Le Cri des Peuples
Traducteur et blogueur. Site principal : lecridespeuples.fr
Abonné·e de Mediapart

802 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 mai 2019

Honte à toi, Allemagne, pour ta résolution anti-BDS !

Par Gideon Levy

Le Cri des Peuples
Traducteur et blogueur. Site principal : lecridespeuples.fr
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Source : https://www.haaretz.com/opinion/.premium-germany-shame-on-you-and-your-anti-bds-resolution-1.7254386

Traduit par Fausto Giudice pour Tlaxcala

L'Allemagne vient de criminaliser la justice. Un mélange de sentiments de culpabilité justifiés, orchestrés et poussés à l'extrême par le chantage cynique et manipulateur d'Israël, a poussé le Parlement fédéral à adopter vendredi l'une des résolutions les plus scandaleuses et bizarres depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Le Bundestag a défini le mouvement de boycott, de désinvestissement et de sanctions contre Israël comme antisémite. Benjamin Netanyahou et Gilad Erdan se sont réjouis. L'Allemagne devrait avoir honte.

Désormais, l'Allemagne considérera tous les partisans du BDS comme des judéophobes ; parler de «l'occupation israélienne » équivaudra à dire « Heil Hitler ». Désormais, l'Allemagne ne peut plus se vanter de sa liberté d'expression. Elle est devenue un agent du colonialisme israélien. Bien que certains soient effectivement antisémites, la majorité des partisans du BDS sont des personnes de conscience qui croient qu'un État d'apartheid mérite d'être boycotté. Qu'est-ce qu'il y a d'antisémite là-dedans ? La majorité des partis au Bundestag ont soutenu la résolution, y compris celui de la chancelière Angela Merkel, la conscience de l'Europe. Comme c'est triste. Les sentiments de culpabilité sont si paralysants, la propagande si efficace.

Merkel pense-t-elle que Daniel Barenboim - directeur musical de l'Opéra national de Berlin et chef d'orchestre principal à vie de son orchestre, la Staatskapelle, exemple par excellence d'un artiste engagé selon la conscience et la morale, fier juif et israélien embarrassé, co-fondateur du West-Eastern Divan Orchestra, patriote israélien, oui patriote, qui a peur, de toutes ses fibres, pour l’avenir du pays de sa jeunesse - est aussi un antisémite ? Barenboïm ne soutient peut-être pas explicitement le BDS, mais depuis des années, il boycotte discrètement les salles de concert israéliennes. Il ne peut pas se résoudre à jouer pour les Israéliens quand, à moins d'une heure de route de l'auditorium, une nation gémit sous l'occupation. C'est sa noble façon d'exprimer sa protestation. Merkel est son amie. Elle admire sans aucun doute son sens de la justice. Qu'est-ce qu'elle va lui dire maintenant ?

Que diront les législateurs allemands de ceux qui appellent au boycott des produits des ateliers de misère ou de l'industrie de la viande ? Vont-ils aussi les criminaliser ? Qu'en est-il des sanctions à l'encontre de la Russie pour son invasion de la Crimée ? Pourquoi une occupation mérite-t-elle d'être boycottée et une autre d'être acclamée ? Que pensaient les Allemands des sanctions contre l'Afrique du Sud ? Quelle est la différence ?

Il est permis d'appeler au boycott contre un régime tyrannique ; en fait, c'est obligatoire. Il est également permis de penser différemment, de penser qu'il n'y a pas de peuple palestinien et pas d'occupation, seulement un peuple élu en terre promise. Mais criminaliser les Allemands en quête de justice en tant qu'antisémites ? J'en connais quelques-uns, et ils n'ont absolument rien en commun avec les antisémites. Encore un coup de pouce des Erdan et le BDS sera désigné comme organisation terroriste.

Les sentiments de culpabilité sont toujours un mauvais conseiller. Cette fois, ils se sont révélés particulièrement terribles. L'Allemagne n'est pas un pays comme les autres. Elle a une profonde obligation envers l'État des Juifs. Il est de son devoir de contribuer à sa sécurité et à sa croissance, mais ce devoir ne doit pas inclure l'aveuglement moral et l'autorisation automatique pour Israël de faire ce qu'il veut et de mépriser les résolutions des institutions internationales qui ont été établies à la suite de la guerre que l'Allemagne avait déclenchée. L'Allemagne a le devoir de soutenir Israël, mais comme tout véritable ami, elle doit aussi faire tout ce qui est en son pouvoir pour l'empêcher d'être un État mauvais. Combattre l'opposition à l'occupation n'est pas de l'amitié.

L'Allemagne peut fournir des sous-marins à Israël, mais elle doit aussi imposer des exigences éthiques à l'État. En marge de sa culpabilité envers les Juifs, elle porte aussi une responsabilité morale indirecte sur le sort du peuple qui vit dans le pays où les Juifs ont fui l'Allemagne dans la terreur et où ils ont créé un Etat. L'Allemagne a également une obligation envers ceux qui n'auraient pas été privés de leurs terres et de leurs droits sans l'Holocauste. Ce peuple vit depuis des décennies sous la botte d'Israël. L'Allemagne doit aider à sa libération.

En adoptant cette résolution, le Bundestag n'a pas rendu service à Israël, ni à la justice, ni au droit international. Seule l'occupation israélienne en a profité. Le Bundestag n'a pas à soutenir le BDS, il est permis de s'opposer au mouvement de boycott, mais le criminaliser comme antisémite, surtout en Allemagne ? L'" autre Allemagne " a trahi son devoir envers sa propre société civile consciente, envers les Palestiniens et aussi envers Israël.

Voir également : La France de Macron à l'avant-garde de l'odieux amalgame entre antisionisme et antisémitisme

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
Violences sexuelles : Damien Abad nommé ministre malgré un signalement adressé à LREM
L’ancien patron des députés LR, Damien Abad, a été nommé ministre des solidarités en dépit d'un signalement pour des faits présumés de viols adressé à LREM et LR par l’Observatoire des violences sexistes et sexuelles en politique. Deux femmes, dont Mediapart a recueilli les témoignages, l’accusent de viol, en 2010 et 2011. Il conteste les faits.
par Marine Turchi
Journal — Politique
Pap Ndiaye fait déjà face au cyclone raciste
La nomination de Pap Ndiaye au ministère de l’éducation nationale a fait remonter à la surface le racisme structurel de la société française et de sa classe politique, une vague qui charrie avec elle la condition noire et la question coloniale. La réaction de l’exécutif, Emmanuel Macron en tête, donnera une première indication sur la tonalité du quinquennat.
par Ilyes Ramdani
Journal
En Italie, la post-fasciste Giorgia Meloni cherche à faire oublier ses racines
Elle espère devenir l’an prochain la première femme à présider le Conseil en Italie. Héritière d’un parti post-fasciste, ancienne ministre de Berlusconi, Giorgia Meloni se démène pour bâtir un parti conservateur plus respectable, en courtisant l’électorat de Matteo Salvini. Une tentative périlleuse de « dédiabolisation ».
par Ludovic Lamant
Journal
Mario Vargas Llosa, Nobel de l’indécence
L’écrivain péruvien de 86 ans, entré à l’Académie française en fin d’année dernière, vient de déclarer sa préférence pour Bolsonaro face à Lula. Cette nouvelle prise de position politique reflète un parcours intellectuel de plus en plus contesté, marqué par des soutiens à des figures d’extrême droite en Amérique mais aussi de la droite dure en Espagne. Une enquête du n° 20 de la « Revue du Crieur », disponible en librairie. 
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Rapport Meadows 11 : est-il encore temps ?
Est-il encore temps, ou a-t-on déjà dépassé les limites ? C'est la question qui s'impose à la suite des lourds bilans dressés dans les précédents épisodes. Écoutons ce qu'a à nous dire sur le sujet le spécialiste en sciences et génie de l'environnement Aurélien Boutaud.
par Pierre Sassier
Billet de blog
Quand Macron inventait « l'écologie de production » pour disqualifier les pensées écologistes
[Rediffusion] Au cours de son allocution télévisée du 12 juillet 2021, Emmanuel Macron a affirmé vouloir « réconcilier la croissance et l'écologie de production ». Innovation sémantique dénuée de sens, ce terme vise à disqualifier les pensées écologistes qui veulent au contraire poser des limites, sociales et écologiques, à la production. Macron, qui veut sauver la croissance quoi qu'il en coûte, n'en veut pas.
par Maxime Combes
Billet de blog
Greenwashing et politique : le bilan environnemental d'Emmanuel Macron
[Rediffusion] Talonné dans les sondages par Marine Le Pen, le président-candidat Macron a multiplié dans l'entre-deux-tours des appels du pied à l’électorat de gauche. En particulier, il tente de mettre en avant son bilan en matière d’environnement. Or, il a peu de chances de convaincre : ses actions en la matière peuvent en effet se résumer à un greenwashing assumé.
par collectif Chronik
Billet de blog
Villages morts, villes vivantes
Nouvelle édition de « Printemps silencieux » (Wildproject). La biologiste américaine Rachel Carson avait raison bien avant tout le monde. Dans de nombreux villages de France, les oiseaux sont morts. Carson nous dessille les yeux au moment où une nouvelle équipe ministérielle veut accélérer la transition écologique. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement