L’Arabie Saoudite décapite et crucifie 134 opposants politiques...

dont des femmes et des adolescents

On peut faire confiance aux affirmations de Macron, Parly et Le Drian : jamais un tel régime n’utiliserait les armes françaises contre des civils ! Quel bel allié nous avons là, nous la pseudo-patrie des droits de l’homme (qui croit encore à ce slogan après les Gilets Jaunes ?) !

nintchdbpict000169511491-e1533830630401

Source : The Sun, 16 septembre 2019.

Traduction : lecridespeuples.fr

Les exécutions en Arabie Saoudite montent en flèche en 2019 : 134 personnes ont été crucifiées et décapitées, dont six enfants au moment de leur arrestation.

executioner.jpg

Non, cette image n’est pas extraite d’un film…

Selon une organisation de défense des droits de l’homme, les victimes ont été torturées et massacrées selon des méthodes brutales, notamment la crucifixion et la décapitation.

La « hausse alarmante » des exécutions par l’État intervient malgré l’engagement du prince héritier Mohammed bin Salman de réduire le recours à la peine de mort.

Dans un rapport présenté au Conseil des droits de l’homme des Nations Unies à Genève, le Projet sur la peine de mort a révélé que 24 autres personnes sont « sur le point d’être exécutées ».

Ils comprennent trois enfants, d’éminents opposants politiques du prince héritier, des religieux et des militants des droits de l’homme.

Selon le rapport, au moins six adolescents ont été exécutés cette année après avoir été arrêtés pour de supposés « crimes » alors qu’ils étaient enfants.

Un événement organisé par le Projet sur la peine de mort a mis en lumière les « exécutions illégales et arbitraires » en Arabie Saoudite, ainsi que les atteintes aux droits humains des détenus et de leurs familles.

Les experts ont déclaré que ces abus avaient été « exacerbés par la torture systématique des détenus et des procès manifestement iniques aboutissant à des condamnations à mort ».

Parmi les personnes exécutées cette année, il y a trois femmes et 51 personnes qui faisaient face à des accusations – liées à la possession alléguée de drogue – qui seraient considérées comme des infractions mineures ailleurs dans le monde.

PEINE CAPITALE

Au moins 58 des personnes tuées étaient des ressortissants étrangers, et la plupart étaient accusées d’avoir propagé l’islam chiite – un crime dans cet État qui professe une école particulièrement extrémiste de l’Islam sunnite, le wahhabisme.

Il y avait 21 Pakistanais, 15 Yéménites, cinq Syriens et quatre Égyptiens.

Deux Jordaniens, deux Nigérians, un Somalien et deux de nations non identifiées ont également été inclus dans les chiffres.

Le 22 avril, le régime saoudien barbare a procédé à une horrible exécution de masse, faisant 37 morts.

Une victime a été crucifiée et une autre a eu la tête empalée sur une lance.

Les personnes tuées pendant ce bain de sang de décapitations avaient toutes été reconnues coupables de prétendues « infractions liées au terrorisme », des accusations qui englobent la simple dénonciation du régime Saoud.

ADOLESCENTS MASSACRES

Abdelkarim al Hawaj a été arrêté alors qu’il participait à une manifestation antigouvernementale alors qu’il n’avait que 16 ans.

abdulkareem-al-Hawaj

Abdelkarim al-Hawaj

Il a été reconnu coupable d’être un « terroriste » lors d’un procès qualifié de « farce » par Amnesty International.

Il a eu la tête tranchée devant une foule déchainée et assoiffée de sang avec 36 autres hommes de ce pays médiéval.

Au moins un des corps aurait été crucifié et exposé à la suite de l’exécution.

La condamnation à mort d’une personne âgée de moins de 18 ans est interdite par le droit international.

PARODIES DE PROCES

Une autre victime, Mujtaba al-Sweikat, était un adolescent qui était sur le point de commencer une nouvelle vie aux États-Unis. Il devait étudier à la Western Michigan University, mais il a été arrêté pour avoir diffusé une information sur une manifestation antigouvernementale à laquelle il a participé.

mujtata-al-sweikat-9

Mujtaba al-Sweikat

L’adolescent de 17 ans, alors inscrit en cursus d’Anglais et de Finances, a été violemment battu, notamment sur la plante des pieds, avant de « confesser » des crimes contre l’État.

Des organisations de défense des droits de l’homme affirment qu’il a également été torturé afin d’obtenir cette « confession » et condamné dans un « simulacre de procès ».

Les chiffres alarmants viennent malgré la promesse de Bin Salman de « minimiser » le recours à la peine capitale.

Dans une interview accordée au magazine Time en 2018, il a déclaré :

« Il existe quelques domaines dans lesquels nous pouvons changer (ou réduire la peine) de l’exécution à l’emprisonnement à vie.

Nous travaillons donc depuis deux ans au sein du gouvernement et du parlement saoudiens pour élaborer de nouvelles lois dans ce domaine.

Et nous pensons qu’il faudra un an, peut-être un peu plus, pour y parvenir… Nous n’abolirons pas 100% des peines de mort, mais nous les réduirons de beaucoup. »

Soutenez ce travail censuré en permanence en partageant cet article et en vous abonnant à la Newsletter.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.