La Mecque et Médine, on désigne la ville de Yathrib. Ce mot Médine (signifiant la ville) est devenu la distinction particulière de la ville de Médine (qu'on désigne simplement comme « la ville », ville du Prophète).

Les habitants de Yathrib, qui appartenaient majoritairement aux tribus des Aws et des Khazraj – et je précise au passage que les Aws et les Khazraj étaient deux tribus yéménites, il faut bien le garder à l'esprit. Deux tribus yéménites. Les Quraych, originaires du Hijaz, ont commis tous les méfaits et crimes possibles contre le Prophète, ses Compagnons et ceux qui ont cru en lui, et les habitants de la ville yéménite (Médine) sont ceux qui sont allés d'eux-mêmes auprès de l'Envoyé de Dieu, qui ont cru en sa religion, en sa prophétie et en son appel, et lui ont fait serment d'allégeance, de protection, d'entretien, d'assistance et de secours, ils ont confirmé leur allégeance en deux étapes, et ont fait tous les serments requis au Prophète, que les bénédictions de Dieu soient sur lui et sur sa famille.

Le Prophète était donc sur le point de se rendre dans une autre ville. Le fait qu'une autre solution se présente, à savoir Médine, a poussé les Quraych à accélérer une décision qu'ils hésitaient à prendre, et il y a un lien fort entre l'émergence d'une alternative et la décision des Quraych de tuer le Prophète, que les bénédictions de Dieu soient sur lui et sur sa famille. Les Quraych avaient envisagé (de tuer le Prophète) de longue date.

De qui parle-t-on lorsqu'on dit les Quraych, mes frères et soeurs ? D'Abou Sufyan, d'Abou Jahl, d'Umayya bin Khalaf, d'Al-Hakam, d'Al-Walid fils d'untel, etc. Tels sont les Quraych. C'est un groupe de tribus qui ont leurs chefs, qui étaient les plus éminents représentants et les décideurs des Quraych. Quraych est le nom d'une grande tribu regroupant plusieurs tribus. Bien sûr, les Banou Hachim (famille du Prophète) appartenaient aussi aux Quraych, de même que les Banou Oumayya, les Banou Makhzum, etc. (mais lorsqu'on parle des Quraych, on désigne seulement
les ennemis irréductibles du Prophète). [...]

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.