Yémen : malgré ses promesses électorales, Biden continue à soutenir la guerre

Une guerre sale et une famine biblique complètement occultées par les médias en Occident (y compris Mediapart), malgré plusieurs centaines de milliers de morts...

Biden a menti sur le Yémen

Par Caitlin Johnstone, journaliste indépendante basée à Melbourne, en Australie.

Source : RT, le 29 avril 2021 

Traduction : lecridespeuples.fr

L’administration Biden a finalement admis que les États-Unis apportaient un soutien offensif à l’assaut génocidaire de l’Arabie saoudite contre le Yémen, contredisant directement l’affirmation de février selon laquelle elle ne fournirait plus de soutien offensif dans cette guerre.

Un autre Président américain nous ment donc à nouveau à propos d'une autre guerre américaine.

« Les États-Unis continuent de fournir un soutien à la maintenance de l’armée de l’air saoudienne étant donné le rôle essentiel qu’elle joue dans la défense aérienne saoudienne et notre partenariat de longue date en matière de sécurité », a déclaré la porte-parole du Pentagone, Jessica McNulty, au journaliste de Vox Alex Ward.

« Plusieurs responsables et experts américains de la défense ont reconnu que, à travers un processus gouvernemental américain, le gouvernement saoudien paie des entrepreneurs commerciaux pour entretenir et réparer leurs avions, et ces entrepreneurs font en sorte que les avions de combat saoudiens puissent voler. Ce que les Saoudiens font avec ces avions de combat, cependant, ne nous concerne oas », rapporte Ward. « Les États-Unis pourraient annuler ces contrats à tout moment, paralysant ainsi efficacement l'armée de l'air saoudienne, mais cela risquerait de perdre Riyad en tant que partenaire clé dans la région . »

« Le récent aveu par le ministère de la Défense que les entreprises américaines sont toujours autorisées à entretenir des avions de combat saoudiens… signifie que notre gouvernement rend toujours possibles les opérations saoudiennes, y compris les bombardements et l'application d'un blocus sur les ports du Yémen », a déclaré Hassan El-Tayyab, le directeur législatif pour la politique au Moyen-Orient du groupe de lobbying du Comité des amis sur la législation nationale.

yemen-may-be-a-priority-for-biden-and-the-democrats

El-Tayyab s'est exprimé après l'annonce trompeuse de Biden en février, affirmant que cette administration doit clairement expliquer ce qu'elle entend réellement par « mettre fin au soutien offensif à la guerre contre le Yémen » et s'y tenir. « Je ne suis pas complètement pessimiste à ce sujet. Je me réjouis de la nouvelle », avait-il déclaré à Al Jazeera à l'époque. « Mais j’essaie simplement de rester vigilant et de ne pas relâcher la pression sur la revendication. Parce que nous ne savons pas ce qui va se passer. »

Eh bien, maintenant nous le savons. Les États-Unis entretiennent et réparent les avions de guerre qui bombardent le Yémen et appliquent un blocus qui a tué des centaines de milliers de personnes, et les Nations Unies préviennent qu'il pourrait en tuer 400 000 de plus rien que cette année si les conditions ne changent pas, prouvant que Joe Biden est un menteur et justifiant le experts et militants qui ont mis en garde contre le fait de prendre son annonce de désengagement pour argent comptant.

Arriver à ce point où l'on répond enfin aux questions sur la réalité de la politique de l'administration Biden au Yémen a été aussi difficile que d'arracher une dent, les responsables américains ayant contourné la question à tour de rôle pendant des mois. Regardez cette vidéo de l'envoyé américain au Yémen Tim Lenderking esquivant des questions aussi efficacement que George Bush esquive les chaussures, ce face au membre du Congrès Ted Lieu qui tente vainement d'obtenir une réponse claire à la question "Est-ce que les États-Unis ont cessé de soutenir la guerre contre le Yémen ? »

© Just Foreign Policy

Dave DeCamp, du site internet Antiwar, écrit ceci :

« Cet aveu arrive plus de deux mois après que le Président Biden a déclaré qu’il mettait fin à son soutien aux opérations "offensives" de Riyad au Yémen. Le journaliste de Vox, Alex Ward, a demandé lundi au porte-parole du Pentagone John Kirby si les avions que les États-Unis entretiennent pouvaient être utilisés pour des opérations offensives au Yémen. Kirby a admis que le "support de maintenance des systèmes pouvait être utilisé à la fois" pour des opérations offensives et défensives.

En plus de continuer à maintenir l'armée de l'air saoudienne, l'administration Biden a donné à Riyad la couverture politique pour continuer à appliquer le blocus au Yémen. Les responsables de Biden ont affirmé que le Yémen n'était pas sous blocus, même si les navires de guerre saoudiens empêchent les expéditions de carburant d'accoster dans le port de Hodeidah, ce qui rend impossible de livrer de la nourriture à la population civile affamée du Yémen. »

Les Nations Unies estiment prudemment qu'environ 233 000 Yéménites ont été tués dans la guerre entre les Houthis et la coalition dirigée par l'Arabie saoudite, soutenue par les États-Unis, principalement pour ce qu'elle appelle des « causes indirectes ». Ces causes indirectes seraient la maladie et la famine résultant de ce que le Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, appelle « la pire famine que le monde ait connue depuis des décennies ».

Lorsque les gens entendent le mot « famine », ils pensent généralement à la faim de masse causée par des sécheresses ou d'autres phénomènes naturels, mais en réalité, les décès par famine que nous constatons au Yémen (dont un énorme pourcentage sont des enfants de moins de cinq ans) sont causés par quelque chose qui n'est pas plus naturel que les morts de faim que vous verriez dans un siège médiéval. Ils sont le résultat de l'utilisation du blocus par la coalition saoudienne et de son ciblage délibéré des fermes, des bateaux de pêche, des marchés, des sites de stockage de nourriture et des centres de traitement du choléra avec des frappes aériennes qui visent à rendre les zones contrôlées par les Houthis du Yémen si faibles et misérables qu'elle s'effondreront.

© Le Cri des Peuples

Les États-Unis mentent sur toutes leurs guerres avec l'aide des médias de masse, mais jusqu'à cette année, leurs mensonges sur le Yémen étaient en grande partie constitués de mensonges par omission, à savoir simplement ne pas parler du Yémen —comme lorsque MSNBC a passé une année entière sans le mentionner une seule fois au plus fort de l'hystérie du Russiagate [et l'atlantiste Mediapart réussit l'exploit de ne pas en parler pendant bientôt deux ans !]—, rendant compte de la famine comme si elle était le résultat d'une catastrophe naturelle tragique, ou omettant le rôle des Etats-Unis [et de la France] dans le massacre. Cette fois, c'était juste un simple mensonge : Biden a déclaré que les États-Unis mettaient fin au soutien offensif, et ce n'était pas le cas.

Voir Guerre au Yémen : selon Amnesty International, des soldats saoudiens s’entraînent en France

Comme nous l’avons vu précédemment, lorsque les gens exigent quelque chose de leur gouvernement, il est beaucoup plus facile de leur répondre simplement que vous êtes de leur côté et de les rediriger que de leur dire non. Les Démocrates sont particulièrement doués dans ce domaine.

Sans merci : Deux ans de guerre saoudo-américaine au Yémen (Documentaire) © Le Cri des Peuples

Alors que la conscience grandit que le Yémen est l'atrocité la plus horrible qui ait lieu dans notre monde aujourd'hui, la pression monte pour que le gouvernement américain utilise son énorme pouvoir de pression sur l'Arabie saoudite pour mettre fin à la boucherie. Plutôt que d'augmenter cette pression en disant non, l'administration Biden l'a désamorcée en prétendant faussement céder aux demandes. Parce que le risque de « perdre Riyad en tant que partenaire régional clé » a été jugé trop grand.

Voir Le Parti Démocrate n’existe que pour neutraliser les mouvements populaires authentiques

Et pendant ce temps, le massacre continue, ininterrompu d'Obama à Trump et de Trump à Biden. Les noms changent, les récits changent, mais la machine de guerre impériale meurtrière roule sans interruption.

Pour soutenir ce travail censuré en permanence (y compris par Mediapart) et ne manquer aucune publication, faites un don, partagez cet article et abonnez-vous à la Newsletter. Vous pouvez aussi nous suivre sur TwitterFacebook et VKontakte.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.