« Saper la foi en l’OTAN » peut désormais vous faire bannir de Twitter

Certaines politiques sont devenues une religion, les hérésies étant passibles du bûcher de l'Inquisition !

Par Nebojsa Malic

Source : RT, 24 février 2021

Traduction : lecridespeuples.fr

Nebojsa Malic est un journaliste, blogueur et traducteur serbo-américain, qui a écrit une chronique régulière pour Antiwar.com de 2000 à 2015, et est maintenant rédacteur principal à RT.

L’hérésie contre l’OTAN a apparemment rejoint la liste sans cesse croissante des péchés qui vous feront bannir de Twitter, alors que Big Tech monte une croisade contre les infidèles de l’intérieur et à l’étranger au nom des valeurs de Notre Démocratie américaine.

Twitter a annoncé mardi le bannissement de 373 comptes liés à des « opérations d’information liées à des États ». Certains d’entre eux, a déclaré la société, « ont donné écho à des récits qui étaient alignés sur le gouvernement russe » ou « se sont concentrés sur le fait de saper la confiance dans l’alliance de l’OTAN et sa stabilité ».

Twitter est une société basée aux États-Unis, et le Premier Amendement de la Constitution américaine garantit la liberté d’expression ainsi que de religion. Selon cet ensemble de règles, la confiance de quiconque en l’OTAN –ou la défiance en l’Organisation Atlantique– ne saurait en aucun cas concerner Twitter.

twitter-nato-1

Là encore, cet ensemble de règles n’est plus exactement en vigueur. Twitter a depuis longtemps abandonné son credo « l’aile de la liberté d’expression du parti de la liberté d’expression » pour devenir un bâton avec lequel Notre Démocratie peut battre à mort ses critiques. Ou avez-vous manqué la partie où ils ont censuré un Président des États-Unis en exercice sur la façon dont il « pourrait être perçu et interprété » et se sont mêlés de l’élection en bloquant un journal sur une histoire vraie qu’ils prétendaient à tort être basée sur des documents piratés ?

Voir Liberté d’expression ou incitation à la violence ? Norman Finkelstein sur le discours de Trump avant l’assaut du Capitole

En supposant que tout cela faisait partie de la « fortification » de l’élection –comme l’a dit le magazine TIME – et de la défense de Notre Démocratie contre les maux de la République constitutionnelle, cela pourrait expliquer la répudiation de la liberté d’expression et de la presse libre.

Ce qui ne laisse plus que la religion, et ne répond toujours pas à la question suivante : pourquoi est-ce que Twitter se lance maintenant dans un djihad pour protéger l’OTAN des hérétiques ?

La dernière fois que j’ai vérifié, l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord n’était pas un dieu, mais une alliance militaire. Elle n’a pratiquement pas besoin de la « foi » de quiconque, ni de la protection de Big Tech. Non seulement elle est armée jusqu’aux dents, mais commande ses propres légions de chasseurs de « désinformation » et de boutiques de propagande. L’un des dirigeants de Twitter est littéralement officier d’un département de guerre psychologique de l’armée britannique, qui est elle-même membre de l’OTAN, pour rappel.

© Dan Cohen

Je ne saperai pas la confiance dans l’alliance de l’OTAN…

Big Tech travaille également main dans la main avec toute une industrie artisanale de « chercheurs en désinformation » comme Ben Nimmo –un ancien de l’Atlantic Council, groupe de réflexion servant de porte-voix de l’OTAN– et Renee DiResta de l’Observatoire Internet de Stanford (SIO).

DiResta devrait être connue parce que son ancienne entreprise, New Knowledge (NK), a été exposée pour avoir littéralement géré un tas de faux comptes qui se faisaient passer pour des « bots russes » lors d’une élection spéciale au Sénat américain en 2017 en Alabama. Parce que cela a aidé un Démocrate, NK a été autorisé à changer de nom discrètement et DiResta a échoué à atterrir à Stanford. Ce ne sont pas les « Russes » dont les médias mainstream parlent à longueur de journée.

bots-russes

Il est donc ironique que la nouvelle équipe de DiResta ait fourni davantage d’informations sur la dernière croisade de Twitter, ainsi que sur sa direction. Sur la base des informations fournies par Twitter, certains des comptes de l’un des « réseaux russes », selon le SIO, « semblent avoir été liés aux opérations principalement via des indicateurs techniques plutôt que par une amplification ou une conversation entre eux. »

Notez le libellé timoré tel que « semblent avoir été liés » ou « montrer des signes d’affiliation » dans l’article original de Twitter. Il est tout simplement incroyable de voir comment les mêmes personnes qui exigent des preuves irréfutables, disons, des irrégularités électorales américaines n’ont soudainement besoin d’aucune preuve pour leurs propres affirmations.

SIO offre également un aperçu de l’avenir de cette croisade, notant que si Twitter, Facebook et Medium « suppriment » les comptes « poussant des récits alignés sur la Russie au sujet de la Syrie et de l’OTAN », une telle activité persiste sur LiveJournal et Telegram.

Nul doute que ces deux plates-formes –l’une achetée par une société russe en 2007, l’autre fondée par un ressortissant russe mais opérant à Dubaï– se retrouveront bientôt dans la ligne de mire.

« La censure est un pouvoir enivrant qui ne cesse de s’étendre jusqu’à ce qu’il soit écrasé », a souligné le journaliste indépendant Glenn Greenwald.

D’autant plus que faire respecter la « foi » officielle signifie qu’il ne s’agit plus de différences d’opinion. Oubliez ces choses telles que la liberté d’expression, la procédure régulière ou le débat, qui sont la pierre angulaire d’une démocratie réelle. Certaines politiques sont maintenant imposées comme une religion.

grayzone

Twitter a également entériné une nouvelle mention indiquant « matériaux probablement obtenus par piratage » pour dissuader les utilisateurs de consulter des articles hostiles aux politiques occidentales. Cette mention a été inaugurée sur un article de Grayzone démontrant que le gouvernement britannique a financé un programme de désinformation à hauteur de plusieurs millions d’euros visant à affaiblir la Russie et promouvoir un changement de régime, avec la complicité de Reuters, de la BBC et de Bellingcat.

Dans un geste qui ne devrait surprendre personne, cette guerre religieuse contre les hérétiques qui osent douter de l’OTAN et d’autres faux-semblants « russes » a été saluée par des sommités de l’establishment américain comme l’ancien ambassadeur à Moscou Michael McFaul.

De peur que vous ne pensiez qu’il s’agit d’une valeur aberrante, l’ambassade des États-Unis à Kiev a applaudi l’ordre du gouvernement ukrainien de fermer trois chaînes de télévision de l’opposition au début du mois. Les législateurs Démocrates font actuellement pression pour une censure similaire chez eux.

La porte-parole du ministère des Affaires étrangères russe, Maria Zakharova, a déclaré que qualifier des utilisateurs de Twitter d’agents d’influence russes était un précédent inquiétant. « Des millions d’utilisateurs peuvent tomber sous [ce terme]. Même Navalny et ses associés –ils influencent certainement les États-Unis et l’UE, étant donné la rapidité avec laquelle les sanctions anti-russes ont été approuvées », a-t-elle déclaré.

« Nous évaluerons les raisons du blocage et donnerons une réponse appropriée », a déclaré Zakharova.

En novembre, un législateur de Moscou a présenté un projet de loi qui verrait des sites comme Twitter et Facebook bloqués dans leur intégralité s’ils censurent les sources d’informations russes. Twitter qualifie plusieurs médias financés par l’État russe de « médias affiliés à l’État », bien que ce ne soit pas le cas pour leurs équivalents occidentaux, comme le RFERL américain, la BBC britannique ou France 24.

L’OTAN a été constamment critiquée par les politiciens russes ainsi que par les commentateurs des médias pour une série d’opérations militaires menées à ses frontières. En décembre, le vice-ministre de la Défense du pays, Alexander Fomin, a déclaré aux journalistes que, l’année dernière, « l’activité des forces aériennes et navales [de l’OTAN] a considérablement augmenté, et des situations pouvant conduire à des incidents graves apparaissent de plus en plus ».

Plus tôt ce mois-ci, le secrétaire général du bloc, Jens Stoltenberg, a déclaré aux journalistes que « nous devons envoyer un signal clair à la Russie… S’ils veulent des affrontements, nous sommes prêts. S’ils veulent coopérer, nous en serons heureux ».

La semaine dernière, le nouveau Président américain Joe Biden a déclaré aux alliés européens que « l’alliance transatlantique est de retour », promettant son soutien renouvelé à l’OTAN. Biden a également déclaré qu’il gouvernerait sur la base de « valeurs ». Ce qu’il faut comprendre, c’est que ces valeurs ne sont pas nécessairement celles de la Constitution de la République américaine, désormais effectivement remplacée par ce qui a été surnommé Notre Démocratie, dotée de ses propres valeurs.

Pour rappel, en France, saper la confiance en Edwy Plenel peut vous faire bannir de Mediapart !

Pour soutenir ce travail censuré en permanence (y compris par Mediapart) et ne manquer aucune publication, faites un don, partagez cet article et abonnez-vous à la Newsletter. Vous pouvez aussi nous suivre sur Facebook et Twitter.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.