Le Yémen dévaste les installations pétrolières saoudiennes...

... et l'Iran se déclare prêt à la guerre contre les Etats-Unis

Sources : Russia Today, Reuters, ISWNews

Traduction et édition : lecridespeuples.fr

1280x680-000-12v6gq

L’Iran a rejeté les allégations américaines l’accusant des attaques de drones qui ont réduit de moitié la production de pétrole de l’Arabie Saoudite. Un Haut commandant du Corps des Gardiens de la Révolution Islamique a averti Washington que Téhéran était prêt à la guerre.

Les affirmations selon lesquelles l’Iran serait à l’origine des attaques de drones sur les installations pétrolières saoudiennes sont « non fondées » et fausses, a déclaré dimanche le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Seyyed Abbas Mousavi. Il a également déclaré que des responsables à Washington accusaient l’Iran afin de ternir son image sur la scène mondiale en vue de la préparation d’ « actions futures » contre Téhéran : « Les Américains ont adopté la politique de ‘pression maximale’ contre l’Iran, qui, en raison de son échec, penche vers les ‘mensonges maximaux’. »

Samedi, les résistants Houthis au Yémen ont revendiqué l’envoi de 10 drones armés sur deux raffineries saoudiennes exploitées par Aramco, et situées à plus de 1000 kilomètres de la frontière yéménite. Yahya Sari’, le porte-parole des forces armées yéménites, a déclaré :

Grâce à Dieu le Tout-Puissant, notre force aérienne a mené une vaste opération offensive avec dix drones ciblant les raffineries Buqaiq et Khurais affiliées à Aramco dans la région orientale de l’Arabie saoudite ce matin. Le tir était précis et direct, et cette opération a été nommée le second équilibre de dissuasion.

Ce processus s’inscrit dans le cadre de notre droit naturel et légitime de réagir aux crimes d’agression et au siège en cours contre notre pays depuis cinq ans.

Cette opération est l’une des plus grandes opérations menées par nos forces dans les profondeurs de l’Arabie Saoudite. Elle s’est déroulée après une opération de renseignement précise, une surveillance avancée et la coopération d’hommes honorables et libres au sein du Royaume.

Les attaques ont provoqué des incendies massifs et d’autres dégâts sur les sites, réduisant de moitié la production de pétrole du royaume. Le ministre saoudien de l’énergie, le prince Abdulaziz bin Salman, a déclaré que les attaques sur les installations pétrolières du royaume avaient partiellement stoppé la production de pétrole brut et de gaz produit par le premier exportateur mondial de pétrole. Les attaques sur les installations d’Aramco à Abqaiq et à Khurais ont réduit de quelque 5,7 millions de barils par jour l’approvisionnement en pétrole brut de la société, a-t-il ajouté.

Les Houthis avaient précédemment revendiqué des attaques similaires à l’aide de drones et de missiles contre l’Arabie Saoudite, qui ont ciblé des cibles militaires ou des stations de pompage de pétrole. Les Saoudiens ont lancé une campagne de bombardement aérien dévastatrice au Yémen, où ils sont intervenus en 2015 au nom du Président déchu Abdrabbuh Mansur Hadi. Cette guerre a causé des dizaines de milliers de morts et est considérée par l’ONU comme la plus grave catastrophe humanitaire contemporaine. Un rapport publié par le Conseil des droits de l’homme de l’ONU au début du mois a dénoncé les crimes de guerre de la coalition saoudienne, soulignant la complicité des Etats-Unis, de la Grande-Bretagne et de la France. Les forces de Résistance yéménites avaient récemment promis d’élargir leurs frappes si l’agression saudo-américaine ne cessait pas, et elles ont réitéré ces menaces :

Nous promettons au régime saoudien que nos futures opérations se développeront davantage et seront plus douloureuses que jamais tant qu’il poursuivra son agression et son siège.

Nous affirmons que notre banque d’objectifs s’agrandit de jour en jour et qu’il n’y a pas de solution pour le régime saoudien si ce n’est de mettre un terme à l’agression et au siège de notre pays.

Le secrétaire d’Etat américain, Mike Pompeo, a pour sa part accusé directement l’Iran : « L’Iran a lancé une attaque sans précédent contre la source d’approvisionnement mondiale en énergie. Il n’y a aucune preuve que ces attaques viennent du Yemen », a-t-il tweeté. Le sénateur Lindsey Graham a même affirmé que les États-Unis devaient réagir en frappant les raffineries de Téhéran.

Le Commandant de la force aérospatiale du Corps des Gardiens de la Révolution Islamique (IRGC), le Brigadier-Général Amir Ali Hajizadeh, a averti que l’Iran était tout à fait prêt à prendre des mesures de représailles s’il était attaqué : «Tout le monde devrait savoir que toutes les bases américaines et leurs navires jusqu’à une distance de 2 000 kilomètres [de l’Iran] se trouvent à portée de nos missiles. »

Soutenez ce travail censuré en permanence en partageant cet article et en vous abonnant à la Newsletter.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.