Conseil de Sécurité : la Russie compare la crise vénézuélienne aux Gilets Jaunes

Déclaration de Vassili Nebenzia, Représentant Permanent de la Russie au Conseil de Sécurité de l'ONU, sur la crise au Venezuela, le 26 janvier 2019.

Source : http://webtv.un.org

Traduction : http://sayed7asan.blogspot.fr

Venezuela : la Russie menace de porter la question des Gilets Jaunes au Conseil de Sécurité © Sayed Hasan

Transcription :

Président : Je donne la parole au représentant de la Fédération de Russie.

Vassili Nebenzia : Je vous remercie, Monsieur le Président.

Le représentant de l'Allemagne a consacré une grande partie de sa déclaration à s'adresser directement à moi. Je voudrais prendre le temps de lui répondre.

Le recours à la diplomatie préventive est certes excellent. Il est évidemment préférable d'éviter une crise que de la résoudre. Mais vous (la France et l'Allemagne) avez une façon très étrange d'éviter cette crise, en proposant un ultimatum de 8 jours complètement absurde. Certains États n'ont pas même eu besoin de ces 8 jours pour refuser de reconnaître les autorités légitimes du Venezuela.

Vous bafouez la souveraineté du Venezuela, lui imposant les décisions que vous préférez, et niant à son peuple le droit de résoudre ses propres affaires. Vous n'appelez pas les forces politiques du Venezuela à s'entendre dans l'intérêt de la paix intérieure et de la stabilité; vous appelez l'autorité légitime à simplement reconnaître sa défaite et à transférer le pouvoir à l'opposition. Ce que vous faites n'est pas de la prévention, mais de l'incitation.

Comment réagiriez-vous si la Fédération de Russie portait au Conseil de Sécurité la situation en France avec les manifestations des Gilets Jaunes ? Ce week-end encore, quelques 22.000 personnes y sont descendues dans les rues. Considéreriez-vous cela comme de la prévention ? Je veux rassurer le représentant de la France : nous ne voulons pas porter cette question au Conseil de sécurité. Contrairement à vous, nous ne cherchons pas à reconnaître ou à rejeter qui que ce soit, bien que nous reconnaissions les autorités légitimes du Venezuela.

Nous appelons à :

a) respecter l'autorité légitime;

b) ne pas interférer dans les affaires intérieures du pays;

c) ne pas imposer au Venezuela des solutions de l'extérieur, mais plutôt l'aider à résoudre ses propres affaires pacifiquement.

Je vous remercie.

macron-maduro

Soutenez ce travail en faisant un don, même modeste, et abonnez-vous à la Page Facebook et à la chaine Vimeo pour contourner la censure

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.