Un exorciste sur Mediapart

Un exorciste sur Mediapart © Journal de Personne

 

Quoi? Qu'est-ce que tu racontes? Tout le monde tient tout le monde par les couilles ? Autant pour toi ! Roi de la débrouille! Écoutes... tu me rappelleras quand tu auras renoncé à ta putain d'assurance vie! Je raccroche...
Quelle couille molle !
Quoi ne me regarde pas comme ça !
Pour une bouchée de pain, on peut acheter quelqu'un, ou le vendre. Il suffit d'y mettre le prix, pour que l'on vous cède son  passé et concède son avenir. Oui, avec l'argent on peut se payer tous les présents. Mais tous les absents aussi. Ce n'est plus un secret pour Personne : cette prostitution de l'homme par l'homme.

L'avoir a fini par claquer la porte au nez de l'être. On finira tous par regretter d'avoir été plus proches de l'avoir que de l'être. C'est tout notre drame : l'inconsistance... qui est une forme d'incontinence: on ne peut pas se retenir de se pisser dessus.

 

L'argent rend vieux et envieux... on a beau dire que ça ne nous fait pas envie... c'est toujours la vie qui a le dernier mot : les fameuses conditions d'existence qui conditionnent toute existence.

Ce sont ces riens qui représentent tout... tout ce qui nous mine et nous détermine.

Au propre comme au figuré, on n'a plus droit qu'à de l'argent sale.

On a beau se laver les mains, on  ne peut pas se débarrasser de la représentation d'un vaste marché noir où tout s'achète et tout se vend.

Le politique à la trappe et l'éthique qui le rattrape. On n'a plus à faire qu'à un monde d'affaires. Monde manichéen divisé entre possédants et possédés.

Possession que nul ne tient ni ne parvient à exorciser... parce que aussi paradoxal que cela puisse paraître: ce sont les possédés qui nourrissent et enrichissent la figure du diable : c'est à dire  du plus grand diviseur qui est à l'œuvre même dans le plus petit viseur.

 

La France a peut être raison de ne pas aimer l'argent, piège à cons pour les possédants mais surtout pour les possédés... tour à tour ripoux ou pourris... pas tous, prétend un jeune exorciste Fabrice Arfi qui vit ou sévit sur Mediapart et qui nous révèle chaque jour un peu plus le vrai visage du monde : tous les dirigeants s'abreuvent à la même source du bien mal acquis qui ne profite à Personne en privant les dirigés de toutes leurs ressources

Il faut vraiment protéger le soldat Arfi si vous ne voulez pas le voir très prochainement abattu. C'est la loterie : la bourse ou la vie.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.