Le Cri des Peuples
Traducteur et blogueur. Site principal : lecridespeuples.fr
Abonné·e de Mediapart

806 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 sept. 2019

L’Arabie Saoudite décapite et crucifie 134 opposants politiques...

dont des femmes et des adolescents

Le Cri des Peuples
Traducteur et blogueur. Site principal : lecridespeuples.fr
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

On peut faire confiance aux affirmations de Macron, Parly et Le Drian : jamais un tel régime n’utiliserait les armes françaises contre des civils ! Quel bel allié nous avons là, nous la pseudo-patrie des droits de l’homme (qui croit encore à ce slogan après les Gilets Jaunes ?) !

Source : The Sun, 16 septembre 2019.

Traduction : lecridespeuples.fr

Les exécutions en Arabie Saoudite montent en flèche en 2019 : 134 personnes ont été crucifiées et décapitées, dont six enfants au moment de leur arrestation.

Non, cette image n’est pas extraite d’un film…

Selon une organisation de défense des droits de l’homme, les victimes ont été torturées et massacrées selon des méthodes brutales, notamment la crucifixion et la décapitation.

La « hausse alarmante » des exécutions par l’État intervient malgré l’engagement du prince héritier Mohammed bin Salman de réduire le recours à la peine de mort.

Dans un rapport présenté au Conseil des droits de l’homme des Nations Unies à Genève, le Projet sur la peine de mort a révélé que 24 autres personnes sont « sur le point d’être exécutées ».

Ils comprennent trois enfants, d’éminents opposants politiques du prince héritier, des religieux et des militants des droits de l’homme.

Selon le rapport, au moins six adolescents ont été exécutés cette année après avoir été arrêtés pour de supposés « crimes » alors qu’ils étaient enfants.

Un événement organisé par le Projet sur la peine de mort a mis en lumière les « exécutions illégales et arbitraires » en Arabie Saoudite, ainsi que les atteintes aux droits humains des détenus et de leurs familles.

Les experts ont déclaré que ces abus avaient été « exacerbés par la torture systématique des détenus et des procès manifestement iniques aboutissant à des condamnations à mort ».

Parmi les personnes exécutées cette année, il y a trois femmes et 51 personnes qui faisaient face à des accusations – liées à la possession alléguée de drogue – qui seraient considérées comme des infractions mineures ailleurs dans le monde.

PEINE CAPITALE

Au moins 58 des personnes tuées étaient des ressortissants étrangers, et la plupart étaient accusées d’avoir propagé l’islam chiite – un crime dans cet État qui professe une école particulièrement extrémiste de l’Islam sunnite, le wahhabisme.

Il y avait 21 Pakistanais, 15 Yéménites, cinq Syriens et quatre Égyptiens.

Deux Jordaniens, deux Nigérians, un Somalien et deux de nations non identifiées ont également été inclus dans les chiffres.

Le 22 avril, le régime saoudien barbare a procédé à une horrible exécution de masse, faisant 37 morts.

Une victime a été crucifiée et une autre a eu la tête empalée sur une lance.

Les personnes tuées pendant ce bain de sang de décapitations avaient toutes été reconnues coupables de prétendues « infractions liées au terrorisme », des accusations qui englobent la simple dénonciation du régime Saoud.

ADOLESCENTS MASSACRES

Abdelkarim al Hawaj a été arrêté alors qu’il participait à une manifestation antigouvernementale alors qu’il n’avait que 16 ans.

Abdelkarim al-Hawaj

Il a été reconnu coupable d’être un « terroriste » lors d’un procès qualifié de « farce » par Amnesty International.

Il a eu la tête tranchée devant une foule déchainée et assoiffée de sang avec 36 autres hommes de ce pays médiéval.

Au moins un des corps aurait été crucifié et exposé à la suite de l’exécution.

La condamnation à mort d’une personne âgée de moins de 18 ans est interdite par le droit international.

PARODIES DE PROCES

Une autre victime, Mujtaba al-Sweikat, était un adolescent qui était sur le point de commencer une nouvelle vie aux États-Unis. Il devait étudier à la Western Michigan University, mais il a été arrêté pour avoir diffusé une information sur une manifestation antigouvernementale à laquelle il a participé.

Mujtaba al-Sweikat

L’adolescent de 17 ans, alors inscrit en cursus d’Anglais et de Finances, a été violemment battu, notamment sur la plante des pieds, avant de « confesser » des crimes contre l’État.

Des organisations de défense des droits de l’homme affirment qu’il a également été torturé afin d’obtenir cette « confession » et condamné dans un « simulacre de procès ».

Les chiffres alarmants viennent malgré la promesse de Bin Salman de « minimiser » le recours à la peine capitale.

Dans une interview accordée au magazine Time en 2018, il a déclaré :

« Il existe quelques domaines dans lesquels nous pouvons changer (ou réduire la peine) de l’exécution à l’emprisonnement à vie.

Nous travaillons donc depuis deux ans au sein du gouvernement et du parlement saoudiens pour élaborer de nouvelles lois dans ce domaine.

Et nous pensons qu’il faudra un an, peut-être un peu plus, pour y parvenir… Nous n’abolirons pas 100% des peines de mort, mais nous les réduirons de beaucoup. »

Soutenez ce travail censuré en permanence en partageant cet article et en vous abonnant à la Newsletter.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal
2022 : contrer les vents mauvais
« À l’air libre » spécial ce soir : d’abord, nous recevrons la rappeuse Casey pour un grand entretien. Puis Chloé Gerbier, Romain Coussin, et « Max », activistes et syndicalistes en lutte seront sur notre plateau. Enfin, nous accueillerons les représentants de trois candidats de gauche à l'élection présidentielle : Manuel Bompard, Sophie Taillé-Polian et Cédric van Styvendael.
par à l’air libre
Journal
LR : un duel Ciotti-Pécresse au second tour
Éric Ciotti est arrivé en tête du premier tour du congrès organisé par Les Républicains pour désigner leur candidat·e à l’élection présidentielle. Au second tour, il affrontera Valérie Pécresse, qui a déjà reçu le soutien des éliminés Xavier Bertrand, Michel Barnier et Philippe Juvin.
par Ilyes Ramdani
Journal — Violences sexuelles
Violences sexuelles : l’ancien ministre Jean-Vincent Placé visé par une plainte
Selon les informations de Mediapart et de l’AFP, le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire après la plainte pour harcèlement sexuel d’une ancienne collaboratrice. D’après notre enquête, plusieurs femmes ont souffert du comportement de l’ancien sénateur écolo, devenu secrétaire d’État sous François Hollande.
par Lénaïg Bredoux

La sélection du Club

Billet de blog
L'extrême droite a un boulevard : à nous d'ériger des barricades
Un spectre hante la France… celui d’un pays fantasmé, réifié par une vision rance, une France qui n’a sûrement existé, justement, que dans les films ou dans les rêves. Une France muséale avec son glorieux patrimoine, et moi je me souviens d’un ami américain visitant Versailles : « je comprends mieux la Révolution française ! »
par Ysé Sorel
Billet de blog
« Nous, abstentionnistes » par Yves Raynaud (3)
Voter est un droit acquis de haute lutte et souvent à l'issue d'affrontements sanglants ; c'est aussi un devoir citoyen dans la mesure où la démocratie fonctionne normalement en respectant les divergences et les minorités. Mais voter devient un casse-tête lorsque le système tout entier est perverti et faussé par des règles iniques...
par Vingtras
Billet d’édition
2022, ma première fois électorale
Voter ou ne pas voter, telle est la déraison.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
Ne lâchons pas le travail !
Alors qu'il craque de tous côtés, le travail risque d'être le grand absent de la campagne présidentielle. Le 15 janvier prochain, se tiendra dans la grande salle de la Bourse du travail de Paris une assemblée citoyenne pour la démocratie au travail. Son objectif : faire entendre la cause du travail vivant dans le débat politique. Inscriptions ouvertes.
par Ateliers travail et démocratie