Rassemblements des Gilets jaunes : aimants à fake news

La mobilisation contre l’augmentation des prix des carburants aura permis la multiplication de fake news plus improbables les unes que les autres.

C’est notamment le cas de cette photo qui montre la place de Jaude à Clermont-Ferrand bondée de manifestants arborant des banderoles jaunes. « Ça fait plaisir de voir qu’il y a du monde pour les gilets jaunes autant que pour la coupe du monde ! les Français se réveillent ! Bravo ! », s’enthousiasme une internaute.

gj-1

 

Sauf que cela n’a rien à voir avec les Gilets jaunes. En réalité, la photo montre des supporters de l’ASM Clermont Auvergne, l’équipe de rugby locale dont la couleur est le jaune. C’était en mai 2017, lors de la finale de Champions Cup contre les Saracens !

Et ce n’est pas la seule photo « hyperréaliste » ayant fait le tour des réseaux sociaux. Face à ce qui semble être un nombre infini de marcheurs, un internaute a préféré s’en remettre au président de la République pour calculer la taille de la foule.

 

gj2

Seulement voilà, cette photo « nous est apparue étrange en raison de la présence de gilets… oranges », explique l’AFP qui, après avoir retracé l’historique de la photo, a découvert qu’elle avait été prise le 1er février 2014, à l’occasion d’une manifestation de travailleurs frontaliers à Saint-Louis (Haut-Rhin) !

Les sympathisants des Gilets jaunes n’ont pas été les seuls à relayer de fausses informations. Plus inquiétante a été l’attitude de certaines associations censées défendre les intérêts communs et jouissant à ce titre d’une certaine crédibilité. Le Parisien rapporte notamment la mésaventure de France Police, un syndicat policier « ultra-minoritaire — 0,95 % des voix aux dernières élections professionnelles pour les personnels civils du ministère de l’Intérieur en 2014 », qui a avancé le chiffre extravagant de 1,3 million de Gilets jaunes mobilisés samedi 17 novembre. « Plus de 2 000 points de rassemblements regroupant en moyenne 250 Gilets jaunes (a minima). Sachant qu’en moyenne un Gilet jaune reste 4 heures au maximum sur un point de contestation avant d’être remplacé par un autre Gilet jaune, prenant à son tour son service pour le relayer, chaque point aura regroupé en moyenne un minimum de 500 citoyens. Le calcul est rapide. 500 manifestants x 2 000 points = 1 000 000 (1 million) de manifestants ».

Or, le calcul est même trop rapide. Selon les chiffres du ministère de l’Intérieur, seulement 282 000 personnes ont participé aux blocages dans toute la France le 17 novembre. Un chiffre plus raisonnable si on le compare à celui du samedi 24 : 106 000 se sont alors mobilisées en France.

France Police, dont le secrétaire général, Michel Thooris, est membre du Comité central du Rassemblement national (ex-Front national), semble en revanche sous-estimer le nombre de véritables victimes des manifestations. Elles ont en effet fait deux morts et 552 blessés, auxquels s’ajoutent 136 blessés parmi les forces de l’ordre.

Ce qui nous amène directement à l’une des fake news les plus sinistres de cette série. Une vidéo postée par le compte Twitter « Lesgiletsjaunes.fr », retweetée plus de 3 800 fois et vue près de 100 000 fois et qui montre des CRS qui « s’en prennent à un handicapé en chaise roulante, tabassent son accompagnant et ensuite s’en prennent à la personne qui filme la scène ».

Sauf que c’est tout le contraire qui s’est passé : « Cette vidéo, c’est n’importe quoi. Elle ne montre pas du tout ce qu’il s’est passé. Les CRS ne m’ont pas agressé, ils ont au contraire voulu me protéger », raconte Stéphane Le Bourdon, conseiller départemental PS du Finistère qui, lors des manifestations à Quimper, s’est fait agresser par un autre homme en fauteuil roulant. Or, « les CRS interviennent, car ils reçoivent des coups. C’était une mise en scène. Les jeunes ont réussi à me filmer de dos. Et ils prétendent que la personne frappée et mise à terre était mon accompagnant. Tout est faux », explique-t-il.

gj3

Encore un exemple qui montre que les grands rassemblements, quels qu’ils soient, comportent toujours leurs lots de fake news que certains s’empressent de relayer sur les réseaux sociaux…

 

 

 

Vous souhaitez que Le Décrypteur s’attaque à un sujet en particulier ? N’hésitez pas à me contacter sur Médiapart ou sur mon compte Twitter.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.