Le Yémen abat un avion saoudien, Riyad massacre 32 civils…

... et les médias occidentaux (Mediapart compris) ferment les yeux

Source : Bulletin d’informations d’Al-Mayadeen, 16 février 2020.

Traduction : lecridespeuples.fr

yemen-children

Avec un crachat au visage des légions de journalopes qui recyclent une fois l’an la formule écœurante de cynisme de ‘guerre oubliée‘. Si un nouveau ‘Tribunal de Nuremberg’ jugeant impartialement les crimes de guerre, les crimes contre l’humanité et leurs apologistes est instauré à l’avenir, ils mériteront mille fois d’y comparaître. De là à leur souhaiter le sort de leur confrère Julius Streicher, le rédacteur en chef du journal antisémite Der Stürmer, pendu à Nuremberg en tant qu’accessoire des crimes nazis, il n’y a qu’un pas que nous ne franchirons pas. La pénitence proposée par William Wallace à Cheltham dans Braveheart nous paraitrait plus appropriée…

Le Yémen abat un avion de guerre saoudien, Riyad se venge en massacrant 32 civils © Sayed Hasan

Transcription :

Présentateur : […] 32 Yéménites ont été tués, et plusieurs autres blessés, majoritairement des femmes et des enfants, dans un massacre atroce perpétré dans la région de Mousaylab située dans la province d’al-Jawf. Des images montrant des enfants parmi les victimes du massacre ont circulé. Ce massacre a eu lieu lorsque la coalition saoudienne a ciblé les civils qui étaient réunis autour des débris de l’avion de guerre Tornedo que les forces de la Résistance yéménite ont abattu.

Les forces armées yéménites ont diffusé les premières images de la chute de l’avion Tornedo. Des sources du Ministère de la Défense yéménite ont précisé que les armes utilisées pour abattre l’avion au-dessus d’al-Jawf font partie d’un nouveau de système de défense anti-aérien sophistiqué fabriqué localement. De même, elles ont indiqué que ce nouveau système défensif représente un obstacle sérieux pour les avions agresseurs.

La coalition saoudienne a reconnu que son avion avait été abattu, et a fait porter à ce qu’elle appelle ‘les Houthis’ la responsabilité de la vie et de la santé de son pilote.

Le bureau politique d’AnsarAllah (Résistance yéménite) a condamné le crime perpétré par les avions de la coalition contre les civils yéménites dans le governorat de Mousaylab, situé dans la province d’al-Jawf. De même, il a affirmé que le mouvement ne resterait pas les bras croisés face à ces crimes.

Le bureau d’AnsarAllah a décrit l’Arabie Saoudite et les Emirats comme des instruments dociles des Etats-Unis, toujours prompts à s’engager dans les projets destructeurs de Washington. AnsarAllah a ajouté que ce crime révèle le vrai visage odieux des Etats-Unis, et démontre l’ampleur de l’échec de cet ennemi et son impuissance (face aux combattants Yéménites). […]

***

Nasrallah dénonce le dernier massacre saoudien au Yémen.

Discours du Secrétaire Général du Hezbollah, Sayed Hassan Nasrallah, le 16 février 2020, à l’occasion de la Journée de Commémoration des Commandants Martyrs du Hezbollah.

Source : https://video.moqawama.org/details.php?cid=1&linkid=2100

Traduction : lecridespeuples.fr

Nasrallah dénonce le dernier massacre saoudien au Yémen et récuse l'accusation de 'gouvernement du Hezbollah' © Sayed Hasan

Transcription :

[…] En ce qui concerne la question de l’incitation, car j’ai dit que je reviendrais à la question du (prétendu) « gouvernement du Hezbollah », j’espère que certains Libanais (d’entre nos adversaires), qui insistent à déclarer et à écrire partout, et à inciter à l’étranger (car cela s’appelle de l’incitation), en affirmant que le gouvernement actuel est le « gouvernement du Hezbollah »…

En toute franchise, cela ne nous fait aucun mal. C’est un signe de richesse (pour nous). Certains peuvent s’écrier que c’est le gouvernement du Hezbollah, que le Hezbollah a pris le contrôle du pays… Ce sont des propos vides de sens. Mais (ce mensonge) nuit au Liban et à ses capacités de remédier (à ses difficultés économiques). Cela nuit aux relations du Liban avec les pays arabes et les autres pays du monde. C’est quelque chose de nuisible.

Certains disent que lorsque pour ma part, je prends position en faveur du peuple yéménite opprimé, assassiné (quotidiennement)… Hier encore, des femmes et des enfants qui étaient venus voir (les décombres de) l’avion de guerre de la coalition (saoudo-US) de l’agression qui a été abattu, ils étaient (simplement) venus le voir, et des avions sont venus les bombarder. Il y a 40 martyrs ! Mais si moi, de manière humanitaire, je condamne les bombardements saoudiens (récurrents) contre les femmes et les enfants du Yémen démunis de tout, (tués) simplement pour s’être trouvés dans les rues, (on me condamne au prétexte que) cela nuit aux relations du Liban avec les pays arabes et les autres pays du monde. Alors que je ne fais qu’une action morale et humanitaire très simple, et tout à fait légale.

Alors soyez raisonnables, et cessez de susciter des campagnes d’incitation mensongères qui nuisent aux relations du Liban avec les pays arabes et les autres pays du monde, lorsque vous décrivez ce gouvernement comme le gouvernement du Hezbollah, en sachant parfaitement que c’est faux.

Certes, le Hezbollah ne se dissocie pas de ce gouvernement, le supporte et le soutient, et lui souhaite le succès. C’est une évidence. Mais tous les Libanais connaissent bien la nature de ce gouvernement, la personnalité du Premier ministre (sunnite), la personnalité des ministres, les (diverses) forces qui soutiennent ce gouvernement… Et c’est un mensonge que de le décrire comme le gouvernement du Hezbollah.

J’ai déjà déclaré que ça ne nous causait aucun tort, et que ça ne nuisait ni à notre budget – car beaucoup s’intéressent à ce sujet – , ni à l’argent à notre disposition, ni à nos salaires. Mais cela nuit au pays. Cessez d’inciter contre le gouvernement. C’est une manière de lui donner une chance (de réussir). Lorsque nous ou certaines forces politiques libanaises disons que nous voulons donner une chance à ce gouvernement, l’une des manières de lui donner une chance, c’est d’arrêter d’inciter contre lui, que ce soit dans les médias, dans la rue, auprès des ambassades (étrangères) et au niveau des relations internationales (des uns et des autres). Au minimum, taisez-vous, restez neutres, donnez des conseils… Mais laissez ce gouvernement travailler. […]

Pour ne manquer aucune publication et soutenir ce travail censuré en permanence, partagez cet article et abonnez-vous à la Newsletter. Vous pouvez également nous suivre sur Facebook et Twitter.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.