Vu de l'étranger : les élections régionales, une nouvelle 'gifle' pour Macron

Article du Guardian britannique, suivi de l'analyse de François Asselineau (UPR)

« Gifle au visage » pour Macron alors que les électeurs français boudent les élections locales

Le taux d'abstention est estimé à 68% et les sondages à la sortie des urnes suggèrent que le Rassemblement National de Marine Le Pen n'a pas obtenu le soutien attendu.

Source : The Guardian, 20 juin 2021

Traduction : lecridespeuples.fr

Le parti d'Emmanuel Macron a reçu ce que l'un de ses propres députés a qualifié de « gifle » lors des élections régionales et départementales dimanche.

Le Président et son gouvernement n'ont pas réussi à mobiliser des partisans, avec environ 68% des électeurs ayant évité les bureaux de vote – un taux d'abstention sans précédent.

© Le Cri des Peuples

S'il y avait une consolation pour le parti au pouvoir, c'était que les sondages à la sortie des urnes suggéraient que le Rassemblement national d'extrême droite de Marine Le Pen n'avait pas obtenu le soutien attendu.

Note : plutôt qu'une consolation, c'est un désaveu cinglant, LREM ayant largement repris le discours fascisant du RN et joué sur la mise en scène sécuritaire... en vain !

© Le Cri des Peuples

Les premiers résultats indiquaient que les principaux vainqueurs étaient divers partis de centre-droit, dont le principal parti d'opposition Les Républicains, soutenus par 29,3 % des voix. Le Rassemblement National a recueilli 19,1% des voix, et le Parti socialiste 16,5%. La République en marche (LREM) de Macron aurait recueilli 10,9 % des voix.

© Snuipp82

Aurore Bergé, députée LREM, a estimé que le résultat était une « gifle » démocratique. « Je ne vais pas minimiser ce qui s'est passé », a déclaré Bergé à BFM TV.

En Île de France, dont fait partie Paris, la candidate de centre-droit Valérie Pécresse était en position de force pour conserver le contrôle de la région.

Aux élections régionales de 2015, un peu plus de 50 % des Français n'ont pas voté, contre un peu moins de 53,7 % en 2010.

Le vote devait élire de nouveaux conseils pour les 13 régions métropolitaines et une région d'outre-mer ainsi que 96 départements. Les conseils régionaux disposent de budgets de plusieurs milliards d'euros et sont responsables de l'école, des transports et du développement économique. Au total, 15 786 candidats se sont présentés pour 4 108 sièges. Les gagnants sont normalement élus pour un mandat de six ans.

© Le Cri des Peuples

Le Pen ne s'est pas présentée comme candidate mais a fait campagne avec acharnement, en particulier dans les zones rurales où le soutien à l'extrême droite reste élevé.

En région parisienne, les électeurs avaient le choix entre 11 listes –les candidats présentent une liste de conseillers proposés– dont celle de Pécresse pour une coalition de droite, celle de l'ancienne journaliste Audrey Pulvar pour les socialistes, celle de Julien Bayou pour Europe Ecologie les Verts, et celle de Clémentine Autin pour la France Insoumise.

La campagne de cette année –avec un vote retardé de trois mois en raison de la pandémie– a été unique en ce sens que les mesures sanitaires signifiaient qu'il ne pouvait y avoir de porte-à-porte, ce qui de toute façon n'est pas une tradition électorale française très répandue, et jusqu'à récemment à l'extérieur les rassemblements ont été contraints par des restrictions sanitaires.

rieu

Les partis étaient tenus de présenter des listes électorales comportant une parité d'hommes et de femmes. Le nombre de candidats de chaque liste élus dépend du score de chaque parti.

Le Rassemblement National de Le Pen espère prendre le contrôle d'une région pour renforcer ses efforts de dix ans pour légitimer son parti, l'ancien Front national. La région considérée comme la plus susceptible de basculer entre des mains de l'extrême droite est le bastion traditionnel du Rassemblement National dans la région sud-est Provence-Alpes-Côte-d'Azur qui couvre Marseille, Saint-Tropez et Cannes. Cependant, le parti était fort dans cinq autres régions, dont la Bourgogne-Franche-Comté, le Centre-Val de Loire, la Nouvelle-Aquitaine, l'Occitanie et la Bretagne.

© Marcel

En Provence-Alpes-Côte d'Azur, les premières estimations suggèrent que le Rassemblement National est au coude à coude avec Les Républicains après le premier tour.

Image

Entre les résultats de dimanche et le deuxième tour de la semaine prochaine, l'accent sera mis sur les alliances conclues entre les partis. Les candidats se présentant au premier tour doivent obtenir au moins 10 % des voix pour passer au second tour, et une question majeure pour le second tour est de savoir si les électeurs français se regrouperont à nouveau pour maintenir le parti de Le Pen hors du pouvoir comme ils l'ont fait par le passé.

Il est généralement admis qu'il n'est pas judicieux de confondre les résultats régionaux avec les prédictions de ce qui se passera lors de l'élection présidentielle de l'année prochaine. Ni la droite dominante, Les Républicains, ni la gauche traditionnelle, les Socialistes, n'ont de candidat crédible à la présidentielle à ce stade.

© Le Cri des Peuples

Les analystes ont déclaré que le niveau d'abstention mettait en doute toute prédiction politique.

Un récent sondage pour le Journal du Dimanche a suggéré que 49% des Français considéraient que toute victoire régionale ferait du Rassemblement National un « danger pour la démocratie ».

La plupart des sondages suggèrent que la course présidentielle de 2022 sera un second tour entre Macron et Le Pen.

© Renaud Tarlet

Le second tour des élections régionales et départementales aura lieu dimanche prochain.

***

L'analyse de François Asselineau

LES 5 ENSEIGNEMENTS ESSENTIELS DES ÉLECTIONS DU 20/06/21

[1] Une « démocratie » de personnes âgées Le taux d'abstention est de 66%. Mais il atteint 87% chez les 18-24 ans et 83% des 25-34ans. Cf. @IpsosFrance. Il y a donc ~85% des jeunes de moins de 35 ans qui n'ont pas voté.

[2] Les résultats électoraux reflètent donc d'abord la vision des personnes âgées, qui voient la France de 2021 au travers de leur passé. Les jeunes se reconnaissent mal dans ces choix.  Une crise majeure de ce système de moins en moins représentatif est inévitable à terme.

macron

[3] Cette montée irrésistible de l'abstention découle de l'évacuation de tous les débats sérieux et de fond. Ils sont remplacés par la vulgarité, l'infantilisation, le spectacle, la restriction continuelle du champ des opinions autorisées. #Régionales2021 #Départementales

[4] Comme l'a souligné le journaliste@LaurentDelahous lui-même ce soir, il y a une responsabilité très forte des médias. Ils ne sont plus là pour éclairer les électeurs et élever le niveau, mais pour manipuler les cerveaux et cacher l'offre politique qui déplaît à l'oligarchie.

[5] Au fil du temps, la France est devenue un pays où la liberté d'opinion et d'expression est l'une des plus restreintes du continent européen. L'UPR le sait mieux que quiconque : nos vidéos ont des millions de vues sur Internet mais les médias nous boycottent, avec le soutien du CSA !

[6] L'illégitimité totale de Macron et du gouvernement : LREM a obtenu ce soir les votes d'environ 3,2% des électeurs inscrits ! Macron peut certes légalement rester à la tête de l’État grâce aux institutions. Mais sa légitimité pour diriger les Français est quasi-nulle.

[7] Du reste, dans toutes les grandes démocraties, un pouvoir exécutif subissant une telle déroute présenterait aussitôt sa démission. Par exemple, tous les ministres battus ce soir dans les Hauts-de-France auraient déjà annoncé leur démission du gouvernement si la scène avait lieu au Royaume-Uni.

[8] Le plus extravagant de la situation, c'est que 96,8% des électeurs inscrits ont refusé de voter pour le parti de Macron mais que celui-ci n'en tient aucun compte : il continue à donner des leçons de démocratie à la planète entière ! Il faut le chasser de l'Élysée en 2022.

[9]  Le RN obtient des résultats très en-deçà de ce que disaient les sondages. Les différences sont telles que l'on doute de la fiabilité des sondages. Tout se passe comme si propriétaires des médias et des instituts de sondage avaient conjointement décidé de promouvoir Le Pen.

[10]  La gauche conserve quelques points forts (Bourgogne Franche-Comté, Nouvelle Aquitaine...). Mais elle est globalement très affaiblie par son abaissement général et par son morcellement en plusieurs morceaux de tailles à peu près égales, traversés de haines inexpiables.

[11] La « prime au sortant » est l'élément d'explication n°1 des scores obtenus. Comme analysé, les électeurs âgés ont massivement influé sur les résultats électoraux. Or, ils ont tendance à voter comme lors des scrutins antérieurs. LR en a tiré profit avec ses présidents sortants.

Pour soutenir ce travail censuré en permanence (y compris par Mediapart) et ne manquer aucune publication, faites un don, partagez cet article et abonnez-vous à la Newsletter. Vous pouvez aussi nous suivre sur Twitter, Facebook et VKontakte.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.