Popads, une régie publicitaire au jeu dangereux

Non seulement la régie publicitaire Popads, dirigée par Tomasz Klekot, fait partie intégrante de l’écosystème du streaming et du téléchargement illégal, mais il apparaît que celle-ci n’est pas des plus honnêtes avec ses clients, n’hésitant pas, dans certains cas, à mettre en danger leur réputation.

Risque réputationnel

La réputation et l’image d’une société font partie de ses avoirs les plus précieux. Voir ces derniers entachés pour quelque raison que ce soit peut être lourd de conséquences. C’est bien ce que pourraient finir par découvrir, à leurs dépens, les clients de la régie publicitaire Popads.

En effet, la régie basée au Costa Rica ne semble pas porter une attention particulière à la réputation de ses clients, celle-ci n’hésitant pas à disséminer leurs pubs sur des sites de streaming et de téléchargement illégaux aux côtés d’arnaques, de jeux d’argent et de contenus pornographiques.

La marque de prêt-à-porter Shein, qui appartient à Zoetop Business Co. basée à Hong Kong et dirigée par Xu Yangtian depuis 2016, a ainsi vu ses pubs apparaître sur une dizaine de sites illégaux, à chaque fois via la régie Popads. Contactée sur Twitter, la société a assuré ne pas être au courant et, depuis notre prise de contact, parcourir chaque site de streaming et de téléchargement illégaux, à la recherche de ses publicités pour exiger de la régie qu’elle les retire.

popads

Au moment où nous écrivons ces lignes, les publicités Shein sont toujours visibles sur plusieurs sites de streaming illégaux, toujours via la régie Popads, parmi lesquels Filmz.cc et Lybertyland.one. À la question : « pourquoi ne cessez-vous pas simplement votre collaboration avec la régie publicitaire Popads ? », la société ne répond pas et élude la question.

Un calcul risque – profit intéressant ?

Après avoir passé en revue une dizaine de sites de streaming et de téléchargement illégaux, il apparaît que des publicités d’annonceurs bien connus comme Ali Express, Wyylde et même Amazon y sont parfois présentes. Dès lors, une question se pose : ces annonceurs se font-ils flouer par une régie publicitaire peu scrupuleuse ou bien estiment-ils tout simplement que les bénéfices que rapportent ces campagnes publicitaires sont plus importants que les coûts — financiers et réputationnels — qui pourraient découler de cet écart de conduite ?

Le timing de certaines de ces campagnes interroge : les publicités Amazon sur des sites de streaming et de téléchargement illégaux sont en effet apparues à l’approche du black Friday et de Noël. Une période charnière pour le géant américain, qu’il ne doit surtout pas manquer, ce dernier y réalisant une part importante de son chiffre d’affaires.

amazon

Arnaque ou méthode bien rôdée ? Difficile à savoir. Néanmoins, la réticence de Shein lorsqu’une fin de collaboration avec Popads est évoquée et le timing de l’apparition des publicités Amazon tend à faire pencher la balance du côté de la deuxième hypothèse.

 

 

 

 

 

Vous souhaitez que Le Décrypteur s’attaque à un sujet en particulier ? N’hésitez pas à me contacter sur Médiapart ou sur mon compte Twitter.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.