L’accusation d’antisémitisme, arme ultime des complices d’Epstein

Culpabilité par accusation ? Alan Dershowitz et Maria Farmer

Analyse et réfutation des accusations d’Alan Dershowitz, ami et avocat d’Epstein (et grand défenseur d’Israël), dans son article intitulé Un témoin-clé de l’Affaire Epstein fait des déclarations antisémites.

Par Vernon Thorpe, le 12 août 2020

Article republié par Norman Finkelstein avec le commentaire suivant : « Un connard joue la carte de l’antisémitisme. Un homme intègre le démasque. » (Finkelstein utilise les mots « schmuck » et « mensch », issus du yiddish).

Source : unz.com

Traduction : lecridespeuples.fr

Alan Dershowitz, dans Culpabilité par accusation, écrit au sujet des accusations concernant sa prétendue inconduite sexuelle :

« Les preuves n’étaient plus importantes. C’était l’accusation qui importait, ainsi que l’identité de l’accusateur et celle de l’accusé. La présomption est passée de l’innocence à la culpabilité. Pour un homme, traiter un faux accusateur de menteur est devenu un péché politique, même si l’accusé avait des preuves tangibles des mensonges de l’accusateur, comme c’était mon cas. »

Le but principal de son petit livre est de saper la crédibilité de Virginia Roberts Giuffre qui, en plus d’être un témoin de premier plan contre Jeffrey Epstein, l’ami de Dershowitz et son ancien client, a affirmé que ce dernier l’avait contrainte à avoir des relations sexuelles avec M. Dershowitz.

Maintenant que Jeffrey Epstein est mort et que Ghislaine Maxwell a été arrêtée et inculpée, nous ne pouvons qu’espérer que les tribunaux iront au fond des choses et découvriront ce qui s’est réellement passé ou non.

Cependant, M. Dershowitz, en plus de rédiger ses arguments en faveur de la défense concernant Virginia Giuffre, a également déployé des efforts pour discréditer une autre personne qui a porté contre lui des accusations sérieuses. Cette personne est Maria Farmer, qui travaillait pour Epstein, et dont les allégations contre lui et d’autres personnalités sont relatées dans le documentaire de Netflix Jeffrey Epstein: Filthy Rich.

Bien que Farmer ne prétende pas avoir été abusée par Dershowitz, elle déclare dans un affidavit qu’elle a vu Dershowitz à plusieurs reprises au manoir d’Epstein à New York où elle travaillait, « montant à l’étage où se trouvaient alors des jeunes filles de moins de 18 ». Dershowitz nie vigoureusement que cela était même possible, affirmant qu’il n’a rencontré Epstein que « bien après qu’elle [Farmer] ait cessé de travailler pour lui ». Selon Dershowitz, Farmer a cessé de travailler pour Epstein « au début de l’été 1996 », alors que Dershowitz n’aurait rencontré Epstein pour la première fois, via Lynn Forester (Lady d’Rothschild), qu’à l’été 1996. Cependant, Farmer affirme dans une interview avec le journaliste Whitney Webb que Dershowitz a rencontré Epstein des années avant cette date alléguée, via Bert Fields, l’époux de Barbara Guggenheim.

Curieusement, Dershowitz, dans son récent article visant à discréditer Farmer, ne mentionne pas la seule fois où il est désigné nommément dans le long interview téléphonique de Webb. Au lieu de cela, il se propose de dépeindre Farmer comme une personne qui peut avoir « été motivée par les vues antisémites qu’elle entretient depuis longtemps, pour accuser à tort des Juifs de premier plan d’inconduite sexuelle ».

12368020-0-image-a-23_1555463657166

Jeffrey Epstein, Maria Farmer et Alan Dershowitz

C’est cette suggestion et d’autres faites dans l’article que je veux examiner ici. Notez que les affirmations de Farmer sur Dershowitz sont en fait relativement légères et loin des accusations sordides que nous pourrions attendre de la part d’un menteur antisémite ; de fait, la référence de Dershowitz aux « Juifs de premier plan », au pluriel, peut suggérer qu’il tente de saper les affirmations de Farmer sur Epstein, Maxwell et peut-être d’autres, plutôt que seulement sur lui-même.

Les affirmations de Dershowitz à propos de l’antisémitisme présumé de Farmer constituent une grande partie des « preuves » qu’il présente pour saper l’autorité du témoignage que Farmer prétend fournir en tant que victime présumée d’Epstein. Si Farmer peut être présentée comme une antisémite délirante ayant une attitude d’hostilité viscérale envers le peuple juif, alors son témoignage deviendra plus discutable tant aux yeux du public qu’aux yeux des juges.

Dershowitz, faisant référence à l’interview de Farmer avec Webb (qui est disponible sur Youtube en deux parties ici et ici), fait les affirmations suivantes dans son article de NewsMax intitulé Un témoin-clé de l’Affaire Epstein fait des déclarations antisémites.

Dershowitz commence son article en citant, entre guillemets, six déclarations que Farmer aurait faites au cours de l’entretien.

Les voici :

  • « J’en ai vu de toutes les couleurs avec tous les Juifs. »
  • « Je pense que ce sont les Juifs. »
  • « Ils pensent que l’ADN juif est meilleur que le reste d’entre nous. »
  • « Ces gens croient vraiment qu’ils sont élus, chacun d’entre eux. »
  • « Tous les Juifs que j’ai rencontrés sont des pédophiles qui dirigent l’économie mondiale. »
  • « Ce sont des ‘suprémacistes juifs’ et ils sont ‘tous connectés’ à travers une mystérieuse organisation appelée MEGA, qui est dirigée par Leslie Wexner qui est ‘la tête du serpent’ ».

La plupart des lecteurs, en lisant ces déclarations, concluraient que la personne qui les a prononcées est a une attitude extrêmement hostile et fanatique envers les Juifs en général et est sujette au genre d’idées complotistes qui s’installent dans l’esprit des gens à tendance paranoïaque.

Que se passe-t-il si nous écoutons réellement l’interview, à laquelle Dershowitz n’a fourni aucun lien ou référence ? Comme il n’existe pas de transcription de l’entretien, j’ai retranscrit moi-même les sections pertinentes de celui-ci, ainsi que le timing, afin que les lecteurs puissent en vérifier l’exactitude.

Extrait 1

« Ils pensent que l’ADN juif est meilleur que le reste d’entre nous. »

Ce propos est cité par Dershowitz comme un exemple du « fanatisme que Maria Farmer a vomi lors d’une interview de deux heures qui peut être écoutée en ligne. »

Voici ce que Farmer a réellement dit, dans la section pertinente de l’interview (et la seule fois où elle a parlé d’ADN) :

    14.09-14.41 ADN

« Quand j’ai appelé Ghislaine [Maxwell] et lui ai demandé pourquoi je ne pouvais pas manger là-bas [dans un country club privé et exclusif], elle a répondu : ‘C’est un country club juif, et vous n’êtes pas juive, ils ne vous serviront pas. » C’est comme ça que cette femme m’a parlé, ouais. C’est comme ça que ces gens pensent, Whitney. Je le jure devant Dieu, ils pensent que leur ADN est meilleur que celui des autres, je vous le jure. C’était un thème qu’ils évoquaient tout le temps. Que ce soit Eileen Guggenheim, Jeffrey Epstein, Ghislaine. C’était un thème récurrent. »

Il ressort clairement du contexte que Farmer, quand elle dit « Ils », se réfère à l’ensemble des personnes qu’elle mentionne et non à tous les Juifs. Pourtant, Dershowitz, en supprimant le contexte de la citation, amène le lecteur à supposer que « Ils » est une attribution universelle de certaines vues suprémacistes aux Juifs en général, le type même de généralisation que pourrait faire une personne véritablement haineuse à l’égard des Juifs.

epstein-island-wired-for-video-1-1

Extrait 2

    « J’en ai vu de toutes les couleurs avec tous les Juifs. »

    « Je pense que ce sont les Juifs. »

« Tous les juifs que j’ai rencontrés sont des pédophiles qui dirigent l’économie mondiale. »

Le contexte de ces citations peut être vu ci-dessous.

1h24.05

« J’étais vraiment contente d’être recluse dans un bled obscur de péquenauds. J’ai dû vivre dans des endroits horribles pleins de péquenauds ignorants et c’était un soulagement parce qu’ils n’étaient pas des élites, vous savez. C’est juste que pendant longtemps, j’en ai vu de toutes les couleurs avec les Juifs, je vais être honnête avec vous. Pendant longtemps, je me disais que tous les Juifs étaient comme ça. Je ne sais pas, parce que ma sœur me disait : ‘Maria, ce sont juste ceux que tu as rencontrés, ce sont ces gens.’ C’est juste une coïncidence malheureuse que tous les Juifs que j’ai rencontrés soient également des pédophiles qui dirigent l’économie mondiale, vous savez. Donc ça vous donne comme un mauvais goût dans la bouche. Mais David Icke m’a en quelque sorte aidée avec ça. Je le comprends en quelque sorte mieux maintenant, mais, euh, ça a l’air dur. Vous savez, ils nous ont fait un tas de saloperies, à nous toutes. Nous avons toutes vécu un cauchemar à cause des abus, vous savez. Après une telle expérience, il est donc difficile de ne pas y aller franchement et de se dire que tous ces gens sont comme ça alors que ce n’est pas vrai, pas tous, juste une grande partie des élites sont comme ça. »

La première chose à noter ici est que Dershowitz supprime les mots « pendant longtemps » des première et deuxième citations. S’il avait gardé les phrases complètes, cela aurait pu amener ses lecteurs à se demander comment avait évolué l’attitude de Maria Farmer et si elle s’est distancée ou est en train de se distancer de ses conceptions précédentes. Comparez cela avec la manière dont vous réagiriez en entendant que quelqu’un a dit : « Pendant longtemps, j’ai cru que les Noirs étaient inférieurs », par opposition à votre réaction si on vous rapporte que cette personne a simplement dit « les Noirs sont inférieurs ».

Farmer se distancie explicitement d’une position fanatique envers « tout le peuple juif », se présentant comme une personne qui essaye justement de revenir d’une telle attitude. Dans ce contexte, elle se réfère aux conseils de sa sœur et, de façon alarmante, à celui de David Icke qui a certainement baigné dans des théories complotistes insensées concernant des reptiliens et les Protocoles des Sages de Sion. Ce n’est pas le meilleur choix pour un guide, pour le dire légèrement, et c’est un signe inquiétant de la naïveté de Farmer, mais le fait est qu’elle résiste activement à une tendance à la haine qu’elle présente comme résultant de ses expériences traumatisantes.

Encore une fois, elle fait référence aux personnes spécifiques qu’elle a rencontrées dans l’entourage d’Epstein, qui, selon elle, sont de puissants pédophiles qui dirigent l’économie mondiale. Et elle suggère qu’à la suite des abus qu’elle affirme avoir subis de la part de personnes appartenant à cette élite, elle a développé une attitude envers les Juifs qui était haineuse et à laquelle elle tente de résister. Elle ne nie pas avoir parfois brouillé la ligne entre les Juifs en général et la conduite criminelle arrogante de l’élite dont elle a été victime, mais il faut se rappeler qu’elle était une jeune femme au moment des abus présumés et qu’elle a depuis lutté contre ses préjugés, dans l’espoir de les surmonter.

Il n’est guère inhabituel que les victimes d’abus développent des attitudes négatives et irrationnelles envers des groupes de personnes qui partagent des caractéristiques avec leurs agresseurs. Il n’est pas rare que les femmes victimes de viol luttent pour ne pas avoir d’attitudes négatives envers tous les hommes ou envers tous les hommes qui partagent certaines caractéristiques avec les hommes qui les ont violées. Très souvent, ces victimes savent que de telles attitudes sont irrationnelles et luttent contre elles. Ou pensez aux attitudes envers « tous les Allemands » de certaines victimes de l’Holocauste, ou envers « les Japonais » des prisonniers britanniques des Japonais pendant la Seconde Guerre mondiale, ou aux attitudes des victimes juives et palestiniennes du terrorisme envers ceux qu’ils identifient avec les terroristes. Citer Maria Farmer d’une manière qui censure délibérément ses luttes avec les attitudes du passé et la dépeint comme une simple fanatique qu’il faut condamner, c’est censurer la voix de quelqu’un qui tente peut-être simplement de se remettre des dommages qui lui ont été infligés.

Extrait 3

« Ces gens croient vraiment qu’ils sont élus, chacun d’entre eux. »

Maria Farmer ne dit pas vraiment ce que Dershowitz lui attribue (en combinant deux extraits de phrases différentes). Encore une fois, « chacun d’entre eux » fait clairement référence à un groupe spécifique, à savoir l’entourage d’Epstein.

    1h32.04 – 1h32.47

    « Vous ne pouvez pas imaginer la façon dont Jeffrey et Ghislaine parlaient des Afro-Américains. Ça me faisait frémir, littéralement. Quiconque n’était pas juif, et vous devriez écrire à ce sujet, mais la façon dont ils en parlaient était vraiment horrible et cela m’a montré beaucoup de choses sur la façon dont ces gens croient vraiment qu’ils sont élus pour faire quelque chose ici. Je ne sais pas, c’est incroyable pour moi. Je veux dire, et c’était vraiment chacun d’entre eux, la façon dont ils parlaient. Et une fois, j’ai entendu Isabelle dire à sa mère Eileen [Guggenheim] ‘Maman, pourquoi appelles-tu Maria une rien du tout’ et elle a répondu : ‘Chérie, Isabelle, Maria n’est pas juive, elle n’est donc rien du tout.’ Vous pouvez donc comprendre pourquoi, depuis environ 20 ans… »

Extrait 4

« Ce sont des ‘suprémacistes juifs’ »

1h 33.45-1hr34.04

« C’est un problème, cet élitisme est très profond et ce sont eux qui promeuvent le racisme, ce sont eux qui poussent les Blancs [à des attitudes racistes], qui disent qu’il y a du suprémacisme blanc, ce qui peut-être existe dans certains groupes de péquenauds du Sud ignorants. Mais [la vérité est que] je ne connais aucun suprémaciste blanc mais je sais que je connais beaucoup de suprémacistes juifs, ce sont tous des élites et ils sont tous connectés. Et ce sont les plus grands suprémacistes que j’aie jamais rencontrés. Et les choses qu’ils disent sur les Noirs m’ont fait pleurer. Je le jure devant Dieu. Cela m’a rendue malade. »

Notez qu’encore une fois, Dershowitz déforme complètement le propos de Farmer, toujours en dépouillant la citation de son contexte afin de conduire ses lecteurs à supposer que « Ils » se réfère à tous les Juifs, plutôt qu’à Jeffrey Epstein, Ghislaine Maxwell et leur entourage. On peut croire que pour Dershowitz, quelqu’un qui condamnerait les suprémacistes blancs qu’il aurait rencontrés en se référant à ce groupe particulier avec le pronom « ils » pourrait être condamné comme ayant une attitude haineuse envers tous les Blancs, même s’il spécifie bien dans la même interview qu’il ne parle pas de tous les Blancs mais seulement de ceux dont il a été victime.

Il vaut la peine de citer maintenant Farmer en détail pour avoir un aperçu des niveaux de malhonnêteté auxquels Dershowitz peut s’abaisser.

PARTIE 2

34,19 – 37,27

    « Maria Farmer : Alors Jeffrey et Ghislaine étaient au domaine, ils ont dû venir peut-être trois fois pour rendre visite à Wexner pendant que j’y étais. Et ils allaient le rencontrer, puis ils revenaient. Et Ghislaine a dit qu’ils travaillaient sur toutes ces œuvres caritatives israéliennes pour les étudiants et pour, vous savez, le peuple juif. Et je me souviens avoir pensé ‘Oh c’est bizarre’. Et elle a repris en disant ‘Tu ne comprends pas notre loyauté envers Israël, Maria. Tu ne comprends pas notre fidélité.’ Elle a ajouté : ‘A moins d’avoir la double citoyenneté, tu ne peux tout simplement pas comprendre.’ Elle disait ‘Votre peuple ne pourrait jamais comprendre.’ Elle disait : ‘Mon peuple, ton peuple, le peuple élu’, toutes ces conneries. Et j’étais juste… Laissez-moi vous dire quelque chose, si je suis sortie de tout ça sans être raciste du tout, c’est un p*** de miracle. Parce que je lutte tous les jours avec ça. Je suis là à me dire argh, j’ai été tellement abusée. Je suppose que cela aurait pu arriver de la part de n’importe quel groupe, mais il se trouve que ce sont eux qui contrôlent le monde. C’est difficile, c’est vraiment difficile, ce groupe spécifique d’élites. Il est vraiment difficile de ne pas simplement les détester, vous savez. Je ne me suis pas remis de ma haine pour Ghislaine et de la façon dont elle…

     Whitney Webb : Je pense aussi qu’ils essaient de regrouper tout le monde délibérément, vous savez, afin de se protéger.

     MF : Oui.

     WW : Je pense que c’est très intentionnel.

     MF : C’est très intentionnel.

     WW : Je ne peux pas vous blâmer de ressentir cela compte tenu de ce que vous avez dû traverser.

     MF : C’est vrai. Eh bien, ce n’est pas vraiment ce que je ressens. Laissez-moi vous parler de mon parcours. Chaque petit ami que j’ai eu était très juif, à 100%, et jamais, je veux dire, j’ai eu les meilleures relations à New York, je veux dire, c’étaient les gars les plus patients, je ne sais pas pourquoi ils me supportaient, j’y repense et ceux-là étaient les gens les plus gentils. Donc il y avait les quatre petits amis que j’ai eus et tous ceux qui sont entrés en contact avec eux me disent ‘Tu sais quoi, Maria, tes petits amis t’aimaient beaucoup et ne disent que de belles choses sur toi’. J’ai donc eu de très bonnes expériences, mais c’était le truc d’Eileen Guggenheim et la Ghislaine et tout ça qui m’a vraiment aigri contre les religieux, contre la religion en général, si vous voulez connaître la vérité. Quand la religion est utilisée contre les gens. Et euh juste tout ça. Ça m’a vraiment aigrie. Et je n’ai pas, je ne fais pas totalement confiance aux gens, même si j’ai des amis juifs, j’ai encore des problèmes de confiance à cause (de ce que j’ai vécu), et c’est tellement injuste pour eux – rationnellement je sais que c’est injuste, mais j’ai été tellement, vous savez, ébouillantée par l’eau chaude, vous savez, je ne peux tout simplement pas, je ne peux pas, je ne peux pas remettre ma main dedans. C’est trop dur en ce moment.

     WW : C’est normal, c’est logique.

     MF : Mais je ne ressens pas totalement cela. Je suis juste honnête. Je suis une personne très honnête, Whitney. Et la plupart des gens ne parleront jamais de ces choses. Et je ne suis pas… et l’autre chose qui me fait chier, c’est toutes ces conneries sur l’antisémitisme parce qu’ils qualifient (même) Bernie Sanders d’antisémite.

     WW : Oh oui, je sais.

     MF : Je me demande quand ça va se terminer.

     WW : C’est incontrôlable. Et toute cette histoire de double loyauté, vous ne pouvez pas en parler même si vous venez de mentionner ce que Ghislaine vous a dit (à ce sujet), n’est-ce pas ? Sheldon Adelson dit devant caméra que tout ce qui lui tient à cœur, c’est d’être un bon citoyen d’Israël, et il est le principal donateur politique des États-Unis. Donc le fait que nous n’ayons pas le droit d’en parler est, à mon avis, très troublant… »

 Quoi que l’on puisse penser des affirmations de Farmer, il ne fait aucun doute que Dershowitz a concocté une calomnie grotesque, la dépeignant comme quelque chose qu’elle n’est pas à un large public qui n’écoutera jamais l’interview. Peut-être, en utilisant ses propres critères, devrions-nous commencer à remettre en question sa propre fiabilité en tant que témoin, en utilisant ses propres déclarations – non fabriquées ou présentées de manière trompeuse.

 

American Girls in Paris : le documentaire de CBS dénonçant les complices d'Epstein en France dès 1988 (Claude HADDAD) © Le Cri des Peuples

American Girls in Paris, le documentaire de CBS dénonçant les complices français de Jeffrey Epstein dès 1988 (Claude HADDAD et Jean-Luc BRUNEL-BENCHAMOUL)

Ce n’est pas comme si Dershowitz n’avait pas un bilan impressionnant en matière de diffamation et « d’assassinat de personnages » (salir pour discréditer) ; en particulier, blâmer les victimes est quelque chose qu’il s’est montré très disposé à faire.

Quelques exemples suffiront ici, mais ceux qui recherchent plus de documentation sur la fiabilité de Dershowitz devraient lire, pour commencer, David Samel, Norman Finkelstein et Tim Wilkinson.

Dershowitz a faussement affirmé que Norman Finkelstein soupçonnait sa propre mère (qui est passée par le Ghetto de Varsovie et les camps de concentration) d’être une « kapo » en déformant un récit émouvant de ses expériences que Finkelstein avait rappelées. Il a prétendu à tort et sans preuves que Walt et Mearsheimer se sont inspirés de sites Web « néonazis » pour leur travail sur le lobby israélien. Il a qualifié Richard Goldstone de « mesirah » [dénonciation d’un Juif par un Juif à des non-Juifs, entraînant l’excommunication] et a accusé Robert Fisk d’antisémitisme lorsqu’il a posé la question des causes possibles qui ont motivé les pirates de l’air du 11 septembre, déclarant aux auditeurs que Fisk était anti-américain et que « l’anti-américanisme est la même chose que l’antisémitisme ».

Les lecteurs peuvent consulter la réfutation approfondie par Finkelstein du livre de Dershowitz The Case for Israel (Défense d’Israël) dans Beyond Chutzpah, pour des exemples de son approche profondément partiale et éminemment peu fiable et de ses tentatives bien documentées de justifier de nombreux crimes de guerre, ainsi que sa défense de la torture.

Comme le souligne Finkelstein, Dershowitz affirme que « L’antisémitisme est le problème des fanatiques… Rien de ce que nous faisons ne peut profondément affecter l’esprit tordu de l’antisémite ». Comme le dit Finkelstein, « En résumé, les Juifs ne peuvent jamais être coupables de l’antipathie que les autres portent à leur égard : elle est toujours de leur fait, et pas de nôtre faute. » (Beyond Chutzpah, p. 81)

Un tel point mérite d’être rappelé lors de l’examen du livre de Dershowitz, The Case Against Israel’s Enemies (Contre les ennemis d’Israël). Dans ce dernier livre, il soutient que la dépossession des Palestiniens était méritée en raison de leur soutien à Hitler pendant la Seconde Guerre mondiale (en cela, il diffère de Joan Peters sur qui il s’est fortement appuyé en écrivant son ouvrage précédent The Case for Israel, dont il avait largement adopté les conclusions démenties). Il déclare que « La vérité est que les dirigeants palestiniens, soutenus par les masses palestiniennes, ont joué un rôle important dans l’Holocauste d’Hitler » (p. 196). Il n’existe, bien sûr, pas la moindre preuve de ce « rôle important », mais Dershowitz pense qu’il est acceptable de salir tout un peuple et d’utiliser de telles déclarations pour justifier les violations des droits de l’homme perpétrées contre ces mêmes personnes jusqu’à ce jour.

C’est une histoire familière. Ignorant le contexte historique et l’Occupation, Dershowitz affirme qu’ « ils » méritent ce qu’ils subissent parce que, eh bien, ils haïssent les sionistes sans aucune raison. Et en conséquence, nous pouvons ignorer en toute sécurité leur témoignage, forcément frauduleux, en ce qui concerne ce que Dershowitz appelle la « soi-disant Nakba palestinienne » (p. 206).

Maria Farmer n’est que la dernière victime des calomnies de Dershowitz. Avant de jeter les gens sous le bus, il est préférable de les déshumaniser, en ignorant les torts qui leur ont été causés afin de justifier l’assassinat de leur personnage (ou, en ce qui concerne Israël, les assassinats « ciblés » que soutient Dershowitz).

Le dernier article de Dershowitz fait partie de son plaidoyer pour les crimes d’Israël au fil des ans. Blâmer la victime, tout en se rendant invulnérable à la critique en dénigrant ceux qui osent critiquer, est une caractéristique de la carrière de Dershowitz.

Voir notre dossier sur l’affaire Epstein & sur l’instrumentalisation de l’accusation d’antisémitisme.

Pour soutenir ce travail censuré en permanence et ne manquer aucune publication, faites un don, partagez cet article et abonnez-vous à la Newsletter. Vous pouvez aussi nous suivre sur Facebook et Twitter.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.