Des soldats israéliens assassinent de sang-froid une femme palestinienne

Par Tamara Nassar

Source : Electronic Intifada, 18 septembre 2019

Traduction : lecridespeuples.fr

Ces soldats de pacotille, tout juste bons à tuer des femmes et des enfants qui les terrorisent littéralement avec un simple couteau en fer-blanc (la peur reste chez eux plus forte que le goût du massacre), se retrouveront bientôt face aux forces coalisées de l’Axe de la Résistance qui les vaincront sans grande difficulté.

alaa-wahdan

Les forces israéliennes ont abattu mercredi une femme palestinienne près du poste de contrôle de Qalandiya séparant Ramallah de Jérusalem en Cisjordanie occupée.

La police israélienne a affirmé qu’Alaa Wahdan se dirigeait vers ses forces par un sentier réservé aux véhicules quand elles lui ont demandé de s’arrêter.

Ils ont ajouté que la jeune femme de 28 ans du camp de réfugiés voisin de Qalandiya avait sorti un couteau avant qu’un agent de sécurité ne lui tire dessus et la blesse à la jambe.

 

© shehabagency

Dans la vidéo ci-dessus, Wahdan ne semble présenter aucun danger plausible pour quiconque se trouvant autour d’elle lorsqu’elle se fait tirer dessus.

« Ils auraient pu la maîtriser », a déclaré Mohammed Hammad Jaradat à la publication Middle East Eye.

« Ils étaient cinq soldats et elle était à environ sept mètres. »

Selon des témoins oculaires, les forces israéliennes ont laissé Wahdan se vider de son sang en lui refusant les premiers soins.

Des photos montrent la femme allongée sur le sol dans une grande flaque de sang.

190918_-_israel-shoots-palestinian-woman-qalandiya.jpg

Elle a finalement été transférée à l’hôpital Hadassah de Jérusalem pour y être soignée, où elle a été déclarée morte.

Les forces israéliennes ont empêché le personnel médical du Croissant-Rouge palestinien de se rendre auprès de Wahdan pour lui fournir des soins d’urgence, a déclaré le groupele groupe.

Les forces d’occupation ont pour usage de refuser les premiers secours aux Palestiniens qu’ils ont abattus, les laissant se vider de leur sang.

Aucun soldat israélien n’a été blessé lors de l’incident, comme dans de nombreux cas dans lesquels un prétendu attaquant palestinien a été tué.

Des Palestiniens dans un véhicule à proximité ont filmé l’assassinat et diffusé la vidéo sur les réseaux sociaux. Dans la vidéo ci-dessus, on peut les entendre dire : « Il lui a tiré dans la jambe ».

Un objet en métal semble tomber près de Wahdan, et l’un des Israéliens armés l’éloigne d’un coup de pied.

Le porte-parole de la police israélienne, Micky Rosenfeld, a tweeté une photo du couteau qui aurait, selon lui, été porté par Wahdan.

couteau.png


Rosenfeld a affirmé que Wahdan avait été « légèrement blessée », bien qu’elle soit décédée peu de temps après avoir reçu une balle.

Bien que Wahdan ait été identifiée par le journal israélien Haaretz, les médias palestiniens de langue arabe ne l’ont pas nommée. Certains reportages ont indiqué qu’elle était dans la cinquantaine.

Saleh Higazi, directeur adjoint du programme pour le Moyen-Orient d’Amnesty International, a déclaré que Wahdan « ne semblait pas porter une arme à feu et ne constituait pas une menace immédiate pour les gardes ou la vie des personnes se trouvant à proximité quand ils ont ouvert le feu ».

« Cela suggère fortement que son meurtre semble avoir été illégal », a déclaré Higazi.

Higazi a ajouté que « l’absence totale de comptes à rendre pour les forces israéliennes qui commettent des violations des droits de l’homme» est ce qui permet de perpétuer les homicides illégaux récurrents.

Il a souligné le « bilan horrible d’Israël en matière de violations graves des droits de l’homme et du droit international humanitaire ».

L’organisation de résistance palestinienne Hamas a qualifié l’assassinat de « sang froid » de Wahdan comme une continuation du « sadisme criminel de l’armée d’occupation consistant à tuer et à tirer sur des faibles et des personnes sans défense ».

Les forces israéliennes ont tué une jeune femme et son frère adolescent au même checkpoint en avril 2016.

Soutenez ce travail censuré en permanence en partageant cet article et en vous abonnant à la Newsletter.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.